Publié par Magali Marc le 15 septembre 2021

Depuis quelques mois, les membres du personnel de la Maison Blanche en sont rendus au point où ils estiment n’avoir pas le choix que de couper la parole du président Biden quand il bavarde, radote ou dit des choses qu’ils ne devraient pas dire. Lundi dernier, ils étaient si inquiets de la tournure que prenait son bavardage qu’ils ont débranché son micro au beau milieu d’une phrase. D’aucuns estimaient que la présidence de Joe Biden allait durer tout au plus six mois, un an et que Kamala Harris allait prendre la relève avant les élections de mi-mandat en novembre 2022. À 8 mois de sa présidence, plus personne ne se hasarde à faire de telles prédictions, mais il est difficile d’imaginer combien de temps les collaborateurs de Joe Biden, qui tremblent chaque fois qu’il remue les lèvres, vont continuer à fonctionner de cette façon.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 14 septembre.

**************************

La Maison Blanche censure Joe Biden

La semaine dernière, il est devenu évident que le personnel de la Maison Blanche ne supporte pas de d’écouter Joe Biden.

Ce n’est pas qu’ils ne sont pas d’accord avec sa politique (ce sont probablement eux qui l’ont mise au point). C’est plutôt qu’il est tellement bavard qu’ils tremblent lorsqu’ils l’entendent parler à bâtons rompus.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Hier (le 13 septembre), les membres du personnel de la Maison Blanche qui écoutaient ses réponses concernant les incendies de forêt dans l’ouest du pays étaient si inquiets de la tournure que prenait son bavardage qu’ils ont débranché son micro au beau milieu d’une phrase.

Nous, ainsi que tous les médias politiques américains, avons fait état la semaine dernière d’un article de Politico (https://www.politico.com/newsletters/west-wing-playbook/2021/09/07/biden-anxiety-levels-494228) expliquant que le personnel de M. Biden s’inquiète constamment de la présence de M. Grande Gueule à la Maison-Blanche. Comme nous le résumions alors, « nous ne savons toujours pas qui dicte sa politique, mais il semble que tout le monde dans l’orbite de M. Biden le supplie de se taire et d’être la bonne petite marionnette dont ils ont besoin ».

Le même article de Politico notait que « [Joe Biden] a fait des erreurs verbales qui ont causé des maux de tête, à lui et à son équipe. M. Biden a commis plusieurs erreurs au cours de séances de questions-réponses en roue libre qui ont nécessité des corrections immédiates ».

Ce problème peut expliquer pourquoi, lundi, ses assistants de la Maison Blanche, paniqués, ont coupé son micro au milieu d’une phrase :

« La Maison Blanche a brusquement coupé la retransmission du briefing du Président Biden concernant les incendies de forêt avec les responsables fédéraux et des Etats. Lors de sa visite lundi à Boise, dans l’Idaho, M. Biden a reçu un briefing sur les feux de forêt qui ravagent plusieurs États de l’Ouest. »

Bien que M. Biden ait parlé pendant la majeure partie de la réunion, il a déclaré à un moment donné qu’il souhaitait entendre davantage George Geissler, de l’Association nationale des forestiers d’État.

« Puis-je vous poser une question ? » a demandé Joe Biden.

« Bien sûr », a répondu M. Geissler.

« L’une des choses sur lesquelles j’ai travaillé avec d’autres est... » a dit M. Biden avant d’être coupé au milieu de sa phrase.

Cette censure n’est pas une anomalie.

Le reportage de Fox News cité ci-dessus souligne qu’en août, la Maison-Blanche a coupé le flux audio de M. Biden lorsqu’un journaliste l’a interrogé sur la date limite du retrait de l’armée d’Afghanistan.

La Maison-Blanche a fait de même en mars lorsque Biden s’est porté volontaire pour répondre aux questions de politiciens démocrates.

Les politiciens marionnettes sont très bien lorsqu’ils suivent les ordres et font ce qu’on leur dit.

Ils deviennent un problème lorsqu’ils tentent de s’emparer du pouvoir réel ou lorsqu’ils deviennent si incontinents verbalement qu’on ne peut plus leur faire confiance de s’en tenir au script et ne parler que lorsqu’on les autorise.

En janvier, j’ai prédit que Biden démissionnerait en juin. J’avais manifestement tort. Je ne vais pas me risquer à prévoir la date précise de son départ. Cependant, je ne vois pas comment ses collaborateurs peuvent continuer à l’appuyer s’ils en sont réduits à le faire taire dès qu’il s’emballe et se met à parler de manière autonome.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz