Publié par Drieu Godefridi le 24 octobre 2021

Dans un article titré « Sauvagerie moderne » (Modern savagery, The Observer) Nikole Hannah-Jones expliquait en 1995 que l’Amérique fut découverte par des Africains, bien avant les Européens. À la différence des Européens, développe l’auteur, ces Africains se montrèrent fraternels avec les populations locales, à commencer par les Aztèques.

En effet, explique Nikole Hannah-Jones, les Africains qui ont découvert l’Amérique des siècles avant Christophe Colomb furent assez généreux pour partager, avec les Aztèques, leur technologie. De ce transfert de technologie africaine témoigne, toujours selon Nikole Hannah-Jones, les pyramides aztèques. Les pyramides aztèques sont le fruit de la technologique africaine transférée (sic). Dans ce même article, Nikole Hannah-Jones explique que la race blanche est la pire violeuse, voleuse, pillarde et meurtrière de l’histoire moderne. Elle qualifie le Blanc de démon, suceur de sang, sauvage et génocidaire et ne perçoit « aucune différence » entre Christophe Colomb et Adolf Hitler. Par contraste, l’Africain est qualifié de pacifique transférant généreusement les merveilles de sa technologie.

De la « découverte » de l’Amérique par des Africains, il ne subsiste malheureusement rien, pas un caillou. De cette « technologie » transférée par des Africains aux Aztèques pour les aider à construire des pyramides, il ne subsiste mêmement aucune trace. Ni en Amérique ni, ce qui est fâcheux, dans l’Afrique de l’époque.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Psychotique et bassement raciste, la thèse de Nikole Hannah-Jones ? Cette prose haineuse délirante n’est pas digne d’être diffusée, même sous forme résumée ? Certes.

L’ennui est que son auteur, Nikole Hannah-Jones, est la même Nikole Hannah-Jones désignée par The New York Times en 2019 pour piloter son projet « 1619 » consacré à la récriture de l’esclavagisme américain.

Dès le premier article publié dans cette série, Nikole Hannah-Jones renoue avec sa conception psychotique de l’histoire en écrivant que « le principal motif » des indépendantistes américains était de maintenir et développer la pratique de l’esclavage.

Quand des historiens américains dénoncent la fausseté manifeste de cette assertion, son caractère révisionniste et même négationniste de la réalité historique avérée documentée sourcée, le New York Times « édite » la version originale de l’article concerné pour écrire que « certains » colons se sont battus pour défendre la pratique de l’esclavage. Le Times s’en explique en ces termes : « We recognize that our original language could be read to suggest that protecting slavery was a primary motivation for all of the colonists. The passage has been changed to make clear that this was a primary motivation for some of the colonists. » (Nous reconnaissons que notre formulation originale pourrait être lue comme suggérant que la protection de l’esclavage était une motivation première pour tous les colons. Le passage a été modifié pour préciser que c’était une motivation première pour certains des colons.)

Cette modeste « clarification » tellement superficielle que le Times n’en prit la peine qu’après une vaste mobilisation d’historiens détruit de fond en comble l’essence du projet « 1619 » qui est de montrer que l’esclavagisme est le fondement de la société américaine et l’idéal dans lequel communiaient, émus, les révolutionnaires américains. Par ailleurs, la nouvelle version selon laquelle « certains colons » pensaient ceci cela ne veut bien entendu strictement rien dire aussi vrai que « certains colons » avaient les yeux noirs ou faisaient des cauchemars.  Relevons que de nombreux colons — entre autres les quakers  — étaient farouchement opposés à la pratique de l’esclavage dont ils poursuivirent inlassablement l’abolition des deux côtés de l’Atlantique — jusqu’à l’obtenir.

La littérature « 1619 » est caractéristique du mouvement néo-raciste contemporain qui réduit l’Occident à l’esclavage et l’esclavage à l’Occident. Dans cette comptine tout est faux. « L’esclavage, rappelle Paul Louis, est l’un des rares traits qui fussent communs à toutes les civilisations. »

Dans l’article The Observer, Nikole Hannah-Jones stipulait également que si les Blancs sont si méchants, c’est parce qu’il « leur manque quelque chose » : c’est la théorie contemporaine dite de la mélanine, selon laquelle la race noire en tant que possédant davantage de mélanine est intrinsèquement supérieure à la race blanche et possède des capacités surnaturelles telles que la perception extrasensorielle.

Cette fête de l’esprit est soutenue, entre autres, par le professeur d’études noires Leonard Jeffries, City University of New York, et par la psychanalyste et suprématiste noire Frances Cress Welsing. (Voy. Pamela Newkirk, Within the Veil: Black Journalists, White Media, NYU Press, 2002 et Frances Cress Welsing, The Isis Papers: The Keys to the Colors, 1991.)

Fait intéressant, qui n’a jamais été relevé par personne, la théorie de la mélanine est le pur décalque de la théorie raciste allemande qui cherchait la généalogie de l’aryen dans sa proximité avec l’albinisme. En 1878 l’Allemand Theodor Poesche publie Les Aryens, fumeuse généalogie pseudo-scientifique qui retrace les origines de la « race aryenne » dans les marais de Rokitno en Russie occidentale au prétexte des affinités entre aryanité et …albinisme.

On le constate : les néo-racistes n’ont rien inventé.

Que des psychotiques ivres de haine, fût-elle raciale, puissent s’exprimer, est l’une des caractéristiques de la civilisation occidentale, bâtie par ces « Blancs » que Nikole Hannah-Jones exècre de toute son âme.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Drieu Godefridi pour Dreuz.info.

« Estampillés — Essai sur le néo-racisme de la Gauche au XXIe siècle* », vient de paraître.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz