Publié par Magali Marc le 28 septembre 2021

C’est la guerre chez les Démocrates.

Concernant l’adoption du Projet de loi sur les infrastructures, Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des Représentants, essaie de gagner du temps afin de satisfaire à la fois les gauchistes du Squad, les Sénateurs Manchin et Sinema et les quelques Démocrates de la Chambre qui seront candidats dans des districts incertains lors des élections de mi-mandat en 2022. Ces derniers savent très bien que les dépenses massives liées à la dette vont exacerber l’inflation et qu’ils vont payer pour ça éventuellement.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Thomas Lifson, paru sur le site d’American Thinker, le 27 septembre.

*****************

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres : en ce début de semaine, on voit s’écrouler l’agenda des Démocrates

Huit mois seulement après le début de la présidence Biden, le désastre est imminent pour les Démocrates, et ils ont bien mérité l’humiliation et la répudiation des électeurs qui s’annoncent.

D’accord, il reste presque 14 mois avant que les élections de mi-mandat ne donnent au public une chance de corriger les résultats électoraux (de 2020) proclamés comme étant authentiques, et c’est une éternité en politique. Mais deux facteurs me permettent d’être assez confiant quant au fait que la tendance que nous observons actuellement va se poursuivre et même s’accélérer :

  • 1 Joe Biden ne va pas devenir plus cohérent. Il est visiblement sur le déclin, victime de l’ambition démesurée de sa femme qui souhaite conserver son statut et s’est sûrement rendu compte que sa démence le rend inapte à la fonction. Sa remplaçante potentielle, la vice-présidente Harris, est si antipathique qu’elle demeure le plus possible cachée du public.
  • 2 Malgré une très mince marge de vote au Congrès, les Démocrates se sont engagés dans une transformation profonde du pays qui est exigée par la faction d’extrême gauche du parti et qui va sonner le glas des quelques non-extrémistes restants dans le parti.

M. Biden connaît une dégringolade dans les sondages. Becket Adams a écrit dans le Washington Examiner :

«Seuls 43 % des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage réalisé entre le 13 et le 19 septembre estiment que l’expression « mentalement vif » décrit « bien » Joe Biden. Cela représente une baisse de 11 points par rapport à mars, lorsque Pew a constaté que 54 % des personnes interrogées ont déclaré que « mentalement vif » était un descripteur approprié pour le président. En plus de la crise frontalière, de l’effondrement du taux d’approbation, des luttes intestines entre les Démocrates du Congrès, de l’incompétence des responsables fédéraux de la santé qui se débrouillent tant bien que mal contre la pandémie du coronavirus, et du retrait chaotique et désordonné de l’Afghanistan, il y a aussi un consensus croissant sur le fait que le président n’est pas une lumière.»

Selon la firme de sondage Rasmussen, Donald Trump battrait Joe Biden par dix points dans une hypothétique revanche.

Tout cela avant que l’inflation ne devienne incontrôlable, ce qui semble imminent. Les gens sont ultra-sensibles aux prix de l’essence et des denrées alimentaires, parce que ce sont des produits de première nécessité, et que leurs prix sont en hausse, la faute en revenant évidemment aux Démocrates et à Joe Biden.

Dans l’immédiat, la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, vient de reporter l’adoption du Projet de loi sur les dépenses d’«infrastructure» de 1 200 milliards de dollars qui devait avoir lieu aujourd’hui :

«La présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, a annoncé dimanche que l’adoption du Projet de loi sur l’infrastructure de 1,2 trillion de dollars, adopté par le Sénat, aura lieu le 30 septembre, soit quelques jours plus tard que prévu.

Les législateurs débattront encore du projet de loi à la Chambre des Représentants lundi, mais ne voteront pas avant jeudi, le jour même de l’expiration de certains programmes de transport de surface, a annoncé Mme Pelosi dans une lettre à ses collègues démocrates publiée par son bureau.

 »Cette semaine est une semaine d’opportunités, alors que nous travaillons à garder le gouvernement ouvert, à conclure les négociations sur la loi « Build Back Better » (Mieux Reconstruire) et à faire avancer le cadre bipartisan pour les infrastructures », a écrit Mme Pelosi.

« Demain, le 27 septembre, nous commencerons le débat sur le cadre d’infrastructure bipartisan sur le plancher de la Chambre et nous voterons sur ce cadre le jeudi 30 septembre, jour de l’expiration de l’autorisation de transport de surface. »

Le « Bipartisan Infrastructure Framework », présenté par les Démocrates, se concentre principalement sur les projets d’infrastructure de base, tels que les routes, l’eau potable et l’électricité, les ponts et autres infrastructures, ainsi que l’assainissement de la pollution causée par les contaminants laissés dans l’environnement

Le projet de loi sur les dépenses, bien plus important et bien pire, de 3 500 milliards de dollars (en fait, plus près de 5) ne deviendra pas une loi, du moins pas sous cette forme.

Là aussi, Mme Pelosi a dû battre en retraite :

«La présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, a déclaré dimanche que le projet de loi sur les dépenses de 3 500 milliards de dollars du président Joe Biden, baptisé « Build Back Better Act », qui doit être voté jeudi, sera probablement revu à la baisse.


Il « semble évident » que le prix de la loi de réconciliation sera inférieur à la proposition initiale de 3 500 milliards de dollars, a déclaré la Démocrate californienne lors d’une apparition dans l’émission This Week sur ABC.

« Tout le monde, en grande majorité, et, je pense, même ceux qui veulent un chiffre plus petit, appuient la vision du président », a déclaré Mme Pelosi. « Additionner ce que sont nos priorités devrait nous amener à un nombre où nous trouverons un terrain d’entente »

Mme Pelosi a besoin de plus de temps pour tenter d’amadouer le Squad et d’autres gauchistes tout en conservant l’appui des Sénateurs Manchin et Sinema et des quelques Démocrates de la Chambre, candidats dans des districts incertains, qui comprennent comment le vote pour Obamacare a fait perdre leurs élections à de nombreux Démocrates de la Chambre lors des premières élections de mi-mandat de la présidence d’Obama. Ils savent que les dépenses massives liées à la dette vont exacerber l’inflation.

Le maître polémiste Kurt Schlichter a rédigé un essai très convaincant concernant la guerre interne en cours chez les Démocrates. Lisez-le en entier (townhall.com), mais pour une dose rapide de schadenfreude, en voici quelques extraits :

«Le simple fait de voir (les Sénateurs) Manchin et Sinema se moquer de M. Schumer, qui (comme l’a noté Hugh Hewitt) cherche désespérément à repousser un défi des élections primaires lancé par la socialiste AOC, qui parle bien et sans ironie, nous redonne foi en la justice immanente.

Les gauchistes sont furieux que Joe Manchin ruine leur parti – c’est génial. Et leurs menaces maladroites sont encore plus drôles. Ouais, il y a des chances qu’un gauchiste remplace Joe Manchin lors des primaires en Virginie Occidentale, juste après que les Boy Scouts aient choisi le Projet Lincoln pour sponsoriser leur jamboree.

Que M. Schumer et Mme Pelosi ne soient pas craints comme ils le devraient par leur propre caucus est chose exquise. Mitch McConnell est craint par son groupe parlementaire, et à juste titre. Et il joue son rôle magistralement. Oui, les Républicains ont leurs propres combats – y compris la campagne de Donald Trump contre McConnell, qui est incontestablement le combattant législatif le plus efficace depuis des générations. Ce type me rend fou aussi – ses jérémiades concernant la prétendue insurrection (du 6 janvier) étaient stupides et boiteuses – mais personne ne détruit les rêves des Démocrates comme la «Méchante Tortue» (surnom de Mitch McConnell). Il vient de jeter un sérieux bâton dans les roues de Capitol Hill en refusant d’aider à relever le plafond de la dette – les Dems ont la majorité, c’est donc leur problème. Bien sûr, les Démocrates ne veulent pas le faire parce que ça fait mauvais effet – ils veulent être couverts par le GOP. Mais pas si bête, Mitch refuse de couvrir ce qui n’est qu’un leurre pour une autre frénésie dépensière des Démocrates.»

Et :

«Selon les chiffres dont les médias gauchistes refusent de parler dans leurs reportages, le plus grand groupe de sceptiques anti-vax ne se trouve pas parmi les supporters de Donald Trump qui détestent la science. Ce sont les minorités, qui ont franchement une très bonne raison de ne pas faire confiance aux médecins du gouvernement qui leur assurent que tout va bien. Cela n’aide pas lorsque de riches crétins lors de la soirée des Emmys ou à Martha’s Vineyard font la fête sans masque tout en exigeant que vous bâillonniez votre enfant – ou que vous ne l’autorisiez pas du tout à aller à l’école.

Ainsi, lorsque le Caucus des Karen (les femmes geignardes et libidinalement insatiables) obtiendra que soit obligatoire le passeport vaccinal de ses rêves, les plus touchés seront… les minorités ! Mettez ça dans votre pipe commémorative Ibram X. Kendi et fumez ça, mesdames ! La bagarre et la manifestation de BLM qui en a résulté au restaurant italien de New York n’était que le début. Nous verrons de plus en plus de batailles entre les différentes factions de la coalition démocrate, et nous devons faire comme Mitch et rester en dehors de ça.»

Assister à l’invasion de notre pays n’est pas amusant, pas plus que l’horreur qui se déroule en Afghanistan. Savoir que la Chine réalise maintenant que Joe Biden a manqué à son obligation de protéger ceux qui s’engagent dans des alliances avec les USA est effrayant au-delà des mots. La Troisième Guerre mondiale n’est pas impensable, car la faiblesse est une provocation et la réussite de Taiwan menace la légitimité de l’oligarchie communiste chinoise.

Mais au moins, nous pouvons voir Joe Biden prouver qu’il est sénile, Nancy Pelosi bégayer et gesticuler comme une folle paniquée, et les Démocrates former un peloton d’exécution circulaire.
Tandis que notre pays est sur une pente descendante, nous prenons notre plaisir là où nous le pouvons.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.


https://www.americanthinker.com/blog/2021/09/schadenfreude_to_start_the_week_biden_and_the_dems_plans_are_collapsing.html


Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz