Publié par Pierre Rehov le 3 septembre 2021

Survol historique des prémices du mouvement.

(Retrouver la première partie ici : https://www.dreuz.info/2021/09/papa-cest-quoi-le-sionisme-1ere-partie-251019.html)

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Depuis les premiers siècles de l’ère chrétienne, la plupart des Juifs vivent en dehors de la région honteusement rebaptisée « Palestine » par l’Empereur Hadrien, suite à la destruction du Second Temple et au massacre des Juifs de Jérusalem lors de la révolte de Bar Khorba ( année 132). Sur les 600 000 ou 1 000 000 juifs de Jérusalem, tous sont morts de faim, ont été tués ou ont été vendus comme esclaves.

  • Une présence minoritaire de juifs est attestée pendant presque toute la période. Par exemple, selon la tradition, la communauté juive de Peki’in a maintenu une présence juive depuis la période du Second Temple.
  • Selon le Tanakh, Dieu avait affecté Canaan aux Juifs comme Terre promise, une croyance conservée également dans la Septante, dans la tradition chrétienne et musulmane.
  • La Diaspora a commencé en 586 avant J.-C. pendant l’occupation babylonienne d’Israël. Les Babyloniens ont détruit le Premier Temple, qui était au cœur de la culture juive de l’époque.
  • Après la Grande révolte du 1er siècle et la révolte de Bar Kokhba du 2e siècle, l’Empire romain a interdit aux Juifs de rester à Jérusalem et a renommé le territoire « Syria Palaestina » afin de les humilier et de nier jusqu’à leur identité.
La Nation Juive historique. Noter que les envahisseurs philistins, des barbares venant de la mer, avaient établi leur colonie dans la bande actuelle de Gaza. Mais les Philistins n’avaient aucune relation avec les Arabes d’aujourd’hui.

Sion est une colline près de Jérusalem (aujourd’hui dans la ville), symbolisant largement la Terre d’Israël.

  • Au milieu du XVIe siècle, le sépharade portugais Joseph Nasi, avec le soutien de l’Empire ottoman, tente de rassembler les Juifs portugais, d’abord pour les faire migrer vers Chypre, alors propriété de la République de Venise, puis pour les réinstaller à Tibériade. Nasi finit par obtenir le poste médical le plus élevé de l’empire, et participe activement à la vie de la cour. Il a convaincu Soliman Ier d’intervenir auprès du pape en faveur des Juifs portugais sujets ottomans emprisonnés à Ancône. Entre le IVe et le XIXe siècle, l’action de Nasi a été la seule tentative concrète d’établir une sorte de centre politique juif en « Palestine ».
  • Au XVIIe siècle, Sabbatai Zevi (1626-1676) s’est annoncé comme le Messie et a gagné de nombreux Juifs à sa cause, formant une base à Salonique. Il a d’abord essayé d’établir une colonie à Gaza, mais s’est ensuite déplacé à Smyrne. Après avoir déposé le vieux rabbin Aaron Lapapa au printemps 1666, la communauté juive d’Avignon, en France, se prépare à émigrer vers le nouveau royaume. L’empressement des Juifs de l’époque à croire les revendications messianiques de Sabbatai Zevi peut s’expliquer en grande partie par l’état désespéré des Juifs d’Europe centrale au milieu du XVIIe siècle. Les pogroms sanglants de Bohdan Khmelnytsky avaient anéanti un tiers de la population juive et détruit de nombreux centres d’apprentissage et de vie communautaire juifs.
  • Au XIXe siècle, un courant du judaïsme soutenant le retour à Sion a gagné en popularité, notamment en Europe, où l’antisémitisme et l’hostilité à l’égard des Juifs se développaient. L’idée d’un retour en Eretz Israël (« Palestine ») est rejetée par les conférences de rabbins tenues à cette époque. Des efforts individuels ont soutenu le retour de groupes de Juifs vers leur terre d’origine. L’Aliyah pré-sioniste, d’avant 1897, l’année est considérée comme le début du sionisme pratique.

Les Juifs religieux rejettent cette idée d’un retour à Sion. Naissance du mouvement réformé.

  • La conférence des rabbins réformés, à Francfort-sur-le-Main, du 15 au 28 juillet 1845, a supprimé du rituel toutes les prières pour un retour à Sion et une restauration d’un État juif.
  • La conférence de Philadelphie, en 1869, suivit l’exemple des rabbins allemands et décréta que l’espoir messianique d’Israël est « l’union de tous les enfants de Dieu dans la confession de l’unité de Dieu ».
  • La Conférence de Pittsburgh, en 1885, réitère cette idée messianique du judaïsme, exprimant dans une résolution que « nous ne nous considérons plus comme une nation, mais comme une communauté religieuse ; et nous n’attendons donc ni un retour en Palestine, ni un culte sacrificiel sous les fils d’Aaron, ni la restauration d’aucune des lois concernant un Etat juif ».

Des colonies juives ont été proposées pour l’établissement dans la région supérieure du Mississippi par W.D. Robinson en 1819. D’autres ont été développées près de Jérusalem en 1850, par le consul américain Warder Cresson, un Chrétien converti au judaïsme. Cresson a été jugé et condamné pour folie dans un procès intenté par sa femme et son fils. Ils affirmaient que seul un fou se convertirait du christianisme au judaïsme. Après un second procès, fondé sur la centralité des questions américaines de « liberté de foi » et d’antisémitisme, Cresson gagne le procès âprement disputé. Il émigre en « Palestine » ottomane et établit une colonie agricole dans la vallée des Rephaïm de Jérusalem. Il espérait « empêcher que l’on tente de profiter des nécessités de nos pauvres frères … et de les forcer à une prétendue conversion ».

Des efforts moraux mais non pratiques ont été faits à Prague pour organiser une émigration juive, par Abraham Benisch et Moritz Steinschneider en 1835.

Aux États-Unis, Mordecai Noah a tenté d’établir un refuge juif en face de Buffalo, dans l’État de New York, sur Grand Isle, en 1825. Ces premiers efforts de construction d’une nation juive de Cresson, Benisch, Steinschneider et Noah ont échoué.

Sir Moses Montefiore, célèbre pour ses interventions en faveur des Juifs dans le monde, notamment la tentative de sauvetage d’Edgardo Mortara, établit une colonie pour les Juifs en terre d’Israël occupée par l’Empire Ottoman

En 1854, son ami Judah Touro a légué de l’argent pour financer l’installation de résidences juives en région de Palestine. Montefiore fut nommé exécuteur testamentaire et utilisa les fonds pour divers projets, dont la construction en 1860 du premier établissement résidentiel juif et de la première maison de retraite en dehors de la vieille ville fortifiée de Jérusalem, aujourd’hui connue sous le nom de Mishkenot Sha’ananim.

Laurence Oliphant échoua dans une tentative similaire d’amener en région dite de « Palestine » le prolétariat juif de Pologne, de Lituanie, de Roumanie et de l’Empire turc (1879 et 1882).

19ème siècle : Juifs priant devant le Mont du Temple, tragiquement rebaptisé « Haram al Sharif » par l’UNESCO.
  • Le début officiel de la construction du Nouveau Yishouv est généralement daté de l’arrivée du groupe Bilu en 1882, qui a commencé la Première Aliyah.
  • Dans les années qui suivent, l’immigration juive commence sérieusement. La plupart des immigrants venaient de l’Empire russe, fuyant les fréquents pogroms et la persécution menée par l’État dans ce qui est aujourd’hui l’Ukraine et la Pologne. Ils ont fondé un certain nombre d’implantations agricoles avec le soutien financier de philanthropes juifs d’Europe occidentale.
  • D’autres aliyahs ont suivi la révolution russe et son cortège de violents pogroms.

Selon Karl Marx, envoyé dans la région par le quotidien New York Daily Tribune, la région était quasiment déserte en 1854, et la population de Jérusalem étant majoritairement juive, sauf que « rien ne pouvait égaler la misère des Juifs sur leur terre, sous l’oppression arrogante des occupants ottomans de religion musulmane. »

Les Musulmans formaient 1/4 de la population de Jérusalem en 1854. « Rien ne peut égaler la souffrance et la misère des (8000) Juifs de Jérusalem » sous la domination des 4000 occupants musulmans pour la plupart Turcs, durant l’occupation ottomane, qui a duré 4 siècles. (Karl Marx)

Dans les années 1890, Theodor Herzl a insufflé au sionisme une nouvelle idéologie et une urgence pratique, ce qui a conduit au premier congrès sioniste à Bâle en 1897, qui a créé l’Organisation sioniste mondiale (OSM).

L’objectif de Herzl était de prendre les mesures préparatoires nécessaires au développement d’un État juif. Les tentatives de Herzl pour parvenir à un accord politique avec les dirigeants ottomans de la Palestine n’ont pas abouti et il a cherché le soutien d’autres gouvernements.

L’Empire russe, avec son long passé de génocide organisé par l’État et de nettoyage ethnique (« pogroms »), est largement considéré comme l’ennemi historique du peuple juif. Le siège du mouvement sioniste était situé à Berlin, car nombre de ses dirigeants étaient des Juifs allemands, parlant l’allemand.

Organisation

Femmes juives, pendant la grande épuration nazie

Le sionisme s’est développé à partir d’initiatives et de mouvements proto-sionistes, tels que Hovevei Zion. Il se coalise et s’organise sous la forme du Congrès sioniste, qui crée des institutions d’édification de la nation et agit en Palestine ottomane et britannique ainsi qu’au niveau international.
Institutions pré-étatiques :

Organisation sioniste (ZO), est. 1897

Le Congrès sioniste (créé en 1897), l’organe suprême de la ZO.

Le Bureau de Palestine (créé en 1908), l’organe exécutif de la ZO en Palestine.

Fonds national juif (JNF), créé en 1901. 1901 pour acheter et développer des terres en Palestine

Keren Hayessod, fondé en 1920 1920 pour collecter des fonds

Agence juive, créée en 1929 1929 : branche opérationnelle mondiale de la ZO.

Financement

L’entreprise sioniste était principalement financée par de grands bienfaiteurs qui versaient des contributions importantes, des sympathisants des communautés juives du monde entier (voir par exemple les boîtes de collecte du Fonds national juif), et les colons eux-mêmes. Le mouvement a créé une banque pour administrer ses finances, le Jewish Colonial Trust (fondé en 1888, enregistré à Londres en 1899). Une filiale locale a été créée en 1902 en Palestine, l’Anglo-Palestine Bank.

Lord Montefiore
Lord Rotschild: sioniste et mécène. Grâce à lui des milliers d’hectares ont été achetés aux propriétaires officiels des terres « palestiniennes ». Terres que les Arabes ont aussitôt tenté de récupérer par le vol et le mensonge.

Une liste des grands contributeurs aux entreprises pré-sionistes et sionistes comprendrait, par ordre alphabétique, les noms suivants :

Isaac Leib Goldberg (1860-1935), leader sioniste et philanthrope russe.

Maurice de Hirsch (1831-1896), financier et philanthrope juif allemand, fondateur de l’Association juive de colonisation.

Moses Montefiore (1784-1885), banquier et philanthrope juif britannique en Grande-Bretagne et au Levant, initiateur et financier du protosionisme.

Edmond James de Rothschild (1845-1934), banquier juif français et grand donateur du projet sioniste.

Combattants du Palmach

Autodéfense pré-étatique

Une liste des organisations juives d’autodéfense préétatiques en région de « Palestine » occupée par l’Empire Ottoman comprendrait :

  • Bar-Giora (organisation) (1907-1909)
  • HaMagen, « Le Bouclier » (1915-17) [67]
  • HaNoter,  » La Garde  » (avant la Première Guerre mondiale, distincte de la Notrim britannique de la période Madate)[67].
  • Hashomer (1909-1920)
  • Haganah (1920-1948)
  • Palmach (1941-1948)

Territoires envisagés, rapidement abandonnés

Tout au long de la première décennie du mouvement sioniste, il y a eu plusieurs cas où des personnalités sionistes ont soutenu la création d’un État juif en dehors de la Palestine, comme l’Ouganda et l’Argentine. Les pogroms russes, en particulier le massacre de Kichinev, et la nécessité d’une réinstallation rapide qui en découle, constituent une préoccupation majeure dans l’examen d’autres territoires. Cependant, d’autres sionistes mettent l’accent sur la mémoire, l’émotion et la tradition qui lient les Juifs à la terre d’Israël. Sion devient le nom du mouvement, d’après le lieu où le roi David a établi son royaume, après avoir conquis la forteresse jébusite qui s’y trouvait (II Samuel 5:7, I Rois 8:1).

Le nom de Sion était synonyme de Jérusalem. La Palestine n’est devenue le principal centre d’intérêt d’Herzl qu’après la publication de son manifeste sioniste « Der Judenstaat » en 1896.

  • En 1903, le secrétaire britannique aux Colonies Joseph Chamberlain a offert à Herzl 5 000 miles carrés dans le protectorat de l’Ouganda pour l’installation de Juifs. Appelé le projet de l’Ouganda, il a été présenté la même année au Congrès de l’Organisation sioniste mondiale lors de sa sixième réunion, où un débat acharné a eu lieu.

    Certains groupes estiment que l’acceptation du projet rendrait plus difficile l’établissement d’un État juif en Palestine, la terre africaine étant décrite comme une « antichambre de la Terre sainte ».

    Il a été décidé d’envoyer une commission pour étudier les terres proposées par 295 voix contre 177, avec 132 abstentions. L’année suivante, le Congrès envoie une délégation pour inspecter le plateau. On pensait qu’un climat tempéré, dû à son altitude élevée, serait propice à l’installation des Européens. Cependant, la région était peuplée d’un grand nombre de Maasaï, qui ne semblaient pas favorables à l’arrivée d’Européens. En outre, la délégation a constaté qu’elle était peuplée de lions et d’autres animaux sauvages. Les Juifs, par tradition, ne sont pas des chasseurs et respectent la vie animale sauvage.
Lord Montefiore visiting Jerusalem
  • Après la mort de Herzl en 1904, le Congrès décida, le quatrième jour de sa septième session en juillet 1905, de décliner l’offre britannique et, selon Adam Rovner, de « diriger tous les efforts de futurs uniquement vers la terre d’origine des Juifs honteusement rebaptisée « Palestine ».
  • L’Organisation territorialiste juive d’Israël Zangwill, qui visait un État juif n’importe où, ayant été créée en 1903 en réponse au projet d’Ouganda, était soutenue par un certain nombre de délégués du Congrès.
12 documentaires pour comprendre le conflit israélo-arabe

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

A suivre : 3ème partie – La Déclaration Balfour

Lien vers la 1ère partie : Papa-cest-quoi-le-sionisme

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

32
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz