Publié par Magali Marc le 23 octobre 2021

Jeudi soir (le 21 octobre), lors d’un « townhall » (une réunion publique) sur CNN, devant un public formé de sympathisants, Joe Biden a démontré son incapacité à répondre à des questions convenues d’avance même en ayant à ses côtés l’animateur, Anderson Cooper, toujours prêt à le secourir.
La veille, des négociations avaient eu lieu entre les Sénateurs Bernie Sanders et Joe Manchin concernant le Projet de loi de « réconciliation » de 3 500 milliards de dollars. Le Sénateur Joe Manchin a fait comprendre sans ménagement à Bernie Sanders qu’il peut très bien se contenter du fait qu’aucun projet de loi de dépenses massives ne soit adopté avant les élections de mi-mandat de novembre 2022.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit les articles d’Andrea Widburg, d’American Thinker et de Bonchie, de RedState, parus respectivement les 22 et 21 octobre.

****************************

Joe Biden se ridiculise à la télévision nationale

Jeudi soir (le 21 octobre), CNN a organisé une « réunion publique » (townhall) sur invitation seulement pour Joe Biden à Baltimore. Le public était plus qu’amical, les questions étaient manifestement scriptées, et Anderson Cooper était là pour lui tenir la main.

Pourtant, comme le révèle le fil Twitter du Republican National Committee (RNC), Joe Biden a montré à plusieurs reprises sa bizarrerie, sa démence naissante, son incapacité à diriger et son manque d’empathie. Il n’est pas étonnant que seuls 27 % des électeurs potentiels soient convaincus que Brandon… euh, Joe Biden est à la hauteur de la tâche.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Honnêtement, je n’ai pas regardé cette réunion publique. Je doute que beaucoup l’aient fait. Cependant, les bonnes gens de RNC Research l’ont regardée, et les extraits qu’ils ont partagés sont révélateurs.

Ce qui a attiré l’attention de tous, c’est le moment où Joe Biden a combiné son chuchotement effrayant avec la mention du « symbole de la suprématie blanche ». Je sais que c’était un canular de 4Chan (un réseau d’échanges sur Internet), mais les gauchistes l’ont utilisé pour s’en prendre à de nombreuses personnes innocentes, qu’il s’agisse de cadets de la marine, de chauffeurs routiers hispaniques, de pompiers ou d’avocats appuyant Brett Kavanaugh.

Je doute qu’ils s’en prennent à celui qui a un long passé de racisme et de fréquentation des suprématistes blancs.

L’un des moments les plus étranges était de voir M. Biden debout, les coudes pliés et les poings serrés, pendant qu’Anderson Cooper lui parlait. Croyait-il qu’il faisait du ski ? Qu’il conduisait une voiture ? Était-il en train de déféquer dans sa culotte ? C’était certainement troublant de voir l’homme qui a accès au téléphone rouge se tenir comme ça pendant près de 20 secondes.

À un moment donné, il a dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas : « Qu’est-ce que je fais ici ? » a-t-il demandé.

Il essayait de se souvenir de « Long Beach », un nom qui devrait être présent à son esprit, étant donné la catastrophe de la chaîne d’approvisionnement qui se déroule le long de la côte californienne. Anderson Cooper est intervenu consciencieusement pour l’aider, bien qu’il n’ait pas non plus été capable d’expliquer ce qu’il faisait là.

De temps en temps, l’instinct politique bien rodé de Biden se remettait en marche, et il a fait une déclaration cohérente – mais complètement malhonnête. Ainsi, il a prétendu que les gens se portent mieux économiquement sous son mandat parce que les salaires sont en hausse, oubliant de mentionner que l’inflation suit et même dépasse les salaires.

Les gens sont toujours sous-payés, et ceux qui ont un revenu fixe vont bientôt en pâtir.

Après avoir tout fait pour détruire l’industrie pétrolière américaine, florissante et autonome, qui faisait baisser les prix et permettait à l’Amérique de devenir exportatrice, il a avoué qu’il n’avait aucune idée de la façon de corriger les prix.
J’ai une idée : annulez donc tous vos décrets. Cela devrait faire l’affaire.

Joe Biden – un homme qui quitte la Washington tous les weekends pour se détendre dans sa maison du Delaware – a annoncé qu’il n’avait « pas eu beaucoup de temps pour se rendre » à la frontière afin de constater le chaos et la criminalité qui y règnent.

Pour un homme qui a un avion à sa disposition, cette excuse sonnait creux.

Les deux pires moments sont survenus lorsqu’il n’a même pas réfléchi avant de dire que tous les secouristes qui refusent les vaccins devraient être licenciés et que ceux qui refusent la vaccination tuent des gens.

Il semble insensible au fait que si les vaccins fonctionnaient comme promis, ceux qui les prennent ne seraient pas «tués».

Plus important encore, le taux de mortalité lié au coronavirus en Amérique est de 1,6 %. Même ce chiffre est probablement artificiellement gonflé, à la fois par un comptage excessif et par le refus de traiter les gens jusqu’à ce qu’ils soient à l’article de la mort.

Je ne me départirai jamais de mes doutes sur le fait que Joe Biden ait honnêtement obtenu 81 millions de voix. Pour y croire, je dois croire que 81 millions de mes concitoyens américains sont si tordus, idéologiquement blessés et stupides qu’ils voteraient pour Joe Brandon… euh, Biden.

Je préfère conserver une meilleure opinion de mes concitoyens américains.

*****************

Joe Manchin donne une bonne leçon à Bernie Sanders lors d’une réunion très conflictuelle

Les négociations se sont poursuivies mercredi (le 20 octobre) concernant le Projet de loi dit de «réconciliation» dont le prix initial avoisinait les 3 500 milliards de dollars.

Il est devenu clair qu’il ne sera pas adopté au Congrès grâce à l’opposition des Sénateurs Joe Manchin et Kyrsten Sinema.

Les discussions frôlent de plus en plus la ligne rouge de 1 500 milliards de dollars fixée par Joe Manchin, et même Joe Biden a été obligé d’admettre que le projet de loi sera loin de correspondre à ce que souhaite l’aile progressiste.

Pourtant, l’illusion est forte chez Bernie Sanders, et il a reçu une bonne leçon lors de la rencontre animée qu’il a eu avec Joe Manchin. À savoir, que lorsque vous n’avez aucun moyen de pression, vous n’avez qu’à vous taire.

Selon un reportage d’ Axios:

« Les Sénateurs Joe Manchin (Démocrate de la Virginie-Occidentale) et Bernie Sanders (Indépendant du Vermont) se sont chamaillés à huis clos, M. Manchin (…) faisant comprendre à son collègue qu’il peut vivre sans le plan de dépenses sociales du Président Biden. (…) M. Manchin a dit, «Je suis à l’aise avec zéro», formant un « zéro » avec son pouce et son index, a révélé le Sénateur Jon Tester (Démocrate du Montana), disant qu’il croit que le Démocrate de Virginie-Occidentale sera parfaitement à l’aise si le Sénat ne passe pas le Projet de 2 000 à 3 500 milliards de dollars du président. »

Joe Manchin a fait taire Bernie Sanders après que ce dernier ait proclamé, selon Jon Tester (qui était présent), que « nous avons besoin de 3 500 milliards ».

Apparemment, le sénateur socialiste ne vit pas sur la même planète que nous. Il n’y aura pas d’accord pour 3,5 trillions de dollars. Ceux qui veulent un nouvel État-providence aussi dépensier n’ont tout simplement pas les votes nécessaires pour que cela se produise.

Bernie Sanders peut accepter cela ou il peut repartir les mains vides, ce qui est exactement ce que Joe Manchin lui a dit.

On ne voit pas souvent, ou du moins on n’entend pas souvent, les choses s’échauffer à ce point entre sénateurs.

M. Sanders essaie d’agir à partir d’une position de force qu’il n’a pas. M. Manchin a les bonnes cartes et il les joue. Au final, cela signifie que ce projet de loi s’élèvera à 1,5 trillion de dollars (ou peut-être un peu plus).

L’université gratuite, les dispositions relatives au climat, etc. ont disparu – parce qu’elles devaient disparaître. Ce pays est déjà au bord d’un gouffre économique. Injecter plus d’argent dans un système déjà en surchauffe serait suicidaire.

L’inflation, qui est déjà un problème majeur, deviendrait d’autant plus incontrôlable, laissant pour compte les consommateurs. Aucune aide gouvernementale ne pourrait résoudre ce problème.

Joe Manchin n’avait pas fini, cependant. Il a tourné le couteau dans la plaie en faisant savoir qu’il n’y aurait pas d’accord dans un avenir proche. C’est un coup dur pour le programme de Joe Biden, étant donné que les législateurs vont probablement être absents du Congrès (afin de s’occuper de leur réélection) pendant l’année électorale à venir.

Pour résumer, Joe Manchin a maintenant annoncé qu’il était d’accord pour laisser la table vide. C’est une attitude difficile à adopter avec la Maison Blanche et les progressistes, mais elle est nécessaire.

En fait, étant donné l’État dont il est originaire, M. Manchin pourrait préférer qu’aucun projet de loi ne soit adopté.

Pendant ce temps, M. Sanders va se contenter de continuer à faire face à l’opposition. Si cela se prolonge l’année prochaine, les choses vont devenir encore plus litigieuses, et les chances de voir un projet de loi passer vont diminuer considérablement.

Pour les Républicains, c’est un résultat parfait.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz