Publié par Guy Millière le 2 octobre 2021

Le film Bac Nord est un succès public. A juste titre.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Aucun film français jusqu’à présent n’avait montré d’une manière aussi précise la situation qui règne dans les quartiers Nord de Marseille, et ce à quoi la police criminelle française est confrontée lorsqu’elle tente de lutter contre le crime. 

Ce qui se passe dans les quartiers Nord de Marseille se retrouve dans tous les lieux du pays appelés de manière hypocrite par les gouvernements successifs du pays “zones sensibles”, et qui sont en réalité non pas des zones de non-droit comme on le dit parfois, mais de véritables zones étrangères sur le sol du pays (et ces zones ne sont pas des zones où aucune loi ne s’applique, non : ce sont des zones où la loi qui s’applique est celle des imams islamistes et des bandes ethniques musulmanes).

 Ce que vit la fraction de la brigade anti-criminalité de Marseille est ce que vit toute la police criminelle française. 

Le film montre en outre quelque chose de très grave : les policiers français sont dans une situation de dénuement presque complet face à la situation. 

Leurs salaires sont ridiculement bas, et ce qu’ils gagnent en un mois est sans aucun doute ce que nombre de dealers gagnent en une journée. 

Ils sont sous-équipés et n’ont pour la plupart pas les armes requises pour faire face à des gens qui, eux, disposent d’armes de guerre : les conséquences de ce dénuement peuvent se voir dans d’autres circonstances, plus tragiques et effroyables encore que la confrontation au crime : lors de l’attaque terroriste islamique qui a frappé le Bataclan, la police n’avait pas les armes requises pour mener l’assaut contre les terroristes (des soldats qui étaient à proximité ont reçu l’ordre de ne pas intervenir, et cela s’ajoute à l’ignominie de ce qui s’est passé le 13 novembre 2015). 

Outre leurs salaires ridiculement bas, et leur sous-équipement, les policiers français sont en supplément confrontés à une hiérarchie qui les prive des moyens d’agir, leur interdit des actions efficaces, peut leur demander de mener une action pour les abandonner ensuite avec une lâcheté répugnante. 

En mettant toutes les données bout à bout, il est possible de se demander comment la France peut survivre encore. 

Un pays qui laisse se créer des enclaves étrangères sur son propre sol et qui accepte que ces enclaves soient régies par des imams islamiques et des bandes ethniques musulmanes est un pays en voie de dislocation et de colonisation. 

Un pays où la police est dans la situation où la police française se trouve est un pays dont les dirigeants acceptent la dislocation et la colonisation. 

Un pays dont les dirigeants acceptent la dislocation et la colonisation et laissent la hiérarchie policière se comporter comme elle se comporte est un pays dirigé par des traîtres et des complices de la dislocation et de la colonisation. 

Si l’on ajoute une justice gangrenée par le laxisme et les idées de gauche, et des médias presque uniformément tenus par des journalistes qui tentent d’aveugler sur la situation, on ne peut que penser que le pays est condamné à mort à assez brève échéance.  

Eric Zemmour, avec qui j’ai des désaccords sur divers sujets, mais dont je tiens à saluer l’immense courage et dont je tiens à dire qu’il est le seul à oser parler sans détour de ce que je viens de décrire, dit que le destin de la France dans les années à venir, et si aucun redressement ne prend place, sera celui du Liban, et de fait, ce qui a mené à la destruction du Liban a commencé sur un mode qui ressemble à ce qui se passe en France, et en quelques décennies, une situation semblable à la situation française a conduit le Liban où il en est aujourd’hui. 

Je pense comme Eric Zemmour que l’élection présidentielle de 2022 sera l’élection de la dernière chance pour la France. 

Même si un redressement devait s’enclencher en 2022, il serait extrêmement difficile à mener. Je ne veux pas dire qu’il serait une mission impossible, mais je ne peux m’empêcher de le penser, tout en souhaitant me tromper. 

L’état du pays est tel qu’il faudrait recourir à l’armée, sans doute, et une guerre civile serait difficilement évitable. Peut-être est elle déjà enclenchée. Les actes de prédation venus des zones colonisées se multiplient. Les zones colonisées grandissent.  

Le dire conduit à être qualifié de personne ayant des idées d’”extrême droite” par les fossoyeurs du pays. 

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

62
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz