Publié par Magali Marc le 25 septembre 2021

Lorsque le président Biden s’est adressé à l’Assemblée générale des Nations unies, mardi le 21 septembre, il a déclaré que les États-Unis appuyaient la sécurité d’Israël – «Mais» – cette sécurité dépendait de la (prétendue) Solution à deux États, et de la création d’un « État palestinien viable, souverain et démocratique ». La décision des Démocrates de laisser tomber l’Iron Dome par déférence pour les gauchistes antisémites du Squad ne peut être rachetée par un vote ultérieur en faveur de son financement. Le message est passé: les Israéliens ne peuvent pas compter sur le Parti Démocrate pour les aider à assurer leur sécurité.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Joel B. Pollak, paru sur le site de Breitbart, le 24 septembre.

*********************

Les Démocrates abandonnent leur prétention d’appuyer Israël

La Chambre des Représentants, contrôlée par les Démocrates, a adopté jeudi (le 23 septembre) un financement d’un milliard de dollars pour le système défensif israélien Dôme de fer, afin de sauver les apparences, alors que la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, l’avait retiré d’un autre projet de loi plus tôt cette semaine.

Seule une minorité de Démocrates a voté contre le financement du Dôme de fer, qui protège également l’armée américaine.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

La Représentante Alexandria Ocasio-Cortez (AOC) qui a mené l’opposition au Dôme de fer, a voté «présent», probablement dans le but de protéger son ambition d’être éventuellement élue au Sénat.

Cependant, le Parti Démocrate avait montré ses vraies couleurs plus tôt dans la semaine, lorsque Mme Pelosi a capitulé devant cette minorité.

Le Dôme de Fer est une arme purement défensive qui protège les enfants israéliens des terroristes et les enfants palestiniens de la guerre terrestre qui autrement serait nécessaire pour arrêter les terroristes.

Le vote massif au Congrès en faveur du financement du système permet au Parti Démocrate et aux partis de gauche du gouvernement israélien post-Netanyahou de faire comme si la crise n’avait jamais eu lieu.

Mais elle a eu lieu, et elle a eu lieu parce qu’on ne peut pas compter sur le Parti Démocrate pour aider à la défense d’Israël dans les moments cruciaux.

Voici ce qui s’est passé.

Normalement, les dépenses américaines visant à financer le Dôme de Fer auraient dû être votées dans le cadre du National Defense Appropriations Act ( NDAA- la Loi sur les crédits de la Défense nationale ).

Mais, confrontée à des dissensions au sein de son propre parti concernant une résolution continue visant à financer le gouvernement jusqu’en décembre 2022 et à relever pour la énième fois la limite de la dette du pays, Mme Pelosi a cherché à obtenir l’appui des Républicains en ajoutant le financement du Dôme de Fer à la résolution, plutôt que de l’adopter plus tard dans le cadre du financement de la défense.

(À noter: le pari politique de Nancy Pelosi a implicitement concédé le fait que les Républicains sont le parti le plus pro-Israël).

Les Républicains ont rejeté l’initiative de Nancy Pelosi – non pas, comme certains apologistes des Démocrates ont essayé de le prétendre, parce qu’ils sont en quelque sorte opposés au financement du Dôme de Fer, mais parce qu’ils n’allaient pas permettre à Mme Pelosi de les utiliser comme des pions dans une crise budgétaire qu’elle a elle-même créée.

Après tout, depuis l’arrivée de Joe Biden au pouvoir, les Démocrates de la Chambre ont insisté pour voter unilatéralement les mesures de dépenses, passant outre les objections et les amendements des Républicains. Le financement du gouvernement est donc leur problème.

Pendant ce temps, le groupe de membres gauchistes du Congrès soi-disant «progressistes» connu sous le nom de Squad, et nominalement dirigé par Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), a décidé que si le financement du Dôme de Fer faisait partie du projet de loi de Nancy Pelosi pour financer le gouvernement ; ils voteraient contre.

Ce qui était nouveau, ce n’est pas le fait que les membres de l’«Escouade» se soient opposés au droit d’Israël de se défendre contre la terreur palestinienne ; cela était connu. Ce qui était nouveau, c’est que la direction du Parti Démocrate leur a cédé publiquement.

Les concessions précédentes avaient été faites plus discrètement.

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, savait exactement ce que la Représentante Ilhan Omar pensait d’Israël lorsqu’elle l’a nommée à la Commission des affaires étrangères de la Chambre en 2019.

La nomination de Mme Omar s’est immédiatement retournée contre elle lorsqu’elle a commencé à faire des déclarations antisémites. Mais Mme Pelosi ne l’a jamais retirée de la Commission ; au lieu de cela, elle lui a permis de sauver la face grâce à une faible résolution condamnant l’antisémitisme – ainsi que l’islamophobie.

Cependant, la dernière concession de Nancy Pelosi est bien plus significative.

Le Dôme de Fer est devenu plus important que jamais, étant donné qu’il s’est avéré crucial pour la défense de la population civile d’Israël en mai 2021.

Au cours de ce conflit, les terroristes du Hamas ont tiré des milliers de roquettes – non seulement sur les villes frontalières, non pas sur les «colons» de droite, mais sur Tel Aviv même, le centre de l’économie israélienne, et le foyer des gauchistes laïques urbains que les Démocrates et les groupes de gauche comme J Street sont désireux de promouvoir comme étant leur électorat culturel préféré dans la politique intérieure israélienne.

Les Démocrates ont également considéré le Dôme de Fer comme une sorte de talisman contre l’affirmation selon laquelle ils sont en train de devenir un parti anti-israélien.

Aux pires moments de l’assaut diplomatique de l’Administration Obama contre Israël, après que le vice-président de l’époque, M. Biden, ait condamné la construction de bâtiments israéliens dans les quartiers juifs de Jérusalem et que M. Obama ait conclu un accord sur le nucléaire malavisé avec Téhéran, les Démocrates du Congrès ont voté le financement du Dôme de Fer pour montrer qu’ils étaient toujours pro-Israël.

De même, lorsque l’Administration Biden a voulu montrer qu’elle appuyait Israël, après avoir initialement – et stupidement – semblé se ranger du côté des Palestiniens en mai, le président a promis de réapprovisionner le stock de missiles du Dôme de fer d’Israël, qui était épuisé.

Mais l’escouade, menée par AOC, a juré de punir Israël pour avoir eu la témérité de se défendre, et a commencé à faire pression pour mettre fin aux ventes d’armes américaines à Israël, à commencer par les armes de précision qu’Israël utilise pour cibler les terroristes palestiniens à Gaza.

Lorsqu’ils ont refusé de voter pour un budget comprenant le financement du Dôme de Fer, Nancy Pelosi s’est pliée à leurs exigences. L’escouade anti-israélienne a prouvé que, même si elle ne représente pas la majorité du groupe parlementaire du Parti Démocrate, elle peut le contrôler, ainsi que ses dirigeants, à des moments cruciaux.

La raison pour laquelle le Squad peut faire ça, est que les Démocrates n’est tout simplement pas assez favorable à Israël pour s’opposer à eux.

En 2018, lorsque les États-Unis ont ouvert leur ambassade à Jérusalem – ce que même les Démocrates prétendaient vouloir faire depuis des décennies – pas un seul élu démocrate n’est venu à la cérémonie, et aucun n’a assisté à une célébration parallèle à l’ambassade d’Israël à Washington.

Pas plus tard que cette semaine, lorsque le président Biden s’est adressé à l’Assemblée générale des Nations unies, il a déclaré que les États-Unis appuyaient la sécurité d’Israël – «Mais» – cette sécurité dépendait de la prétendue Solution à deux États, et de la création d’un « État palestinien viable, souverain et démocratique » (que les israéliens sont censés mettre en place alors que les Palestiniens eux-mêmes n’ont montré aucun intérêt à le construire, après des décennies de négociations).

Depuis le désastreux retrait d’Afghanistan, nos alliés comprennent, plus que jamais, qu’ils sont vulnérables aux changements de la politique intérieure américaine.

La décision des Démocrates de laisser tomber l’Iron Dome par déférence pour le Squad ne peut être rachetée par un vote ultérieur en faveur de son financement. Le message est clair: Israël ne peut pas compter sur le Parti Démocrate.

* Joel B. Pollak est né dans une famille juive orthodoxe à Johannesburg, en Afrique du Sud. Il est citoyen américain depuis 1987.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Breitbart

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz