Publié par Gilles William Goldnadel le 7 septembre 2021

Sandrine Rousseau a notamment affirmé sur Europe 1: «Les femmes, les noirs, les musulmans sont des résistants de fait […] L’écologie ce n’est pas des hommes blancs à vélo dans les villes».

L’avocat Gilles-William Goldnadel estime que ces propos révèlent le basculement indigéniste de l’ensemble de la gauche.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

La gauche serait-elle devenue la gauche la plus bête de tous les temps ? Au moment où les sondages en France indiquent que toutes les gauches réunies culminent à 30 %, la question n’est plus seulement théorique et montre qu’une grande partie du peuple a déserté un camp qui l’incarnait autrefois massivement.

En matière de bêtise, la preuve la plus emblématique nous a été apportée sur un plateau lors de la primaire des Verts. Sandrine Rousseau, l’une des compétitrices et vice-présidente d’université, aura enchaîné fadaises et billevesées, sottises et coquecigrues sans discontinuer. Sans m’engager à l’exhaustivité, je reproduirai ci-après quelques-uns de ses morceaux de bravoure qui pourraient bien devenir d’anthologie. À chaque thématique idéologique de l’extrême gauche, sa savoureuse sortie… Experte :

« S’il y a des afghans potentiellement terroristes, il vaut mieux les avoir en France pour les surveiller » ; mélodramatique : « On vend et puis l’on jette le corps des racisés » ; catégorique : « Les femmes, les noirs, les musulmans sont des résistants de fait […]

L’écologie ce n’est pas des hommes blancs à vélo dans les villes » ; ensorceleuse : « Le monde rêve de trop de rationalité, de décisions prises par des ingénieurs, je préfère des femmes qui jettent des sorts à des hommes qui construisent des EPR ».

La pertinente mais persifleuse Anne-Sophie Mercier résume bien politiquement dans le Canard Enchaîné l’intéressée :

« Adepte de l’écriture inclusive, écofeministe, une doctrine pour qui l’exploitation de la nature est la domination subie par les femmes, mais aussi est décoloniale et intersectionnelle. »

Si dame Rousseau ne nous a pas livré sa vision doctrinale en politique étrangère, il n’est pas incohérent de penser qu’elle pourrait se rapprocher de celle de celui qu’elle a choisi pour porter sa parole : Thomas Porte, le bien nommé.

Celui-ci, comme c’est bien son droit, a choisi, sans nous surprendre, de prendre parti pour les Palestiniens. Non sans parti pris. Là où, en revanche, le droit n’y trouve peut-être pas son compte, c’est quand Monsieur Porte colporte de dangereuses fake news. C’est ainsi que lors du dernier conflit opposant Israël au Hamas, le porte-parole a prétendu que de jeunes juifs dansaient de joie à Jérusalem, à la vue de la Mosquée Al Aksa en flammes. Contre vérité flagrante, il ne s’agissait que d’un tas de détritus enflammés par des manifestants sur l’esplanade. Mais mensonge dangereusement inflammable pour les Français juifs en danger au sein des banlieues islamisées. Le fait que la talentueuse traqueuse de fake news de TF1 ait dénoncé celui-ci n’a pas été de nature de contraindre son propagateur à le démentir et encore moins à le regretter. J’ai tenu à rappeler cet événement car le palestinisme outrancier du gauchisme – qui n’est qu’un avatar de son anti-occidentalisme mortifère – fait partie intégrante et insécable du kit idéologique de notre objet d’étude identifié.

Ce que dit, de manière caricaturale et sans précautions, Sandrine Rousseau l’écolo, c’est très exactement ce que ne cesse de dire la gauche dans son ensemble, des Insoumis au PCF en passant par une bonne partie du Parti socialiste.

Évidemment, les déclarations qui précèdent prêtent à rire et d’aucuns ne s’en sont pas gênés. À tel niveau sonore , que les collaborateurs de Madame Rousseau, consternés, et celle-ci prenant soudainement la posture victimaire , ne craignirent pas de se plaindre d’un « cyber-harcèlement ». Mais si l’on peut moquer, non évidemment la personne, mais ce qui lui tient de pensée fumeuse, l’on doit surtout contempler avec frayeur le tas de ruines fumantes qu’est la gauche aujourd’hui. Car ce que dit, de manière caricaturale et sans précautions, Sandrine Rousseau l’écolo, c’est très exactement ce que ne cesse de dire la gauche dans son ensemble, des Insoumis au PCF en passant par une bonne partie du Parti socialiste. Toute la nouvelle pathologie idéologique s’y trouve : ce racialisme obsessionnel qui accouche des camps interdits aux blancs. Cet islamo-gauchisme immigrationniste, bienveillant pour le radicalisme musulman, quand bien même est-il violent, intolérant, anti-français, anti-juif et anti-chrétien. Ce néo-féminisme incontrôlé dont l’objet central de détestation est le mâle hétérosexuel pâle.

Ceux qui me lisent savent qu’à ce degré de délabrement de la pensée et de défoulement de l’impensé, je considère que ce type collectif de comportement sociétal appelle, pour être compris, le regard d’un psychiatre. Depuis que la gauche a quitté la lutte des classes pour la lutte des races, comme l’a très bien résumé Manuel Valls, la gauche a perdu la raison. Raison pourquoi le peuple l’a quittée.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié dans Figaro Vox.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

14
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz