Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 octobre 2021
Queue pour recevoir le vaccin COVID-19 au centre de vaccination mobile de la foire de Belgrade

Préambule : vous lirez, dans cet article, exclusivement des faits et des informations sourcées et fiables. A aucun moment vous ne trouverez ici mon opinion ou mon point de vue, car il s’agit pour moi de vous rapporter des informations qui sont censurées ailleurs – c’est pour cela que vous lisez Dreuz, n’est-ce pas ? Aussi, je précise à ceux qui ne seront pas très contents de lire tout ce qui est rapporté ici : inutile de me reprocher ce que vous croyez que je pense : vous vous trompez !

« La Russie doit accélérer les vaccinations contre le virus Covid-19 », a réaffirmé mardi le président russe Vladimir Poutine, alors que le pays a enregistré son plus haut bilan quotidien de décès depuis le début de la pandémie, que les Russes n’ont généralement pas confiance dans le vaccin SputnikV, et que beaucoup vont à l’étranger se faire vacciner.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

S’adressant aux législateurs nouvellement élus de la Douma d’État – la chambre basse du parlement russe – M. Poutine a exhorté les députés qui s’étaient réunis au Kremlin à convaincre le public russe de se faire vacciner, alors que la situation continue de s’aggraver dans le vaste pays.

« Vous savez que le nombre d’infections augmente dans de nombreuses régions et que les spécialistes médicaux travaillent dans des conditions difficiles. Nous savons tous très bien que la vaccination peut nous sauver du virus et d’une évolution sévère de la maladie. Il est nécessaire d’accélérer le rythme de la vaccination », a déclaré M. Poutine.

« Je voudrais vous demander d’être plus actif dans ce travail, d’éduquer les gens et de parler dans les médias. Les gens ont confiance et écoutent vos conseils et vos recommandations. Il est très important de le faire sans un ton de réprimande administrative. Nous devons travailler avec persévérance et patience avec les gens et leur expliquer les avantages de la prévention de cette maladie dangereuse », a ajouté M. Poutine.

  • La Russie a pris du retard par rapport à une grande partie du monde lorsqu’il s’agit de vacciner sa population, bien qu’elle ait été le premier pays au monde à approuver un vaccin contre le coronavirus, Sputnik V, qui a commencé à être administré en août 2020.
  • La directive de M. Poutine est intervenue le jour même où la Russie a enregistré 973 décès au cours des dernières 24 heures – le nombre le plus élevé de décès dus au Covid-19 dans le pays depuis le début de la pandémie.
  • La Russie a maintenant enregistré plus de 900 décès par jour pendant sept jours consécutifs. Au total, la Russie a officiellement enregistré 218 345 décès dus au coronavirus selon le groupe de travail sur le coronavirus du pays, soit le nombre le plus élevé de décès en Europe.
  • Le nombre réel de décès pourrait être encore plus élevé en raison de la manière dont la Russie classe les décès dus au coronavirus. Rosstat, l’agence russe de statistiques, enregistre les décès liés au coronavirus lorsque celui-ci n’est pas la seule cause ou la cause principale du décès, mais le groupe de travail russe sur le coronavirus ne les inclut pas dans le décompte officiel.

Le vice-premier ministre Tatyana Golikova, qui est responsable de la réponse du pays au coronavirus, a déclaré lors d’une réunion télévisée du gouvernement vendredi que 47,8 millions de Russes ont reçu leur premier vaccin et que seuls 42,4 millions ont été entièrement vaccinés dans un pays dont la population avoisine 146 millions d’habitants.

Grande méfiance contre le vaccin Sputnik

Selon une enquête récente de l’institut de sondage indépendant Levada-Center, 52 % des Russes ne sont pas prêts à se faire vacciner contre le coronavirus avec le vaccin de fabrication russe. Seulement la Russie n’a pas approuvé les vaccins contre le coronavirus fabriqués à l’étranger, seuls les vaccins russes sont disponibles dans le pays, et les citoyens ne veulent pas de ce vaccin.

« La réticence à se faire vacciner avec le Sputnik reflète une méfiance plus générale à l’égard du gouvernement », a déclaré à CNN Alexandra Arkhipova, anthropologue sociale et chercheuse à l’université RANEPA de Moscou.

« Les Russes ont tendance à faire confiance aux médecins qu’ils connaissent personnellement plutôt qu’aux institutions médicales publiques », a-t-elle également déclaré.

Les incitations au vaccin Sputnik restent lettre morte

  • Anna Popova, directrice de Rospotrebnadzor, l’organisme russe de surveillance de la Santé publique, a déclaré mardi que trente-huit régions russes avaient introduit une obligation de vaccination pour certains citoyens et travailleurs occupant des postes en contact avec le public.
  • Le Kremlin a exprimé sa frustration face aux faibles taux de vaccination du pays, le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, déclarant lundi que « la pandémie ne disparaît pas, elle revient par vagues successives… la seule chose qui sauve des vies est le vaccin ».

M. Peskov a souligné que le gouvernement utilisait toutes les occasions pour appeler les Russes à se faire vacciner, exhortant même les médias à « répéter cela cent fois par jour. »

Les médias d’État sous contrôle sont de plus en plus critiques à l’égard des personnes réticentes ou indécises à l’idée de se faire vacciner.

Tourisme vaccinal : Serbie et Croatie

Méfiants du vaccin Sputnik, les citoyens russes ont afflué en Serbie pour recevoir les vaccins COVID-19 approuvés par l’Occident.

Selon l’Association russe des tour-opérateurs, des voyages organisés pour les Russes souhaitant se faire vacciner sont apparus sur le marché à la mi-septembre.

Maya Lomidze, directrice exécutive du groupe, a déclaré que les prix des séjours variaient entre 300 et 700 dollars, selon ce qui est inclus.

  • La Serbie, qui n’est pas membre de l’Union européenne, est un choix pratique pour les Russes en quête de vaccin dans lequel ils ont confiance, car ils peuvent entrer sans visa dans ce pays allié des Balkans, et parce qu’il offre un large choix de vaccins de fabrication occidentale.
  • Ainsi, les voyages organisés pour les Russes se sont multipliés, et on peut apercevoir leurs prospectus un peu partout dans la capitale, Belgrade, dans les hôtels, les restaurants, les bars et les centres de vaccination.

Répondant à une forte demande, les agences de tourisme russes proposent désormais aussi des voyages en Croatie, où les touristes peuvent recevoir le vaccin Johnson & Johnson en une seule fois, sans avoir besoin de revenir pour une deuxième dose – ce qui leur fait faire des économies d’hôtel et de transport.

« Pour la Serbie, la demande a augmenté comme une avalanche », a déclaré Mme Filatovskaya. « C’est comme si notre entreprise ne faisait plus que vendre des circuits pour la Serbie ».

Depuis que les circuits touristiques de vaccination ont explosé en popularité à partir du mois d’août, l’activité apportée aux tour-opérateurs serbes dévastés par la pandémie dans une économie déjà faible, est une manne. Le propriétaire de l’agence de voyage BTS Kompas à Belgrade, Predrag Tesic, a déclaré qu’ils étaient complets bien à l’avance.

« Cela a commencé modestement au début, mais jour après jour, les chiffres ont fortement augmenté », a déclaré Tesic.

Il explique que son agence organise tout, du transport à l’aéroport à l’hébergement en passant par la traduction et l’aide aux points de vaccination.

Lorsqu’ils reviennent pour une nouvelle dose dans trois semaines, les touristes russes se voient également proposer de brèves visites de certains sites populaires en Serbie.

L’Allemagne est également une option. Les prix de ces vacances spéciales variant entre 600 et 850 euros et n’étant à la portée que des Russes ayant de la famille dans le pays, ou ceux qui sont riches et peuvent financer une telle dépense.

Israël est une autre destination de vaccination choisie par les Russes

Le centre médical Hadassah de Jérusalem a autorisé les citoyens russes à recevoir les vaccins Pfizer et Moderna à partir de janvier 2021, dont l’utilisation n’a pas été approuvée en Russie. L’hôpital Hadassah de Moscou a participé aux essais cliniques de phase 3 du vaccin Sputnik V, dont le taux d’efficacité était annoncé à 92 %. Mais le vaccin russe est toujours considéré avec scepticisme.

Hadassah a prévu de tirer parti du fait qu’elle y gère l’hôpital Hadassah Medical Moscow – un hôpital d’oncologie situé dans le centre d’innovation Skolkovo de la capitale russe. Skolkovo est une zone de libre-échange et, selon la loi russe, Hadassah est autorisée à fournir des médicaments qui ont été approuvés en Israël – mais pas en Russie – dans son hôpital là-bas.

De plus, Hadassah Moscou fait partie d’un système d’hôpitaux sous la gestion de la ville de Moscou, et en partenariat avec l’homme d’affaires juif russe Evgeni Tokolov, qui possède une société avec des cliniques et des hôpitaux dans toute la Russie.

Pfizer, Moderna et AstraZeneca sinon rien

Outre Sputnik V et une version à une dose connue sous le nom de Sputnik Light, la Russie a également deux autres vaccins de conception nationale. Mais une enquête menée en Russie a montré que 58 % des personnes interrogées n’étaient pas disposées à recevoir le vaccin Sputnik V, même s’il était gratuit.

En réaction, une campagne de dénigrement contre Pfizer a été lancée par des usines de trolls russes à partir de juillet 2021, en même temps qu’une promotion du vaccin russe. Les tactiques utilisées par la campagne de dénigrement consistent à publier et à promouvoir une couverture négative de Pfizer et à cibler des pays spécifiques, ont expliqué les enquêteurs de l’Institut de recherche sur la contagion des réseaux.

Cependant, les Russes ont une culture de défiance très avancée envers les médias, le gouvernement et les autorités locales héritée de l’ère communiste, et n’ont pas été influencés.

Des débats enflammés se déroulent toujours sur les médias sociaux russes à propos des différents vaccins et de leurs différences, la plupart des gens indiquant qu’ils ne sont prêts à se faire vacciner qu’avec les vaccins occidentaux de Pfizer, Moderna et AstraZeneca.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources pour cet article :

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz