Publié par Magali Marc le 12 septembre 2021

Pourquoi le Los Angeles Times s’attaque-il au candidat Larry Elder alors que tous les sondages récents montrent que l’affaire est dans le sac pour le Gouverneur de la Californie, Gavin Newsom?

Les tricheries dans les reportages des médias de masse sont généralement le fait de personnes désespérées qui font un effort ultime avant de faire face à une défaite. Pourtant le Los Angeles Times fait des reportages trompeurs pour démolir Larry Elder alors que les sondages le donnent perdant. Tout comme le fait d’avoir mobilisé Barack Obama pour défendre le Gouverneur Newsom et le demi-million supplémentaire versé par Soros, on peut se demander à quoi riment ces efforts, si M. Newsom est si sûr de l’emporter ?

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Monica Showalter, paru sur le site d’American Thinker, le 11 septembre.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

***************************

Photo manipulée

Ça, du journalisme ? : Le LA Times manipule une photo de Larry Elder


Que se passe-t-il au Los Angeles Times ?

N’était-ce pas déjà assez grave que le journal minimise l’agression raciste d’un des principaux candidats au poste de gouverneur de Californie, Larry Elder, au cours de laquelle une gauchiste blanche portant un masque de gorille a lancé un œuf vers sa tête, exprimant ainsi un trope commun aux racistes qui comparent les personnes noires à des singes ?

(Rappelons que Roseanne Barr a été renvoyée de son émission de télévision populaire pour avoir comparé la conseillère de la Maison Blanche, Valerie Jarrett à un singe, sur Twitter.)

Mais non, pas pour ces praticiens du «journalisme» qui accordent un appui irrationnel au rival de M. Elder, le Gouverneur Gavin Newsom. Ils continuent de fabriquer des mensonges et des omissions, le dernier en date étant un mensonge imagé qui ressemble à une nouvelle tentative de salir Larry Elder.

Cela fait suite à leur article d’opinion qualifiant M. Elder de « visage noir de la suprématie blanche », et à leur dernière suggestion selon laquelle M. Elder n’est pas vraiment noir.

Ils ont également publié ce qui semble être des sondages anti-Elder, qui ne correspondent pas aux autres sondages.
Bien que le LA Times ait généralement des résultats valables en matière de sondages, selon la firme de sondage Five Thirty-Eight, sa méthodologie dans le passé a consisté à utiliser des sondages téléphoniques.

Le dernier sondage Berkeley IGS que le LA Times a payé, signalant la défaite de Larry Elder, a été réalisé par e-mail auprès d’électeurs inscrits, ce qui, à l’approche des élections, n’est pas aussi utile historiquement.

Le message global de toutes ces petites choses, c’est qu’ils en ont après M. Elder.

Maintenant, passons aux coups bas de fin de journée.

Sur la première photo, ils présentent l’attaque raciste contre M. Elder comme étant « un accueil hostile ». Selon cette logique, l’image comparable de Norman Rockwell, peinte en 1964, montrant des tomates lancées sur une fille noire, serait également appelée « un accueil hostile » par le LA Times, plutôt que ce que Rockwell a appelé « Le problème avec lequel nous vivons tous ».

Pour le Los Angeles Times, c’est M. Elder qui est le problème, et non la gauchiste raciste qui a commis l’agression, les idées de M. Elder recevant tout naturellement « un accueil hostile », même si l’usage d’un masque de singe n’est pas abordé.

Le shérif du comté de Los Angeles pense que c’est un problème. Tout comme LAPD (la police de Los Angeles), qui enquête sur l’agression en tant que crime de haine raciste et recherche l’agresseur.

Obligé de rapporter l’affaire sous peine de passer pour un raté de la rédaction qui n’est pas au courant, le LA Times a alors imaginé une manipulation de photos pour accompagner son titre, et c’est là que la deuxième photo est apparue.
Cette fois, le LA Times présente une photo donnant l’impression que Larry Elder gifle une femme au visage, alors que celle-ci est l’un de ses partisans.

Le Times fait référence à cette agression comme étant une «altercation» afin de présenter M. Elder comme un agresseur.

Remarquez comment l’affaire de la femme au masque de singe est qualifiée d’«altercation» plutôt que d’agression non provoquée, suggérant que Larry Elder était en quelque sorte responsable. Le fait est que, dans ce cas, M. Elder a été agressé, qu’un assistant a reçu un coup de poing, et que son entourage a été poussé hors de la zone sans frapper qui que ce soit. Ce n’était pas une altercation, c’était une attaque non provoquée.

Il y a pire : la deuxième photo, placée sous le titre trompeur, a un cadre soigneusement choisi qui donne l’impression que M. Elder gifle une femme. En fait, il l’embrassait comme étant une de ses supporters. Mais un lecteur distrait ne lisant que le titre, ce qui représente la plupart des lecteurs comme le LA Times le sait très bien, penserait que c’est M. Elder qui a commis une agression.

Combien d’images ont-elles dû être passées en revue dans l’appareil photo à déclenchement automatique, ou dans la vidéo d’un photographe, pour arriver à cette conclusion ? La photo a manifestement été sélectionnée avec soin, et quelqu’un a pris beaucoup de temps pour examiner les photos, image par image, jusqu’à ce qu’il obtienne la bonne photo pour induire les lecteurs en erreur.

La femme sur la photo, dont le visage était chaleureusement touché par M. Elder, et non giflé, a eu des mots plutôt dur à ce sujet.

Qui est-elle ? Il s’agit apparemment d’une supportrice de M. Elder, et non d’une personne avec laquelle elle a eu une «altercation».

Fox News a remarqué que son compte Twitter n’a pas été vérifié, ce qui est vrai comme pour la plupart des gens. Il est intéressant de noter qu’elle a une page LinkedIn à son nom (d’origine basque, avec un prénom typiquement cubain, comme Soledad O’Brien), de Venice, en Californie. La page LinkedIn montre qu’elle est un leader communautaire de quartier de longue date à Venice qui a appuyé Larry Elder dans d’autres affaires, et cela rend assez probable l’idée qu’il s’agit de la même personne.

Cette dame a protesté contre l’utilisation de son image pour jeter une fausse lumière sur ce qui se passait alors que les retombées de l’attaque haineuse raciste contre M. Elder se poursuivaient.

Dans le secteur de l’information, sous le titre de diffamation et des quatre délits relatifs à la vie privée, il existe une catégorie appelée «fausse lumière» qui peut donner lieu à des poursuites.

Selon le Digital Media Law Center :

« La fausse lumière est l’une des quatre catégories de « délits civils liés à la vie privée » (les autres étant le détournement, l’intrusion et la publication de faits privés). Bien que la nature de ces plaintes varie d’un État à l’autre, elles protègent généralement les personnes contre des faits offensants et erronés déclarés au public à leur sujet.
Tous les États ne reconnaissent pas les réclamations pour fausse lumière (la Californie le fait). Dans les États qui reconnaissent une cause d’action pour faux éclairage, les exigences spécifiques pour présenter une réclamation varient. Par conséquent, nous vous conseillons de consulter la section de votre État, qui figure au bas de cette page, afin d’obtenir des informations spécifiques à votre État.
D’une manière générale, une réclamation pour fausse lumière requiert les éléments suivants :
1. Le défendeur a publié l’information à grande échelle (c’est-à-dire pas seulement à une seule personne, comme dans le cas de la diffamation) ;
2. la publication identifie le plaignant ;
3. elle place le plaignant sous un « faux jour » qui serait très offensant pour une personne raisonnable ; et
4. le défendeur a commis une faute en publiant l’information.
Voir Restatement (Second) of Torts § 652E

Il ajoute :

« Certains États, dont la Californie, considèrent qu’à la différence de la diffamation, la fausse lumière concerne des implications non véridiques plutôt que des déclarations directement fausses. Par exemple, un article sur les délinquants sexuels illustré par une photographie, prise dans une banque d’images, montrant un individu qui n’est pas, en fait, un délinquant sexuel pourrait donner lieu à une plainte pour fausse lumière. Même si l’article et la légende de la photo ne font jamais explicitement de fausse déclaration (c’est-à-dire identifier la personne sur la photo comme un délinquant sexuel), cela pourrait donner lieu à une plainte pour diffamation. »

Le Times ne l’a pas identifiée par son nom alors qu’elle est assez facile à trouver sur LinkedIn et qu’il est très probable que les journalistes savaient qui elle était, compte tenu de sa notoriété en tant que leader communautaire.
On peut se demander si cette omission n’était pas intentionnelle afin d’éviter un procès pour diffamation. Tout le reste dans ce choix de photos pourrait faire l’objet d’une plainte. Ursua semble avoir beaucoup d’argent pour payer des avocats, il serait donc intéressant de voir si cela se produit. Elle a déjà porté plainte pour crime haineux avec une autre femme, déclarant que l’incident a fait en sorte qu’elle ne se sentait pas en sécurité.

Le LA Times, après plus de 20 heures de présence de la photo manipulatrice sur son site, l’a remplacée.

La dernière question, cependant, est la suivante :

Pourquoi le Los Angeles Times fait-il cela ? Tous les sondages montrent que l’affaire est dans le sac pour Gavin Newsom qui est sûr de remporter cette élection de rappel.

La Hoover Institution et ses formidables spécialistes, citant diverses mégatendances, pensent que cette révocation pourrait ne pas avoir lieu. Alors que le sondage Berkeley IGS, financé par le Los Angeles Times, donne Newsom largement gagnant, d’autres sondages, y compris les sondages Trafalgar très fiables, et d’autres sondages de bonne réputation, montrent que M. Newsom sera gagnant. Le classement de RealClearPolitics le montre également (https://www.realclearpolitics.com/epolls/latest_polls/).

Les tours de passe-passe sont généralement le fait de créatures désespérées qui font un dernier effort avant de sombrer dans les flammes. Ce n’est pas ce que nous ne voyons en ce moment.

Tout ce que nous voyons, ce sont des efforts pour faire tomber Larry Elder qui tournent autour d’attaques racistes. C’est étrange.

Joel Pollak de Breitbart a noté que le Los Angeles Times s’est récemment excusé pour un reportage raciste. Tout ce qu’un lecteur peut conclure de ce comportement est que lorsque les gens vous disent qui ils sont, il faut les croire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source: https://www.americanthinker.com/blog/2021/09/journalism_la_times_does_another_dishonest_photo_manipulation_against_larry_elder.html

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz