Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 octobre 2021

Faire taire toute critique, c’est ce que les dirigeants des régimes totalitaires pratiquent. Exiger la mise au ban, l’annulation de son émission parce qu’ils n’aiment pas l’humour et les propos caustiques de Dave Chappelle, c’est ce que font les dictateurs. Et la communauté LGBT.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Dave Chappelle, 48 ans, est un célèbre humoriste qui pratique l’auto-dérision. Il a été critiqué pour ses blagues sur la communauté transgenre dans la série The Closer de Netflix. Le comique s’est dit prêt à rencontrer les employés de Netflix qui sont mécontents de ses blagues, mais les organisateurs de la manifestation ne l’ont pas contacté : ils ne veulent pas lui parler, car ils risquent de se dévoiler, ils veulent seulement exercer leur pouvoir destructeur et le faire disparaître.

Au lieu de débattre avec lui, et d’exposer leurs griefs – qu’ils savent être artificiels et sans valeur – les employés de Netflix ont organisé un débrayage pour protester contre son émission comique et la faire déprogrammer.

Les employés de Netflix espèrent que ce débrayage fera pression sur l’entreprise pour qu’elle adopte des mesures dans les domaines « de l’investissement dans le contenu, des relations et de la sécurité des employés, et de la réduction des risques », selon Trans, le groupe des employés transgenres de l’entreprise.

Dave Chappelle

Que reprochent-ils à Chappelle au juste ? Ceci :

Dans son émission The Closer du 5 octobre, il a déclaré :

« Le genre est un fait. Chaque être humain dans cette pièce, chaque être humain sur terre, a dû passer par les jambes d’une femme pour être sur terre. C’est un fait », a dit Chappelle dans l’émission.

Puis il a défendu l’auteur de Harry Potter, J.K. Rowling, qui fait face à des allégations de transphobie depuis des années.

« Ils ont annulé J.K. Rowling – mon Dieu », a-t-il ajouté.

« En fait, elle a dit que le genre était un fait. La communauté transgenre s’est mise en colère, ils ont commencé à la traiter de TERF », a poursuivi Chappelle. (TERF signifie « trans-exclusionary radical feminists », des féministes qui protestent contre la négation de l’existence des femmes par le mouvement transsexuel, et sont considérées comme anti-trans).

« Je suis de l’équipe TERF », a dit Chappelle. « Le genre est un fait. »

Voilà son crime. Voilà pourquoi les LGBT se conduisent en fascistes et réclament que la vie de Chappelle soit brisée, ses ressources coupées, sa vie sociale détruite. Voilà pourquoi ils ne veulent pas le rencontrer pour débattre : ils n’ont rien à dire. Ils veulent au contraire exercer le pouvoir absolu par la terreur : condamné sans procès ni droit à la défense par ses accusateurs. C’est pire que le régime soviétique, qui au moins organisait un simulacre de procès. Là, c’est le poteau d’exécution, la mort sociale, sans discussion.

Et ils ont en partie gagné. Netflix n’a pas déprogrammé ni annulé son contrat avec Chappelle, mais Chappelle a plié. Il a déclaré dans son émission spéciale :

« Plus de blagues sur les transgenres jusqu’à ce que nous puissions rire tous ensemble ».

C’est à dire plus jamais. La Cancel culture des LGBT a gagné. La censure a progressé. Les terroristes de la pensée ont terrorisé. Au nom de la tolérance, j’oubliais presque de le préciser.

Croyez-vous que s’ils cherchaient sincèrement à changer le regard de la société à leur égard, ils adopteraient ce comportement autoritaire ? C’est la trique, le symbole de leur ouverture vers l’autre ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz