Publié par Magali Marc le 24 octobre 2021

Selon un reportage diffusé par la Canadian Broadcasting Corporation (CBC), des chercheurs ont repéré un nombre record de baleineaux à bosse dans la mer des Salish (une zone maritime du Nord de l’océan Pacifique) au large des côtes de la Colombie-Britannique et de l’État de Washington. C’est une contradiction flagrante des nombreux reportages qui annonçaient, encore récemment, l’extinction des baleines à bosse qui auraient du mal à se reproduire à cause de la prétendue crise climatique !

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Thomas Lifson, paru sur le site d’American Thinker, le 23 octobre.

**************

Un nombre record de baleineaux à bosse est repéré : une autre catastrophe liée au « changement climatique » est démentie

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

De nombreuses personnes se réjouissent de ce reportage diffusé par la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) le 22 octobre :

« Il n’y avait pas de baleines à bosse au large du sud-ouest de la Colombie-Britannique il y a 25 ans, mais on en a identifié jusqu’à 500 aujourd’hui.

Selon des chercheurs, un nombre record de baleineaux de baleine à bosse a été repéré dans la mer des Salish au large des côtes de la Colombie-Britannique et de l’État de Washington cet été et cet automne.

Selon la Pacific Whale Watch Association (PWWA), 21 baleineaux ont été photographiés ou comptés par des observateurs et des chercheurs dans la mer des Salish pendant la saison d’alimentation. C’est presque le double des 11 repérés en 2020. Il s’agit d’un rebond important pour une espèce qui était en danger il y a seulement quelques décennies. Personne ne sait exactement pourquoi il y a eu un tel baby-boom de baleines à bosse. »

https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/humpback-whales-record-calves-salish-sea-1.6221049

Il n’a pas fallu plus de 30 secondes à mon ami Mike Nadler, qui m’a envoyé ce reportage, pour repérer un échantillon d’articles prétendument scientifiques datant de plus tôt cette même année – l’un d’entre eux datant d’il y a 2 mois – concernant l’impact désastreux du changement climatique sur la procréation des baleines à bosse.

Pourquoi prendrait-on au sérieux les prédictions de catastrophes climatiques, et détruirait-on notre réseau électrique, mettant le pays en faillite pour s’en protéger ?

Je recommande d’en rire, comme le fait Daniel Wojick de cfact.org :

« Nous devrions rire de l’hystérie climatique, en particulier des propositions fantaisistes pour stopper le méchant changement climatique. Tout électrifier en utilisant les énergies éolienne et solaire ? Restructurer l’économie ? Redémarrer le monde pour le rendre vert ? Arrêter de manger de la viande et de boire du lait ? Ces propositions sont toutes risibles, alors n’hésitez pas à en rire, cela vous fera beaucoup de bien. »

Wojick étaye ses propos avec de bonnes raisons.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz