Publié par Pierre Rehov le 6 septembre 2021

Depuis la création de l’État d’Israël, l’Organisation sioniste mondiale a principalement fonctionné comme une organisation dédiée à aider et à encourager les Juifs à migrer vers Israël.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Elle a apporté un soutien politique à Israël dans d’autres pays, mais joue peu de rôle dans la politique intérieure israélienne. Le principal succès du mouvement depuis 1948 a été de fournir un soutien logistique aux Juifs qui émigrent et, surtout, d’aider les Juifs soviétiques dans leur lutte avec les autorités pour le droit de quitter l’URSS et de pratiquer leur religion en toute liberté, et l’exode de 850 000 Juifs du monde arabe, principalement vers Israël. En 1944-45, Ben-Gourion a décrit le plan d’un million de personnes à des responsables étrangers comme étant « l’objectif principal et la priorité absolue du mouvement sioniste ». Les restrictions en matière d’immigration du Livre blanc britannique de 1939 signifiaient qu’un tel plan ne pouvait être mis en œuvre à grande échelle avant la déclaration d’indépendance d’Israël en mai 1948. La politique d’immigration du nouveau pays rencontre une certaine opposition au sein du nouveau gouvernement israélien, notamment ceux qui affirment que « rien ne justifie l’organisation d’une émigration à grande échelle parmi les Juifs dont la vie n’est pas en danger, en particulier lorsque le désir et la motivation ne sont pas les leurs », ainsi que ceux qui affirment que le processus d’absorption cause « des difficultés excessives ». Cependant, la force de l’influence et de l’insistance de Ben-Gourion garantit la mise en œuvre de sa politique d’immigration.

Types de sionismes

Le mouvement sioniste mondial, multinational, est structuré selon les principes de la démocratie représentative. Les congrès ont lieu tous les quatre ans (ils avaient lieu tous les deux ans avant la Seconde Guerre mondiale) et les délégués au congrès sont élus par les membres. Les membres sont tenus de payer une cotisation appelée « shekel ». Lors du congrès, les délégués élisent un conseil exécutif de 30 membres, qui élit à son tour le dirigeant du mouvement. Le mouvement est démocratique dès sa création et les femmes ont le droit de vote.

Drapeau de la « Palestine » jusqu’en 1939

Jusqu’en 1917, l’Organisation sioniste mondiale a poursuivi une stratégie de construction d’un foyer national juif par le biais d’une immigration persistante à petite échelle et la fondation d’organismes tels que le Fonds national juif (1901 – une organisation caritative qui achetait des terres pour l’implantation de Juifs) et l’Anglo-Palestine Bank (1903 – fournissait des prêts aux entreprises et aux agriculteurs juifs). En 1942, lors de la conférence de Biltmore, le mouvement inclut pour la première fois un objectif explicite d’établissement d’un État juif en Terre d’Israël.

Le 28e Congrès sioniste, réuni à Jérusalem en 1968, a adopté les cinq points du « Programme de Jérusalem » comme étant les objectifs du sionisme aujourd’hui. Ils sont :

l’unité du peuple juif et la centralité d’Israël dans la vie juive Le rassemblement du peuple juif dans sa patrie historique, Eretz Israël, par l’alya de tous les pays. Renforcement de l’État d’Israël, fondé sur la vision prophétique de la justice et de la paix. la préservation de l’identité du peuple juif par la promotion de l’éducation juive et hébraïque, et des valeurs spirituelles et culturelles juives la protection des droits des Juifs partout dans le monde.

Depuis la création de l’Israël moderne, le rôle du mouvement a décliné. Il est désormais un facteur périphérique dans la politique israélienne, bien que différentes perceptions du sionisme continuent de jouer un rôle dans le débat politique israélien et juif.


Sionisme ouvrier

  • Sionisme travailliste
Travailler la terre, construire un pays, faire revivre une nation


Le sionisme ouvrier est né en Europe de l’Est. Les sionistes socialistes pensaient que des siècles d’oppression dans des sociétés antisémites avaient réduit les Juifs à une existence docile, vulnérable et désespérée qui invitait à davantage d’antisémitisme, un point de vue initialement stipulé par Theodor Herzl. Ils affirmaient qu’une révolution de l’âme et de la société juives était nécessaire et réalisable en partie grâce à l’installation des Juifs en Israël, où ils deviendraient agriculteurs, ouvriers et soldats dans un pays qui leur serait propre. La plupart des sionistes socialistes rejetaient l’observance du judaïsme religieux traditionnel qui perpétuait une « mentalité de diaspora » au sein du peuple juif, et créaient des communes rurales en Israël appelées « kibboutzim ». Le kibboutz a commencé comme une variante du projet de « ferme nationale », une forme d’agriculture coopérative où le Fonds national juif engageait des travailleurs juifs sous la supervision d’un personnel qualifié. Les kibboutzim étaient un symbole de la deuxième alya en ce sens qu’ils mettaient l’accent sur le communalisme et l’égalitarisme, représentant dans une certaine mesure le socialisme utopique. En outre, ils mettaient l’accent sur l’autosuffisance, qui devint un aspect essentiel du sionisme travailliste. Bien que le sionisme socialiste s’inspire et soit philosophiquement fondé sur les valeurs fondamentales et la spiritualité du judaïsme, son expression progressive de ce judaïsme a souvent favorisé une relation antagoniste avec le judaïsme orthodoxe.

Plus jamais ça !

Le sionisme travailliste est devenu la force dominante de la vie politique et économique du Yishuv pendant le mandat britannique de la Palestine et a été l’idéologie dominante de l’establishment politique en Israël jusqu’aux élections de 1977, lorsque le parti travailliste israélien a été battu. Le parti travailliste israélien perpétue la tradition, bien que le parti le plus populaire dans les kibboutzim soit le Meretz. La principale institution du sionisme travailliste est la Histadrout (organisation générale des syndicats), qui a commencé par fournir des briseurs de grève contre une grève d’ouvriers palestiniens en 1920 et qui, jusque dans les années 1970, était le plus grand employeur en Israël après le gouvernement israélien.Sionisme libéral

D’après Karl Marx, en 1854, la majorité des habitants de Jérusalem était Juifs et vivaient dans une misère noire sous le joug musulman des occupants Ottomans
  • Sionisme libéral

Le sionisme général (ou sionisme libéral) était initialement la tendance dominante au sein du mouvement sioniste, du premier congrès sioniste en 1897 jusqu’après la Première Guerre mondiale. Les sionistes généraux s’identifiaient à la classe moyenne européenne libérale à laquelle aspiraient de nombreux dirigeants sionistes tels que Herzl et Chaim Weizmann. Le sionisme libéral, bien qu’il ne soit pas associé à un parti unique dans l’Israël moderne, reste une tendance forte de la politique israélienne qui prône les principes du marché libre, la démocratie et l’adhésion aux droits de l’homme. Leur branche politique a été l’un des ancêtres du Likoud actuel. Kadima, le principal parti centriste des années 2000 qui s’est séparé du Likoud et qui est aujourd’hui disparu, s’est toutefois identifié à de nombreuses politiques fondamentales de l’idéologie sioniste libérale, prônant entre autres la nécessité d’un État palestinien afin de former une société plus démocratique en Israël, affirmant le libre marché et appelant à l’égalité des droits pour les citoyens arabes d’Israël. En 2013, Ari Shavit a suggéré que le succès du nouveau parti Yesh Atid (représentant les intérêts laïques de la classe moyenne) incarnait le succès des « nouveaux sionistes généraux ».

Se battre à 1 contre 10 et gagner toutes les guerres

Dror Zeigerman écrit que les positions traditionnelles des sionistes généraux – « des positions libérales basées sur la justice sociale, sur la loi et l’ordre, sur le pluralisme en matière d’État et de religion, et sur la modération et la flexibilité dans le domaine de la politique étrangère et de la sécurité » – sont toujours favorisées par des cercles et des courants importants au sein de certains partis politiques actifs.

Le philosophe Carlo Strenger décrit une version moderne du sionisme libéral (soutenant sa vision d’un « Israël de la connaissance »), enracinée dans l’idéologie originale de Herzl et Ahad Ha’am, qui s’oppose à la fois au nationalisme romantique de la droite et au Netzah Yisrael des ultra-orthodoxes. Il est marqué par un souci des valeurs démocratiques et des droits de l’homme, la liberté de critiquer les politiques gouvernementales sans être accusé de déloyauté, et le rejet de l’influence religieuse excessive dans la vie publique. « Le sionisme libéral célèbre les traits les plus authentiques de la tradition juive : la volonté d’un débat incisif, l’esprit de contradiction de la davka, le refus de se plier à l’autoritarisme » Les sionistes libéraux considèrent que « l’histoire juive montre que les Juifs ont besoin et ont droit à un État-nation qui leur soit propre. Mais ils pensent aussi que cet État doit être une démocratie libérale, ce qui signifie qu’il doit y avoir une stricte égalité devant la loi, indépendamment de la religion, de l’ethnie ou du sexe ».

  • Sionisme révisionniste

Les sionistes révisionnistes, menés par Ze’ev Jabotinsky, ont développé ce qui est devenu connu sous le nom de sionisme nationaliste, dont les principes directeurs ont été exposés dans l’essai Mur de fer de 1923. En 1935, les révisionnistes ont quitté l’Organisation sioniste mondiale parce qu’elle refusait d’affirmer que la création d’un État juif était un objectif du sionisme.

Zeev Jabotinksy

Jabotinsky estime que :

Le sionisme est une aventure colonisatrice et, par conséquent, la question de la force armée lui est favorable ou non. Il est important de construire, il est important de parler hébreu, mais, malheureusement, il est encore plus important de pouvoir tirer – sinon, j’en ai fini de jouer à la colonisation.

et que,

Bien que les Juifs soient originaires de l’Est, ils appartenaient à l’Ouest culturellement, moralement et spirituellement. Le sionisme était conçu par Jabotinsky non seulement comme le retour des Juifs dans leur patrie spirituelle, mais comme une ramification ou une implantation de la civilisation occidentale en Orient. Cette vision du monde se traduisait par une conception géostratégique dans laquelle le sionisme devait s’allier en permanence au colonialisme européen contre tous les Arabes de la Méditerranée orientale.

Les révisionnistes préconisaient la formation d’une armée juive en région de Palestine pour forcer la population arabe illicite à accepter une migration juive massive.

Les partisans du sionisme révisionniste ont développé le parti Likoud en Israël, qui a dominé la plupart des gouvernements depuis 1977. Il prône le maintien du contrôle d’Israël sur la Judée-Samarie ( rebaptisée Cisjordanie, sous l’occupation jordanienne ) y compris Jérusalem-Est, et adopte une approche dure face aux menaces permanentes des diverses factions arabes. En 2005, le Likoud s’est divisé sur la question de la création d’un État « palestinien » dans les territoires disputés. Les membres du parti partisans des pourparlers de paix ont aidé à former le parti Kadima.

  • Sionisme religieux

Le sionisme religieux est une idéologie qui combine le sionisme et le judaïsme observant. Avant la création de l’État d’Israël, les sionistes religieux étaient principalement des juifs pratiquants qui soutenaient les efforts sionistes pour construire un État juif en Terre d’Israël.

Après la guerre des Six Jours et reconquête de la Judée Samarie, rebaptisée Cisjordanie par l’occupant Jordanien, les composantes de droite du mouvement sioniste religieux ont intégré la revendication nationaliste et ont évolué vers le néo-sionisme. Leur idéologie s’articule autour de trois piliers : la Terre d’Israël, le Peuple d’Israël et la Torah d’Israël.

  • Sionisme vert

Le sionisme vert est une branche du sionisme principalement concernée par l’environnement d’Israël. Le seul parti sioniste spécifiquement écologiste est l’Alliance sioniste verte.

  • Le post-sionisme

Au cours du dernier quart du 20e siècle, le nationalisme classique en Israël a décliné. Cela a conduit à la montée du post-sionisme. Le post-sionisme affirme qu’Israël devrait abandonner le concept d' »État du peuple juif » et s’efforcer d’être un État de tous ses citoyens. Le mouvement est minoritaire mais sert de base de propagande aux antisionistes qui verraient avec satisfaction la disparition de l’Etat d’Israël grâce à l’immigration arabo musulmane, le pseudo « retour » des descendants de réfugiés arabes parqués dans des camps par leurs frères dans les pays limitrophes, et le retour au statut des dhimmis des Israéliens, devenus minoritaires sur leur propre terre.

  • Soutien non-juif

Le soutien politique au retour des Juifs en Terre d’Israël est antérieur à l’organisation formelle du sionisme juif en tant que mouvement politique. Au 19e siècle, les partisans de la restauration des Juifs en Terre sainte étaient appelés « restaurationnistes ». Le retour des Juifs en Terre Sainte a été largement soutenu par des personnalités aussi éminentes que la reine Victoria, Napoléon Bonaparte, le roi Édouard VII, le président John Adams des États-Unis, le général Smuts d’Afrique du Sud, le président Masaryk de Tchécoslovaquie, le philosophe et historien italien Benedetto Croce, Henry Dunant (fondateur de la Croix-Rouge et auteur des Conventions de Genève), et le scientifique et humanitaire norvégien Fridtjof Nansen.

Le gouvernement français, par l’intermédiaire du ministre M. Cambon, s’est formellement engagé en faveur de « … la renaissance de la nationalité juive sur cette terre d’où le peuple d’Israël a été exilé il y a tant de siècles ».

En Chine, des personnalités du gouvernement nationaliste, dont Sun Yat-sen, ont exprimé leur sympathie pour les aspirations du peuple juif à un foyer national.

Soutien chrétien à Israël
  • Sionisme chrétien

    NOTE : Martin Luther King Jr. était un partisan chrétien notable d’Israël et du sionisme.

De nombreux Chrétiens ont activement soutenu le retour des Juifs sur leur terre d’origine avant même la montée du sionisme, ainsi que par la suite. Anita Shapira, professeur d’histoire émérite à l’université de Tel Aviv, suggère que les chrétiens évangéliques restaurateurs des années 1840 « ont transmis cette notion aux cercles juifs ». L’anticipation chrétienne évangélique et le lobbying politique au Royaume-Uni en faveur de la restauration étaient répandus dans les années 1820. Il était courant chez les puritains de prier fréquemment pour le retour des Juifs dans leur patrie.

L’un des principaux enseignants protestants à avoir promu la doctrine biblique selon laquelle les Juifs retourneraient dans leur patrie nationale était John Nelson Darby. On attribue à sa doctrine du dispensationalisme la promotion du sionisme, à la suite de ses 11 conférences sur les espoirs de l’Église, du Juif et du Gentil, données à Genève en 1840. Cependant, d’autres, comme C. H. Spurgeon, Horatius et Andrew Bonar, Robert Murray M’Chyene et J. C. Ryle, faisaient partie d’un certain nombre de partisans éminents de l’importance et de la signification d’un retour des Juifs, qui n’étaient pas dispensationalistes. Les opinions pro-sionistes ont été adoptées par de nombreux évangéliques et ont également affecté la politique étrangère internationale.

L’idéologue orthodoxe russe Hippolyte Lutostansky, également connu comme l’auteur de multiples tracts antisémites, a insisté en 1911 pour que les Juifs russes soient « aidés » à se déplacer en Palestine « car leur place légitime est dans leur ancien royaume de Palestine ».

Parmi les premiers partisans notables du sionisme figurent les premiers ministres britanniques David Lloyd George et Arthur Balfour, le président américain Woodrow Wilson et le major-général britannique Orde Wingate, dont les activités de soutien au sionisme ont conduit l’armée britannique à lui interdire de servir en région de Palestine. Selon Charles Merkley de l’Université Carleton, le sionisme chrétien s’est considérablement renforcé après la guerre des Six Jours de 1967, et de nombreux chrétiens évangéliques, en particulier les chrétiens des États-Unis, soutiennent désormais fortement le sionisme.

Martin Luther King Jr. était un fervent partisan d’Israël et du sionisme.

Dans les dernières années de sa vie, le fondateur du mouvement des Saints des Derniers Jours, Joseph Smith, a déclaré que « le temps du retour des Juifs sur la terre d’Israël est venu. » En 1842, Smith a envoyé Orson Hyde, un apôtre de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, à Jérusalem pour consacrer la terre au retour des Juifs.

Parmi les chrétiens arabes qui soutiennent publiquement Israël figurent l’auteur américain Nonie Darwish et l’ancien musulman Magdi Allam, auteur de Viva Israele, tous deux nés en Égypte. Brigitte Gabriel, journaliste américaine chrétienne d’origine libanaise, dont la famille a été victime des exactions commises par les musulmans libanais, et fondatrice de l’American Congress for Truth, exhorte les Américains à « s’exprimer sans crainte pour défendre l’Amérique, Israël et la civilisation occidentale ».

  • Sionisme musulman
Exploitation systématique des enfants par les terroristes arabes qui veulent se faire appeler « Palestiniens » dans le seul but de voler la terre des Juifs et y construire une nième dictature musulmane, support du terrorisme international

Parmi les musulmans qui ont publiquement défendu le sionisme figurent Tawfik Hamid, penseur et réformateur islamique, le cheikh Prof. Abdul Hadi Palazzi, directeur de l’Institut culturel de la communauté islamique italienne et Tashbih Sayyed, universitaire, journaliste et auteur pakistano-américain.

À l’occasion, certains musulmans non arabes, comme certains Kurdes et Berbères, ont également exprimé leur soutien au sionisme.

Alors que la plupart des Druzes israéliens s’identifient comme ethniquement arabes, aujourd’hui, des dizaines de milliers de Druzes israéliens appartiennent à des mouvements « sionistes druzes »[155].

À l’époque du mandat de la Palestine, As’ad Shukeiri, un érudit musulman de la région d’Acre, et le père du fondateur de l’OLP, Ahmad Shukeiri, rejetait les valeurs du mouvement national arabe palestinien et s’opposait au mouvement antisioniste. Il rencontrait régulièrement des responsables sionistes et participait à toutes les organisations arabes pro-sionistes depuis le début du mandat britannique, rejetant publiquement l’utilisation de l’Islam par le Nazi Hadj Amine Al Husseini, premier leader « palestinien ».

Le rêve du grand mufti Hadj Amine Al Husseini, nazi et ami d’Hitler et d’Himmler : construire près de Haïfa un camp de concentration géant pour y exterminer tous les Juifs du Moyen Orient. Rêve partagé par la plupart des dirigeants « palestiniens » actuels.

Certains musulmans indiens ont également exprimé leur opposition à l’antisionisme islamique. En août 2007, une délégation de la All India Organization of Imams and mosques, conduite par son président Maulana Jamil Ilyas, s’est rendue en Israël. La rencontre a abouti à une déclaration commune exprimant « la paix et la bonne volonté des musulmans indiens », développant le dialogue entre les musulmans indiens et les juifs israéliens. La visite était organisée par l’American Jewish Committee. Le but de la visite était de promouvoir un débat significatif sur le statut d’Israël aux yeux des musulmans du monde entier et de renforcer les relations entre l’Inde et Israël. Il est suggéré que la visite pourrait « ouvrir les esprits des musulmans du monde entier à comprendre la nature démocratique de l’État d’Israël, en particulier au Moyen-Orient ».

L’héritage nazi des Arabes qui veulent se faire appeler « Palestiniens »
  • Soutien hindou au sionisme

Après la création d’Israël en 1948, le gouvernement du Congrès national indien s’est opposé au sionisme. Certains auteurs ont prétendu que cela avait été fait afin d’obtenir plus de votes musulmans en Inde (où les musulmans étaient plus de 30 millions à l’époque). Cependant, les nationalistes hindous conservateurs, menés par le Sangh Parivar, ont ouvertement soutenu le sionisme, tout comme des intellectuels nationalistes hindous tels que Vinayak Damodar Savarkar et Sita Ram Goel. [Le sionisme, considéré comme un mouvement de libération nationale pour le rapatriement du peuple juif dans sa patrie alors sous domination coloniale britannique, a séduit de nombreux nationalistes hindous, qui considéraient leur lutte pour l’indépendance vis-à-vis de la domination britannique et la partition de l’Inde comme une libération nationale pour les hindous longtemps opprimés.

Une enquête d’opinion internationale a montré que l’Inde est le pays le plus pro-Israël au monde. Plus récemment, les partis et organisations indiens conservateurs ont tendance à soutenir le sionisme. Cela a suscité des attaques contre le mouvement Hindutva de la part d’une partie de la gauche indienne opposée au sionisme, et des allégations selon lesquelles les hindous conspireraient avec le « lobby juif ».

  • Antisionisme

Le journal arabe palestinien Falastin, appartenant à des chrétiens, a publié dans son édition du 18 juin 1936 une caricature montrant le sionisme comme un crocodile sous la protection d’un officier britannique disant aux Arabes palestiniens : « n’ayez pas peur ! !! Je vais vous avaler tranquillement… ».

Le sionisme est combattu par une grande variété d’organisations et d’individus. Parmi ceux qui s’opposent au sionisme, il y avait et il y a encore quelques rares juifs laïques, certaines branches du judaïsme religieux (Satmar Hasidim et Neturei Karta), l’ancienne Union soviétique, beaucoup dans le monde musulman, et les Arabes qui se font appeler « Palestiniens » depuis 1964, à l’instigation du KGB.

Les raisons de s’opposer au sionisme sont variées, et comprennent : la perception que les confiscations des terres volées par les Arabes sont injustes, les soit-disant expulsions de Palestiniens, les représailles pourtant justifiés contre les terroristes Arabes et le racisme présumé.

Les États arabes en particulier s’opposent fermement au sionisme, qu’ils estiment responsable de l’exode palestinien de 1948. Le préambule de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, qui a été ratifiée par 53 pays africains en 2014, comprend un engagement à éliminer le sionisme ainsi que d’autres pratiques, notamment le colonialisme, le néocolonialisme, l’apartheid, les « bases militaires étrangères agressives » et toutes les formes de discrimination (sauf les pires, c’est à dire celles issues du monde musulman et de l’impérialisme communiste).

  • Église catholique et sionisme

La réponse initiale de l’Église catholique semble être une forte opposition au sionisme. Peu après la conférence de Bâle de 1897, le périodique semi-officiel du Vatican (édité par les jésuites) Civiltà Cattolica a donné son jugement biblico-théologique sur le sionisme politique : « 1827 ans se sont écoulés depuis que la prédiction de Jésus de Nazareth s’est accomplie … que [après la destruction de Jérusalem] les Juifs seraient emmenés comme esclaves parmi toutes les nations et qu’ils resteraient dans la dispersion jusqu’à la fin du monde ». Les Juifs ne devraient pas être autorisés à revenir sur leur terre d’origine en tant que souverains : « Selon les Saintes Écritures, le peuple juif doit toujours vivre dispersé et vagabond parmi les autres nations, afin qu’il puisse rendre témoignage au Christ non seulement par les Écritures… mais par son existence même ».

Néanmoins, Théodore Herzl se rend à Rome fin janvier 1904, après le sixième congrès sioniste (août 1903) et six mois avant sa mort, à la recherche d’un quelconque soutien. Le 22 janvier, Herzl rencontre pour la première fois le secrétaire d’État papal, le cardinal Rafael Merry del Val. Selon les notes du journal intime de Herzl, l’interprétation de l’histoire d’Israël par le cardinal était la même que celle de l’Église catholique, mais il demandait également la conversion des Juifs au catholicisme.

Trois jours plus tard, Herzl rencontre le pape Pie X, qui répond à sa demande de soutien au retour des Juifs en Israël dans les mêmes termes, en disant que « nous sommes incapables de favoriser ce mouvement. Nous ne pouvons pas empêcher les Juifs d’aller à Jérusalem, mais nous ne pourrons jamais l’approuver…. Les Juifs n’ont pas reconnu notre Seigneur, nous ne pouvons donc pas reconnaître le peuple juif. »

En 1922, le même périodique publiait un article de son correspondant viennois, « l’antisémitisme n’est rien d’autre que la réaction absolument nécessaire et naturelle à l’arrogance des juifs… ». L’antisémitisme catholique – tout en ne dépassant jamais la loi morale – adopte tous les moyens nécessaires pour émanciper le peuple chrétien des abus qu’il subit de la part de son ennemi juré »Cette attitude initiale a évolué au cours des 50 années suivantes, jusqu’en 1997, lorsqu’au symposium du Vatican de cette année-là, le pape Jean-Paul II a rejeté les racines chrétiennes de l’antisémitisme, déclarant que « . . les interprétations erronées et injustes du Nouveau Testament concernant le peuple juif et sa supposée culpabilité [dans la mort du Christ] ont circulé pendant trop longtemps, engendrant des sentiments d’hostilité envers ce peuple ».

  • Qualification de colonialisme ou de nettoyage ethnique par les antisémites de tous bords

Le sionisme a été qualifié de colonialisme, et le sionisme a été critiqué pour avoir encouragé la « confiscation injuste de terres », impliquant la soit-disant expulsion des Arabes se faisant appeler « Palestiniens » et provoquant des violences à leur égard.

De grands historiens tels que Shlomo Avineri et Mitchell Bard, considèrent le sionisme non pas comme un mouvement colonialiste, mais comme un mouvement national en conflit avec le mouvement palestinien. Le rabbin sud-africain David Hoffman a rejeté l’affirmation selon laquelle le sionisme est une  » entreprise coloniale  » et a plutôt caractérisé le sionisme comme un programme national d’action positive, ajoutant que la présence juive en Israël est ininterrompue depuis l’Antiquité.

Des gauchistes tels que Noam Chomsky, John P. Quigly, Nur Masalha et Cheryl Rubenberg ont critiqué le sionisme, affirmant qu’il confisquait injustement des terres et expulse des Palestiniens, sans tenir compte du million de Juifs expulsés du monde arabo-musulman entre 1948 et 1974.

Isaac Deutscher a qualifié les Israéliens de « Prussiens du Moyen-Orient », qui ont atteint un « totsieg », une « ruée victorieuse vers la tombe » après avoir dépossédé 1,5 million de Palestiniens. Israël est devenu la « dernière puissance coloniale » du vingtième siècle. Des chiffres et une posture évidemment ridicules.

Le faussaire Edward Said, qui a affirmé toute sa vie avoir vécu dans une maison de Jérusalem où sa famille n’a, de fait, laissé aucune trace, et l’antisémite Michael Prior affirment que l’idée d’expulser les Palestiniens était une composante précoce du sionisme. Selon Walter Laquer, bien que de nombreux sionistes aient proposé le transfert, cela n’a jamais été la politique sioniste officielle et, en 1918, Ben-Gourion l’a « catégoriquement rejeté ».

Saleh Abdel Jawad, Nur Masalha, Michael Prior, Ian Lustick et John Rose ont critiqué le sionisme pour avoir été responsable de la violence contre les Palestiniens, comme le faux massacre inventé de Deir Yassin qui est devenu une légende et un symbole malgré son inconsistance, le massacre de Sabra et Shatila par les milices chrétiennes libanaises et la tuerie du Caveau des Patriarches en réponse à divers massacres Arabes contre des Juifs.

En 1938, le Mahatma Gandhi a rejeté le sionisme, affirmant que l’établissement d’un foyer national juif en Palestine est un acte religieux et ne doit donc pas être réalisé par la force, le comparant à la partition de l’Inde en pays hindou et musulman. Il a écrit : « La Palestine appartient aux Arabes dans le même sens que l’Angleterre appartient aux Anglais ou la France aux Français. Il est erroné et inhumain d’imposer les juifs aux Arabes […]. Ce serait certainement un crime contre l’humanité que de réduire les Arabes fiers afin que la Palestine puisse être restituée aux Juifs en partie ou en totalité comme leur foyer national… Ils ne peuvent s’installer en Palestine que grâce à la bonne volonté des Arabes. Ils devraient chercher à convertir le cœur arabe »[196]. Gandhi a ensuite déclaré au journaliste américain Louis Fischer en 1946 que « les Juifs ont un bon dossier en Palestine. Si les Arabes ont un droit sur la Palestine, les Juifs ont un droit antérieur ».

  • Le sionisme honteusement qualifié de raciste

David Ben-Gourion a déclaré qu' »il n’y aurait pas de discrimination entre les citoyens de l’État juif sur la base de la race, de la religion, du sexe ou de la classe sociale » De même, Vladimir Jabotinsky a affirmé que « la minorité ne sera pas rendue sans défense… Le but de la démocratie est de garantir que la minorité ait elle aussi une influence sur les questions de politique d’État ».

Cependant, les détracteurs du sionisme le considèrent comme un mouvement colonialiste ou raciste

En décembre 1973, l’ONU a adopté une série de résolutions condamnant l’Afrique du Sud et faisant référence à une  » alliance impie entre le colonialisme portugais, l’apartheid et le sionisme . À l’époque, il y avait peu de coopération entre Israël et l’Afrique du Sud, bien que les deux pays aient développé une relation étroite au cours des années 1970. Des parallèles ont également été établis entre certains aspects du régime d’apartheid sud-africain et certaines politiques israéliennes à l’égard des Arabes qui se font appeler Palestiniens.

En 1975, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la résolution 3379, qui stipule que « le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale ». Selon la résolution, « toute doctrine de différenciation raciale de supériorité est scientifiquement fausse, moralement condamnable, socialement injuste et dangereuse. » La résolution cite le territoire occupé de la Palestine, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud comme exemples de régimes racistes. La résolution 3379 a été initiée par l’Union soviétique et adoptée avec le soutien numérique des États arabes et africains, alors qu’on accusait Israël de soutenir le régime d’apartheid en Afrique du Sud. 209] La résolution a été vivement critiquée par le représentant des États-Unis, Daniel Patrick Moynihan, qui l’a qualifiée d' »obscénité » et de « tort […] causé aux Nations unies ». En 1991, la résolution a été abrogée par la résolution 46/86 de l’Assemblée générale des Nations unies, après qu’Israël eut déclaré qu’il ne participerait à la Conférence de Madrid de 1991 que si la résolution était abrogé.

Les États-Unis … ne reconnaissent pas, ne respecteront pas, n’acquiesceront jamais à cet acte infâme… Le mensonge est que le sionisme est une forme de racisme. La vérité écrasante et claire est qu’il ne l’est pas. – Daniel Patrick Moynihan, s’exprimant devant l’Assemblée générale des Nations unies après l’adoption de la résolution 3379, 1975.

Les pays arabes ont cherché à associer le sionisme au racisme dans le cadre d’une conférence de l’ONU sur le racisme en 2001, qui a eu lieu à Durban, en Afrique du Sud, ce qui a amené les États-Unis et Israël à se retirer de la conférence en guise de réponse. De nombreux pays occidentaux boycottent désormais cette conférence prétendument antiraciste.

  • Judaïsme haredi et sionisme

De nombreuses organisations orthodoxes haredi s’opposent au sionisme ; elles considèrent le sionisme comme un mouvement laïc. Elles rejettent le nationalisme en tant que doctrine et considèrent que le judaïsme est avant tout une religion qui ne dépend pas d’un État. Cependant, certains mouvements haredi (comme le Shas depuis 2010) s’affilient ouvertement au mouvement sioniste.

Les rabbins haredi ne considèrent pas Israël comme un État juif halakhique, car son gouvernement est laïc. Mais ils assument la responsabilité de veiller à ce que les Juifs conservent leurs idéaux religieux et, comme la plupart des citoyens israéliens sont juifs, ils poursuivent cet objectif en Israël. D’autres rejettent toute possibilité d’un État juif, car selon eux, un État juif est totalement interdit par la loi religieuse juive. Pour eux, un État juif est un oxymore.

Deux partis haredi présentent des candidats aux élections israéliennes. Ils sont parfois associés à des opinions qui pourraient être considérées comme nationalistes ou sionistes. Ils préfèrent les coalitions avec des partis sionistes plus nationalistes, probablement parce que ceux-ci sont plus intéressés par le renforcement de la nature juive de l’État israélien. Le parti sépharade-orthodoxe Shas a rejeté toute association avec le mouvement sioniste ; cependant, en 2010, il a rejoint l’Organisation sioniste mondiale. Ses électeurs s’identifient généralement comme sionistes, et les membres de la Knesset poursuivent fréquemment ce que d’autres pourraient considérer comme un programme sioniste. Shas a soutenu le compromis territorial avec les Arabes et les Palestiniens, mais il s’oppose généralement au compromis sur les lieux saints juifs.

Le monde haredi ashkénaze non hassidique ou « lituanien » est représenté par le parti ashkénaze Agudat Israël/UTJ. Il a toujours évité de s’associer au mouvement sioniste et évite généralement de voter ou de discuter de questions liées à la paix, car ses membres ne servent pas dans l’armée. Le parti œuvre pour qu’Israël et la loi israélienne soient en accord avec la halacha, sur des questions telles que le repos du Shabbat. Les dirigeants rabbiniques du monde dit « Litvishe » de la génération actuelle et des générations précédentes, tels que le rabbin Elazar Menachem Shach et le rabbin Avigdor Miller, sont fermement opposés à toutes les formes de sionisme, religieux et séculier. Mais ils autorisent leurs membres à participer à la vie politique israélienne, y compris à la participation passive et active aux élections.

De nombreux autres groupes hassidiques de Jérusalem, dont les plus connus sont les hassidim Satmar, ainsi que le mouvement plus large dont ils font partie, les Edah HaChareidis, sont fortement antisionistes. L’un des opposants hassidiques les plus connus à toutes les formes de sionisme politique moderne est le rebbe hongrois et spécialiste du Talmud Joel Teitelbaum. Selon lui, l’actuel État d’Israël est contraire au judaïsme, car il a été fondé par des personnes comprenant des personnalités antireligieuses, et en violation apparente de la notion traditionnelle selon laquelle les Juifs doivent attendre le Messie juif.

Teitelbaum se réfère à des citations essentielles de sources judaïques classiques dans ses arguments contre le sionisme moderne ; en particulier un passage du Talmud, dans lequel Rabbi Yosi b’Rebbi Hanina explique (Kesubos 111a) que le Seigneur a imposé « Trois Serments » à la nation d’Israël : a) Israël ne doit pas retourner à la Terre ensemble, par la force ; b) Israël ne doit pas se rebeller contre les autres nations ; et c) Les nations ne doivent pas soumettre Israël trop durement. Selon Teitelbaum, le second serment est pertinent pour les guerres ultérieures entre Israël et les nations arabes.

D’autres groupes d’opposants parmi les Edah HaChareidis étaient Dushinsky, Toldos Aharon, Toldos Avrohom Yitzchok, Spinka, et d’autres. Ils se comptent par dizaines de milliers à Jérusalem, et par centaines de milliers dans le monde.
Deux membres de Neturei Karta participent à une grande manifestation anti-israélienne à Berlin, aux côtés de drapeaux iraniens et du Hezbollah.

Les Neturei Karta, un mouvement religieux orthodoxe haredi, s’opposent fermement au sionisme, considérant Israël comme un « régime raciste »[216]. Ils sont considérés comme une secte « aux confins du judaïsme » par la plupart des grands juifs; la Jewish Virtual Library estime leur nombre à 5 000, mais l’Anti-Defamation League estime que moins de 100 membres de la communauté prennent réellement part à l’activisme anti-israélien. Le mouvement assimile le sionisme au nazisme, estime que l’idéologie sioniste est contraire aux enseignements de la Torah et attribue au sionisme la responsabilité de la montée de l’antisémitisme. Les membres de Neturei Karta ont une longue histoire de déclarations extrémistes et de soutien à des antisémites et des extrémistes islamiques notables.

Le mouvement hassidique Chabad-Lubavitch ne s’identifiait traditionnellement pas comme sioniste, mais a adopté un programme sioniste depuis la fin du 20e siècle, s’opposant à tout compromis territorial en Israël.

12 documentaires pour mieux comprendre le conflit israelo-arabe

  • Anti-sionisme et antisémitisme

La plupart des critiques de l’antisionisme ont affirmé que l’opposition au sionisme peut être difficile à distinguer de l’antisémitisme,et que la critique d’Israël peut être utilisée comme une excuse pour exprimer des points de vue qui pourraient autrement être considérés comme antisémites. D’autres chercheurs soutiennent que certaines formes d’opposition au sionisme constituent de l’antisémitisme. Un certain nombre de chercheurs ont affirmé que l’opposition au sionisme ou aux politiques de l’État d’Israël dans les franges les plus extrêmes chevauche souvent l’antisémitisme. Dans le monde arabe, les mots « juif » et « sioniste » sont souvent utilisés de manière interchangeable. Pour éviter les accusations d’antisémitisme, l’Organisation terroriste de libération de la Palestine a historiquement évité d’utiliser le mot « juif » en faveur de « sioniste », bien que les responsables de l’OLP dérapent systématiquement.

Certains antisémites ont allégué que le sionisme faisait, ou fait, partie d’un complot juif visant à prendre le contrôle du monde. Une version particulière de ces allégations, « Les Protocoles des Sages de Sion » a atteint une notoriété mondiale. Les protocoles sont les procès-verbaux fictifs d’une réunion imaginaire des dirigeants juifs de ce complot. L’analyse et la preuve de leur origine frauduleuse remontent à 1921. Une version allemande de 1920 les a rebaptisés « Les Protocoles sionistes ». Les protocoles ont été largement utilisés comme propagande par les nazis et restent largement diffusés dans le monde arabe. Ils sont mentionnés dans la charte du Hamas de 1988.

Il existe des exemples d’antisionistes utilisant des accusations, des calomnies, des images et des tactiques précédemment associées aux antisémites. Le 21 octobre 1973, l’ambassadeur soviétique de l’époque aux Nations Unies, Yakov Malik, a déclaré : « Les sionistes ont avancé la théorie du peuple élu, une idéologie absurde ». De même, une exposition sur le sionisme et Israël dans l’ancien musée de la religion et de l’athéisme de Saint-Pétersbourg désignait comme matériel sioniste soviétique ce qui suit : Les châles de prière juifs, les tefillin et les Hagaddahs de Pessah, même s’il s’agit d’articles religieux utilisés par les Juifs depuis des milliers d’années.

D’autre part, des écrivains antisionistes tels que les gauchistes Noam Chomsky, Norman Finkelstein, Michael Marder et Tariq Ali ont fait valoir que la caractérisation de l’antisionisme comme antisémite est inexacte, qu’elle occulte parfois les critiques légitimes des politiques et des actions d’Israël, et qu’elle est parfois utilisée comme un stratagème politique afin d’étouffer les critiques légitimes d’Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

La 3e partie et les parties précédentes se trouvent ici : Tentative-arabe-dexterminer-les-juifs-de-palestine-papa-cest-quoi-le-sionisme-3eme-partie

12
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz