Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 octobre 2021
Agnès Souret, première Miss France (1920)

Trois candidates au concours de beauté Miss France et un groupe féministe poursuivent le concours en justice pour discrimination du fait que les critères de beauté sont basés sur leur apparence.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Le groupe « Osez le féminisme » – qui n’est pas féministe pour un rond car il ignore les musulmans machistes – et trois candidates recalées, ont engagé un procès contre les sociétés Miss France et Endemol Production, qui réalise le programme télévisé diffusé sur TF1.

Osez le féminisme a déclaré avoir déposé une plainte auprès du tribunal des prud’hommes au nom des trois anciennes candidates qui n’ont pas été retenues.

Les plaignants affirment que les sociétés enfreignent le droit du travail en appliquant des critères de sélection discriminatoires. Notamment, les candidates au titre de reines de beauté doivent mesurer plus de 1,70 mètre, être célibataires et être « représentatives de la beauté ». Donc les petites, les grosses, les mariées, sont discriminées. Les candidates ont également l’obligation de ne pas prendre de poids, de ne pas changer de coiffure et de ne pas avoir de tatouages ou de piercings ailleurs que dans les oreilles entre le moment de leur sélection et le concours. Elles ne doivent pas non plus avoir été mariées ou avoir eu des enfants.

Dans le passé, des candidates ont été éliminées pour avoir commis des actes « contraires aux bonnes mœurs, à l’ordre public ou à l’esprit du concours, qui repose sur les valeurs de l’élégance ».

Et c’est contraire à la loi !

  • Le Code du travail français interdit aux entreprises de pratiquer des discriminations fondées sur « les mœurs, l’âge, la situation familiale ou l’apparence physique », a expliqué à l’AFP Violaine De Filippis-Abate, avocate d’Osez le féminisme.

Le tribunal de Bobigny (banlieue parisienne), devra dire si les candidates de Miss France sont des employées de facto des organisateurs et de la société de télévision, ce qui contraint ces sociétés à se soumettre aux lois sur la discrimination dans le cadre du recrutement. Les candidates ne signent pas de contrat de travail, mais les plaignants font valoir un jugement favorable en 2013 lorsqu’une ancienne candidate de Mister France a également intenté un procès pour des raisons similaires.

Les trois candidates malheureuses ont souhaité garder l’anonymat.

Miss France – qui a eu 100 ans cette année – fait face à de plus en plus de critiques disant qu’il s’agit d’un reliquat sexiste d’une autre époque.

Les organisateurs « exploitent les femmes, qui répètent et jouent chaque année un spectacle sexiste, discriminatoire et lucratif, générant des millions d’euros de bénéfices », affirme Alyssa Ahrabare, porte-parole d' »Osez le Féminisme ».

Miss France reste une émission populaire à la télévision française, et attire des millions de téléspectateurs pour le vote final national sur TF1 en décembre. Mais nous vivons une époque où les microscopiques minorités dictent leur volonté à la majorité – ce qu’elles ne pourraient pas accomplir sans le soutien des médias, et n’oseraient probablement pas exiger si elles ne savaient pas pouvoir compter sur les facilitateurs journalistes – véritables coupables, véritables ennemis du peuple.

« Malgré nos protestations contre ce véhicule de valeurs sexistes, rien ne change », a ajouté Ahrabare. « Nous avons donc décidé d’utiliser la loi pour faire avancer la cause des femmes ».

Les organisateurs insistent sur le fait que le concours a évolué avec son temps, mais les candidates doivent toujours défiler en maillot de bain et en robe de bal.

Miss France 2002, Sylvie Tellier, qui dirige l’organisation, affirme que le concours promeut les droits des femmes. En fait, il les libère de la dictature féministe.

« Vous pouvez défiler en maillot de bain et être féministe. Nous ne sommes plus à l’époque du « sois belle et tais-toi » », a-t-elle déclaré.

Le prochain concours aura lieu à Caen le 11 décembre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

45
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz