Publié par Magali Marc le 10 septembre 2021

Le président Joe Biden devrait se rendre en Californie au début de la semaine prochaine pour apporter son appui au Gouverneur Newsom. Avec sa cote de popularité en chute libre, un programme national qui échoue, une crise au Moyen-Orient qu’il a lui-même provoquée et des otages américains retenus sur le tarmac en Afghanistan, Joe Biden a tellement de problèmes que Gavin Newsom ne devrait même pas en faire partie. Aussi, désespérés de voir que le Républicain Larry Elder semble prendre de l’avance sur M. Newsom, les Démocrates ont fait en sorte que Barack Obama apparaisse dans une publicité destinée aux Californiens afin d’apporter son appui au gouverneur dans les derniers jours de la campagne.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Monica Showalter, paru sur le site d’American Thinker, le 9 septembre.

******************

Les Démocrates désespérés font appel à Obama pour tenter de sauver Newsom

Les choses doivent aller bien mal pour les Démocrates pour qu’ils tentent désespérément de réunir les votes dont ils ont besoin afin de sauver le poste du gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, lors de l’élection de rappel du 14 septembre.

Ils ont fait appel à Joe Biden, le président des États-Unis, qui doit faire une apparition pour leur homme la semaine prochaine. Ils ont fait appel à Kamala Harris, la vice-présidente des États-Unis, amie de longue date de M. Newsom et ancienne sénatrice de Californie, qui est allée en Californie mercredi (le 8 septembre).

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Normalement, quand vous avez le président des États-Unis faisant campagne pour vous, l’affaire est dans le sac. Le grand homme fait une apparition et les électeurs accourent. Les grands hommes ne font pas souvent cela, et c’est ce qui rend une telle campagne vraiment spéciale.

Mais il y a quelque chose qui ne marche pas, alors ils ont sorti leur dernier atout, Barack Obama, l’homme fascinant et charismatique, l’ex-président populaire, devenu depuis une figure hollywoodienne, afin de retourner la situation pour M. Newsom en difficulté, grâce à sa rhétorique habituelle portant sur l’importance du moment historique, de faire le choix d’avancer ou de reculer.

Selon Fox News :

« L’ex-président Barack Obama est entré dans l’arène politique mercredi, vantant le travail de l’Administration Biden et en apportant son soutien au gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, qui fait face à une campagne de révocation.
« Californie ! Vous avez un choix important à faire d’ici le 14 septembre, et tout est en jeu », a tweeté l’ancien président à propos de la tentative des Républicains de destituer M. Newsom lors des élections de la semaine prochaine. « Votre vote pourrait faire la différence entre protéger nos enfants ou les mettre en danger, aider les Californiens à se rétablir ou nous faire reculer. Votez « non » à la révocation républicaine.
»

Remarquez que M. Obama emploie le procédé de narration familier « les enfants sont en danger », une phrase faite pour susciter l’hystérie. Quiconque a déjà suivi un cours d’écriture de roman ou de scénario sait que c’est le plus grand de cri de ralliement conçu pour susciter une réaction.

Le fait que Barack Obama remplace le président en exercice, Joe Biden, pour aider les Démocrates en dit long sur la gravité de la situation.

La présidence de Joe Biden est un échec, bien sûr, récemment et spectaculairement basé sur sa performance en Afghanistan, et ses sondages sont en baisse, rendus à environ 39% d’approbation. Les Démocrates l’ont quand même invité, pensant que la Californie étant un État bleu, cela ne devrait pas compter.

Mais voilà que l’on apprend que Joe Biden entraîne dans sa chute un autre candidat démocrate au poste de gouverneur, Terry McAuliffe, en Virginie.

Selon Paul Bedard, du Washington Examiner :

« Un nouveau sondage concernant l’élection du gouverneur dans cet État qui a voté démocrate lors des quatre dernières élections, le Gouverneur McAuliffe est passé de son avance sur l’homme d’affaires républicain Glenn Youngkin, à une égalité de 48 %. Si l’on ajoute le candidat d’un parti tiers, M. Youngkin devance M. McAuliffe, à 48 % contre 46 %.
« En tête-à-tête, le soutien à Glenn Younkin a augmenté de trois points, tandis que celui de McAuliffe a baissé dans les mêmes proportions. Le scrutin s’est déplacé de six points depuis début août. La course est à égalité dans la dernière ligne droite », selon le mémo envoyé à Paul Bedard

Les taux d’approbation abyssaux de M. Biden en sont la cause :

« L’enquête envoie un signal d’alarme aux Démocrates qui espèrent se présenter dans le sillage de Joe Biden en 2022. « Les opinions concernant Joe Biden se sont effondrées en Virginie », selon l’analyse du sondage présentée ci-dessous.
A quel point la situation est-elle mauvaise pour Biden ? En un mois, sa cote de popularité est passée de 53 % d’opinions favorables et 43 % d’opinions défavorables à 50 % d’opinions défavorables et 43 % d’opinions favorables.
Et en cours de route, les Républicains sont devenus beaucoup plus intéressés par l’élection et le vote que les Démocrates. Selon l’analyse, « 81 % des républicains déclarent un niveau d’intérêt très élevé (10 sur 10) pour l’élection, contre moins de six démocrates sur dix (58 %).
»

Donc M. Obama est censé sauver la mise parce que les Démocrates savent que Biden entraîne le parti dans sa chute ?
Comment se porte la réputation d’Obama ces jours-ci ?

Il a récemment organisé une grande fête d’anniversaire sans port de masque sanitaire à Martha’s Vineyard qui s’est apparemment transformée en un événement COVID superpropagateur. Ça ressemble au fait que Gavin Newsom, a pris un repas entre amis au restaurant French Laundry, à un moment où le reste de l’État était confiné, ce qui lui a valu sa première vague d’opprobre publique.

Mais qu’en est-il du bilan d’Obama en matière de parrainage ? Voici quelques titres aléatoires des années précédentes :

  • « L’appui d’Obama équivaut au baiser de la mort pour les Démocrates du Nevada » – Las Vegas Review-Journal, éditorial, 2018.
  • « Un appui venant de Barack Obama pourrait équivaloir à un baiser de la mort cette année »-Mother Jones, éditorial lors des élections de mi-mandat de 2014.
  • « Désolé, Joe Biden : les appuis de Barack Obama ont un énorme bilan d’échec » –New York Post, chronique, 2020

Selon Ballotpedia :

« En 2020, Obama a donné son appui à 232 candidats. 96 candidats appuyés par lui ont gagné et 136 ont perdu
Vous pouvez voir la grande série de « x » rouges montrant combien d’entre eux ont perdu malgré l’appui tant convoité de Barack Obama.

C’était l’année où les Démocrates ont gagné et contrôlé la Maison Blanche, le Sénat et la Chambre. Sacré record, Barry-O !

Mais à présent, les Démocrates sont désespérés. Joe Biden est apparemment si mauvais qu’il fait passer les électeurs dans le camp adverse. Obama est un producteur de perdants parmi les Démocrates.

Les Démocrates n’ont pas l’air d’avoir beaucoup de bonnes nouvelles auxquelles ils peuvent s’accrocher à l’approche de ce rappel. Quand vous comptez sur des appuis, c’est mauvais, mais quand vous comptez sur des appuis qui font fuir le public, c’est un signe que ça va mal finir.

Bien fait pour eux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

33
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz