Publié par Michèle Mazel le 15 octobre 2021

Le terrorisme ne payerait-il plus chez les proches voisins d’Israël ?

On se souvient de l’euphorie qui avait marqué la fuite de six détenus d’une prison israélienne de haute sécurité, les articles dithyrambiques dans la presse arabe, les portraits des «héros» affichés sur les murs.

Ils se feront tuer plutôt que de se laisser reprendre, clamaient les commentateurs qui se succédaient sur les chaînes arabes ; à Jenin, où se trouve aujourd’hui encore un grand camp de réfugiés, bien que la ville se trouve à l’intérieur des territoires gouvernés par l’Autorité palestinienne, des militants prudemment encagoulés parlaient de combats à mort contre les forces israéliennes qui viendraient y chercher l’un ou l’autre des évadés. 

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

De fait, deux d’entre eux sont bien arrivés dans le camp. Pour une raison inconnue, ils ont été contraints d’en sortir et de se réfugier chez un sympathisant dans une autre partie de la ville.

Las, «on» les a dénoncés, et un commando israélien est venu les cueillir en douceur : après deux sommations, ils sont sortis les mains levées.

De retour à la case prison, l’un d’eux vient de raconter aux enquêteurs israéliens que sentant l’étau se refermer, ils avaient fait appel au Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh, le suppliant de les mettre en sécurité de façon originale : tout simplement les enfermer dans une prison palestinienne où ils seraient à l’abri des incursions israéliennes.

Leur requête a été rejetée sèchement.

Evidemment, rien ne permet d’étayer cette information, quoiqu’on ne voit pas très bien pourquoi le prisonnier l’aurait inventée.

Justement, au même moment, on apprend qu’un autre terroriste, lui, avait bien été mis en détention par le Hamas, pour sa protection. Il vient d’être remis en liberté. Cela s’est passé à Gaza ; il s’agit d’un membre du Jihad islamique.

C’est lui qui a abattu à bout portant il y a six semaines Barrel Hadar Shmueli lors de violentes émeutes à la frontière. Un haut fait salué par les réseaux sociaux palestiniens.

Pourtant, cette fois, il n’y a pas eu le festival habituel autour du nouveau «héros». Pas de photo des dirigeants du Hamas l’embrassant chaleureusement, ou du terroriste enveloppé du drapeau palestinien faisant le V de la victoire.

De fait, pas de cliché du tout. Mieux, le nom de ce «brave» n’a pas été révélé.

D’ailleurs il a immédiatement été entraîné dans un lieu tenu secret et mis en détention préventive, comme il est dit plus haut.

C’est que l’on sait que les Israéliens ont bien l’intention de venger leur soldat et de régler son compte à l’assassin.

Si le Hamas a pris le risque de le remettre en liberté, c’est parce qu’il est convaincu qu’aucun détail n’a filtré sur l’identité de l’individu et qu’il peut donc rentrer chez lui sans crainte.

On lui aurait conseillé, dit-on, de faire profil bas.

Pas sûr qu’il se sente vraiment en sécurité.

Israël a la mémoire longue et bien des sources d’information à l’intérieur de la Bande de Gaza.

Dans l’un et l’autre de ces cas, il s’agit d’un phénomène récent et plutôt étonnant.

La crainte du gendarme serait-elle le commencement de la sagesse comme le veut l’expression populaire ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michèle Mazel pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz