Publié par Pierre Rehov le 11 septembre 2021
Un jour d’infamie qui rappelle Pearl Harbor. Sauf que les kamikazes s’attaquent cette fois à des civils et sont des musulmans.

« Bonsoir », dit un George Bush au visage sévère, à une nation américaine abasourdie, il y a tout juste 20 ans aujourd’hui. « Aujourd’hui , notre mode de vie, notre liberté même ont été attaqués », suggérant ainsi que la guerre de l’islam était dirigée contre l’Occident.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Ce n’est pas le cas. Comme Pearl Harbor 60 ans plus tôt, le 11 septembre restera dans l’infamie, comme l’a dit Franklin Roosevelt à propos de l’attaque japonaise, et chaque Américain s’est lui aussi senti personnellement attaqué. Pourtant, c’est là que s’arrêtent les similitudes.

  • En 1941, les États-Unis ont fait face à un pays qui a déchaîné une armée conventionnelle motivée par un programme impérial.
  • En 2001, les États-Unis n’ont fait face ni à un pays ni à une armée, et l’objectif de leurs attaquants n’était pas d’étendre les frontières, les eaux ou les ressources d’un empire existant.

Au contraire, le nouvel ennemi n’avait ni pays, ni gouvernement, ni armée, il déployait une poignée de guerriers très peu armés et était animé par une foi religieuse, ou plutôt sa version la plus pure et la plus proche de son enseignement. On ne l’a pas dit au peuple américain. Au lieu de cela, on a dit aux Américains qu’ils se battaient dans « la guerre contre le terrorisme ».

C’était comme dire aux Britanniques pendant la bataille d’Angleterre que leur ennemi n’est pas le nazisme, mais le Messerschmitt. Aujourd’hui, alors que la guerre entre dans sa troisième décennie, il est temps d’appeler l’ennemi par son nom, de définir la cause de la guerre, de mobiliser ses alliés et de déclarer ses objectifs.

Les attentats du 11 septembre ne visaient pas le monde libre, et les présenter ainsi, tout en donnant aux Occidentaux un sentiment de droiture, éloigne la défaite de l’Islam.


Arabes musulmans de Gaza manifestant leur joie quand le monde libre est attaqué par leur secte.

Il ne s’agit pas d’une guerre contre le mode de vie occidental. C’est une guerre contre l’humanité

Oui, l’ennemi qui a pris pour cible les tours jumelles, le Pentagone et la Maison-Blanche a également mené des attaques dans d’innombrables autres endroits du monde libre, de Londres, Paris et Madrid à Ottawa, Melbourne et Burgas, en Bulgarie. Mais il a également frappé dans des bastions non démocratiques comme la Russie et la Chine. Pourquoi alors l’appeler ce qu’il n’est pas ?

Il ne s’agit pas d’une guerre contre le mode de vie occidental. C’est une guerre contre l’humanité. Les cerveaux de la guerre veulent que tous les gens croient en ce qu’ils croient, vivent comme ils vivent et remplacent tout gouvernement un tant soit peu tolérant par des fanatiques de leur propre acabit. Jusqu’à ce qu’ils atteignent cet objectif, tout autre membre de la race humaine est pour eux une proie facile. C’est pourquoi la violence musulmane a déjà frappé sur les six continents du monde ainsi que sur son unique sous-continent, et c’est pourquoi les tireurs et les suicidés de l’Islam ont également pris pour cible plusieurs pays à majorité musulmane, de l’Égypte et la Turquie à l’Indonésie et au Pakistan.

Il s’agit, en somme, d’une guerre mondiale, et c’est ainsi qu’il faut l’appeler : Troisième Guerre mondiale. Et tout comme Churchill et Staline n’étaient pas unis par une idée commune, mais par un ennemi commun, cette guerre, elle aussi, ne porte pas sur le grand idéal de la liberté, mais sur le petit dénominateur commun de l’autodéfense.

La guerre précédente était contre le fascisme. Cette guerre est contre l’Islam, qui, comme le fascisme avant lui, cherche à s’imposer au genre humain

La guerre précédente était contre le fascisme. Cette guerre, qui réunit également démocraties et autocraties, est dirigée contre l’Islam, un système de penseurs, de prédicateurs et de tireurs qui, comme le fascisme avant lui, cherche à s’imposer au genre humain.

Oui, la menace musulmane est disjointe et aussi incohérente. Al-Qaeda, ISIS, Boko Haram, les taliban, le Hamas, les djihadistes d’Abu Sayyaf aux Philippines, les Moudjahidines islamiques de Pattani en Thaïlande et Al Shabaab en Somalie sont tous des groupes très différents et indépendants, et tous sont différents des ayatollahs chiites d’Iran et de leurs ramifications au Liban, au Yémen et en Irak.

Néanmoins, les différents croisés de l’Islam conquérant constituent une menace d’inspiration commune et déstabilisent collectivement le reste du monde en s’attaquant sans relâche aux fondements du système international.


Arabe palestinienne manifestant sa joie en apprenant que les USA ont été attaqués.

L’Islam a montré, en paroles et en actes, que sa cible est la race humaine tout entière

Ainsi définie et nommée, la gestion de cette guerre par l’humanité doit changer radicalement, une fois que ses dirigeants auront compris les deux autres idées fausses avec lesquelles la troisième guerre mondiale a été menée au cours de ses deux premières décennies.

La première idée fausse de la guerre concernait le quoi, les autres concernent le qui et le comment.
L’impression que l’Islam fait la guerre à l’Occident a été renforcée par l’adhésion de l’OTAN à la guerre américaine en Afghanistan. Cet enrôlement était logique, car les alliés de l’Amérique avaient sincèrement le sentiment que l’attaque contre les États-Unis était une attaque contre eux.

Cependant, l’Islam a montré, en paroles et en actes, que sa cible est la race humaine tout entière. Il s’ensuit que les États-Unis doivent remplacer leur alliance anti-islamiste dominée par l’Occident par une alliance mondiale qui sera dirigée conjointement par les États-Unis, l’Inde, la Chine et la Russie, ainsi que par l’Indonésie, le plus grand pays à majorité musulmane du monde, l’Égypte, le plus grand État arabe, et la France, le pays occidental qui compte la plus grande minorité musulmane.

Ces sept pays ont tous été victimes de la violence islamiste, et tous la considèrent comme une menace stratégique. Oui, il existe déjà une coopération en matière de renseignement entre eux et de nombreux autres pays autour du fléau islamiste. Toutefois, elle se fait en catimini, car certains de ces sept belligérants sont réticents à l’idée de rehausser le profil de cette guerre et d’apparaître en un seul front avec certains de ses alliés.

Ces pays devraient maintenant annoncer la mise en place d’une opération conjointe qui mettra en commun les renseignements sur la subversion islamiste dans le monde entier. C’est ainsi que l’on répondra à l’idée fausse du « qui » de la guerre.

L’idée fausse du « comment » de la guerre concernait sa tactique et son objectif. La tactique stupide consistait à laisser l’armée conventionnelle mener la guerre contre le fléau islamiste. Les chars, les avions à réaction, les obusiers et les sous-marins étaient bons pour combattre Hitler, mais pour la troisième guerre mondiale, ils ne sont pas pertinents.

L’Islam guerrier sera vaincu par des agents secrets qui intercepteront les complots de ses terroristes, par des unités spéciales qui traqueront ses dirigeants dans leurs foyers et par des éducateurs qui briseront la mystique de ses missionnaires.

Oui, comme lors de la précédente guerre mondiale, les alliés de celle-ci ne se débarrasseront pas non plus de leurs rivalités, de leurs suspicions et de leurs révulsions mutuelles. Mais ils livreront la défaite de l’islamisme.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Source : https://www.jpost.com/international/welcome-to-world-war-iii-the-legacy-of-911-20-years-later-679085

29
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz