Publié par Rosaly le 7 septembre 2021

L’Amérique respecte la liberté religieuse. Toutefois, la liberté de choisir une foi n’implique pas de louer ou de privilégier cette foi, surtout si cette foi sert d’excuse pour légitimer l’assassinat d’autres Américains, considérés comme des mécréants.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

L’ancien président Barack Hussein Obama avait clairement choisi de protéger l’islam comme «une religion de paix», au lieu de mettre au point un programme visant à protéger les Américains de l’islam radical. (Il n’y a qu’un seul islam basé sur les textes coraniques radicaux.)

Toujours soucieux de dédouaner «la religion de paix» source de toutes les atrocités commises par ses adeptes, quelques heures seulement après l’attaque terroriste islamiste perpétrée par un pieux musulman à Chattanooga, Tennessee, qui coûta la vie à 5 militaires américains, le Président Obama twitta cet important message à l’attention de la communauté musulmane :

«From my family to yours, Eid Mubarak!» —@POTUS («De ma famille à la vôtre, qu’Allah bénisse votre aïd», ou Joyeuses fêtes de l’aïd)

S’il est compréhensible que les politiciens twittent souvent leurs vœux à l’occasion de fêtes religieuses, ce qui l’est moins, c’est de souhaiter une joyeuse fête à une communauté «religieuse» deux heures avant même d’exprimer ses regrets pour l’assassinat de cinq marines décorés pour services rendus à la nation, par un membre de ladite communauté, un tueur qui s’était clairement inspiré des enseignements coraniques publiés sur son blog.

Quand, enfin, il s’exprima, il décrivit cette attaque terroriste meurtrière comme «une circonstance bouleversante».

Lors de sa déclaration écrite, Obama prit soin de rappeler à chaque Américain de respecter les citoyens de toutes croyances et convictions.

Bien sûr, la foi, à laquelle il se référait clairement, c’était la foi islamique, tandis qu’il pointait un doigt en notre direction, nous priant de faire preuve de respect.

Dans ce cas, et lors d’autres attaques terroristes islamistes, comme le massacre de Fort Hood (Texas) tout simplement qualifié par l’Administration Obama de «violence sur le lieu de travail», le président refusa de dénoncer les islamistes, qui justifiaient leurs actes sanguinaires pour la cause d’Allah. Cette tuerie, perpétrée le 5 novembre 2009 par le commandant Nidal Malik Hasan – un Américain d’origine palestinienne, psychiatre dans l’armée de terre – fit 13 morts et une trentaine de blessés.

Au-delà du simple refus de qualifier ces extrémistes de terroristes islamistes, Obama ne célébrait pas n’importe quelle fête religieuse, non, il fêtait la fin du ramadan. Les progressistes, en admiration devant «l’esprit du ramadan», oublient toujours de préciser que la zakat, qui consiste à donner et à aider les personnes dans le besoin ne concerne que les musulmans. A l’opposé du Christianisme, qui soutient les droits de l’homme fondamentaux et vient en aide à toutes les personnes, indépendamment de leurs croyances, il est contraire à la belle «religion de l’islam» de faire la charité aux non-musulmans, car la loi islamique l’interdit. (Lors de l’invasion de la Syrie et de l’Irak, l’aide internationale fournie par la Croix Rouge au Croissant Rouge était distribuée aux seuls réfugiés musulmans, les non-musulmans n’avaient aucune importance et pouvaient mourir de faim.)

Imaginez la tempête de feu que déclencheraient les progressistes, à l’encontre de l’Eglise catholique, l’une des principales organisations caritatives du monde, si elle choisissait de n’aider que les catholiques en détresse et personne d’autre !

Barack Hussein Obama respecte avec ferveur une idéologie, qui ne soutient que ses propres membres au détriment d’autres personnes, une idéologie qui viole les droits humains fondamentaux à travers le monde.

L’accord sur le nucléaire iranien

En outre, Hussein Obama défendit avec énergie l’accord sur le nucléaire iranien auprès de l’ONU, signé à Vienne en 2015. Cet accord aurait permis à l’Iran d’obtenir la bombe nucléaire au cours de la prochaine décennie, de déstabiliser ainsi davantage la région et de menacer Israël et ses alliés. Heureusement, en 2018, les USA se retiraient de l’accord, jugé trop laxiste par Donald Trump. Sans surprise, l’Administration Biden souhaite revenir parmi les signataires de l’accord de Vienne. La sécurité d’Israël et de ses alliés n’est guère sa priorité.

Or, l’Iran est le premier état du monde à parrainer le terrorisme international. L’Histoire montre que l’on ne peut pas faire confiance aux mollahs iraniens pour respecter leur part de l’accord. Ils commenceront immédiatement à utiliser des centaines de milliards d’allègements des sanctions, non pour sortir le peuple iranien de la misère, mais pour financer les violences les plus meurtrières contre Israël, les USA et l’Occident. . Même l’administration Obama admit ces faits. (Obama administration admits these facts.)

Malgré cela, Barack Hussein Obama choisit son camp : un accord nucléaire déséquilibré favorisant clairement la République islamique radicale d’Iran, aux dépens des vies américaines et israéliennes.

Comme sa conseillère la plus proche et la plus écoutée était Valérie Jarrett, une progressiste d’origine iranienne, cela expliqua son choix. Il fut largement rapporté qu’elle s’opposa pendant des mois à l’élimination de Ben Laden, une fois ce dernier localisé au Pakistan. Elle invita à la Maison-Blanche plus d’une douzaine de musulmans radicaux, majoritairement liés aux Frères musulmans.

Ardent partisan des Frères musulmans

Le président Obama fut également un ardent partisan de la prise du pouvoir par les Frères musulmans en Égypte en 2011. Or, cette organisation viole ouvertement les Droits de l’homme à grande échelle et promeut la peine de mort pour les «crimes» d’apostasie, les critiques de l’islam, les victimes de viols et les homosexuels.

Du soutien aux Frères musulmans en Égypte à l’accord sur le nucléaire iranien, de la qualification de l’attaque terroriste de Fort Hood en «violence sur le lieu de travail» au fait d’honorer le ramadan avant de dénoncer le meurtre des Marines à Chattanooga, le président Obama s’est révélé être le président le plus pro-islam de l’histoire des USA. Au détriment de la vérité et de la sécurité des citoyens américains.

Rosaly :

Rappelons ici la devise des Frères musulmans et leur mission sur terre :

«Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le jihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance».

«Les Frères Musulmans doivent comprendre leur travail d’implantation en Amérique comme une sorte de grand jihad visant à éliminer, à détruire de l’intérieur la civilisation occidentale et à saboter sa misérable demeure afin que la religion d’Allah soit victorieuse sur toutes les autres religions. (…) C’est la destinée du musulman que de mener le jihad, peu importe où il se trouve, et ce, jusqu’à son dernier souffle.»

Le but des FM est d’islamiser l’Amérique, non pour la détruire, comme expliqué en sont temps par Frère Tarik Ramadan, mais pour la réformer, pour son bien. Même projet altruiste à l’égard de l’Europe !

Ce n’était pas une politique d’apaisement envers le monde musulman que pratiquait Hussein Obama, mais la remise des clefs de la Forteresse US à ses plus terribles ennemis : les Frères musulmans. Le simple fait d’imaginer que la sécurité internationale puisse un jour dépendre des Fous d’Allah suscite des visions d’horreur.

Même s’il se prétendait «chrétien», au cours de sa carrière politique Obama avait maintes fois critiqué violemment le Christianisme traditionnel, et son parcours présidentiel fut émaillé d’une longue suite d’actions anti-chrétiennes.

Lors de discours officiels, il avait, à plusieurs reprises, jeté le doute sur la Bible, répété qu’il ne voyait pas en quoi Jésus était nécessaire au salut de l’Homme. (Pour un chrétien, il s’agit d’une affirmation étrange, car il est bien écrit : «Je suis la voie, la vérité et la vie, et personne ne vient à mon Père si ce n’est par moi». Jean 14, 6)

Par contre, Obama se référa toujours à Mahomet comme «Le Prophète», et exprima à la moindre occasion son amour, son admiration et son immense respect pour l’islam.

Suite aux plaintes des diverses organisations islamiques américaines affiliées aux Frères musulmans, dont le tout puissant CAIR, l’Administration Obama avait ordonné de retirer tout le matériel de formation utilisé par les forces de l’ordre et les agences de sécurité, afin d’en éliminer toutes les références à l’islam, jugées offensantes pour les musulmans. L’une des conséquences tragiques en fut l’attentat du marathon de Boston.

En quoi l’ex-leader du monde libre, aujourd’hui l’éminence grise du président actuel, croit-il ?

En l’islam ? Sans l’ombre d’un doute ! En Christ ? Nullement ! En lui-même ? Indéniablement ! C’est un pervers narcissique.

Ci-après, un rappel de 20 déclarations fantaisistes et mensongères sur l’islam de Barack Hussein Obama, ce «chrétien» si musulman.

  • 1. L’avenir ne doit pas appartenir à celui qui dénigre le prophète.
  • 2. Le son le plus doux que je connaisse est celui du muezzin appelant à la prière.
  • 3. Nous transmettons notre profonde admiration pour cette grande et célèbre culture islamique, qui a tellement contribué au cours des siècles à façonner le monde, y compris mon propre pays.
  • 4.  En tant qu’étudiant en histoire, je sais ce que la civilisation doit à l’islam.
  • 5. L’islam a une fière tradition de tolérance.
  • 6. L’islam a toujours fait partie de l’Amérique.
  • 7. Nous encouragerons davantage d’Américains à étudier dans les communautés musulmanes.
  • 8. Ces rituels islamiques nous rappellent les principes que nous avons en commun, ainsi que le rôle de l’islam dans la progression de la justice, de la tolérance, du progrès et du respect de la dignité de tous les êtres humains.
  • 9. L’Amérique et l’islam ne sont pas exclusifs et l’un ne doit pas nécessairement empiéter sur l’autre. Bien au contraire, ils partagent les valeurs communes de justice, de progrès, de tolérance et de respect de la dignité de tous les êtres humains.
  • 10. Je le dis clairement, l’Amérique n’est pas et ne sera jamais en guerre avec l’islam.
  • 11. L’islam n’est pas le problème dans la lutte contre l’extrémisme violent, bien au contraire, l’islam contribue à la promotion de la paix.
  • 12. J’ai connu l’islam sur 3 continents, avant de venir dans la région où il fut d’abord révélé. Cette expérience guide ma conviction.
  • 13. Les communautés musulmanes ont toujours été à l’avant plan de l’innovation et de l’éducation, que ce soit par le passé ou de nos jours.
  • 14. Tout au long de l’histoire, l’islam a prouvé en paroles et en actes sa tolérance religieuse et le respect de l’égalité raciale.
  • 15. Le ramadan est la célébration d’une foi connue pour sa grande diversité et son égalité raciale.
  • 16. Le saint coran nous dit : «Oh vous l’Humanité : nous vous avons créé mâle et femelle et nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous puissiez vous connaître les uns et les autres.
  • 17. Je me réjouis de prendre part à un dîner d’iftar, célébrant le ramadan à la Maison-Blanche et je vous souhaite un mois plein de bénédictions.
  • 18. Nous avons vu les bienfaits apportés par des générations d’immigrés musulmans : les agriculteurs et les ouvriers d’usine, les travailleurs qui construisirent les chemins de fer, les maçons qui édifièrent nos villes, les musulmans innovateurs qui aidèrent à la construction de nos plus hauts gratte-ciel et ceux qui contribuèrent à percer les secrets de notre univers.
  • 19. Je sais aussi que l’islam a toujours fait partie de l’histoire d’Amérique.
  • 20. Cette expérience guide mes convictions que le partenariat entre l’Amérique et l’islam doit être basé sur ce qu’est l’islam et non sur ce qu’il n’est pas. Et je considère que c’est ma responsabilité, en tant que président des USA, de lutter contre tous les stéréotypes négatifs diffusés sur l’islam, peu importe où ces derniers apparaissent et se propagent.»

Tous ces propos peuvent être facilement démontés. Ils ne correspondent en rien à la réalité de l’islam, à sa véritable nature.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Sources :

  • The Impact of a Pro-Islam Presidency» by J.P. Moran (Townhall) August 2015
  • 20 Obama Quotes About Islam Contrasted With 20 Obama Quotes About Christianity by Michael Snyder» (former Washington D.C. attorney who now publishes The Truth)
42
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz