Publié par Manuel Gomez le 8 octobre 2021

Monsieur le Président de la République, contrairement à ce que pensent une très grande majorité de vos opposants (même moi !) « que vos récentes déclarations concernant l’Algérie n’auraient été prononcées que pour attirer une partie des votes de la droite, comme l’avait été d’ailleurs cette absurdité pré-électorale prononcée en 2017 « Les crimes contre l’humanité de la colonisation » afin de recueillir les votes de la gauche, de l’extrême gauche et des musulmans de France, je vous accorde, momentanément, « les bénéfices du doute », dans l’attente de vos prochaines déclarations, destinées probablement à vous faire pardonner « ces écarts de langage » qui ont tant bouleversé les Algériens (Surtout la décision de réduire les visas) pas jusqu’au point, bien sûr, de stopper la vague migratoire inexorable entre les deux rives de la mer Méditerranée. 

Certains de vos prédécesseurs se sont humiliés « en s’agenouillant » devant les soi-disant victimes algériennes de la manifestation organisée par le FLN, alors, et toujours, ennemi de la France, le 17 octobre 1961.  

Chaque année, depuis plus d’un demi-siècle, le 17 octobre 1961 revient à la « Une » de l’actualité pour dénoncer les « soi-disant » 200 à 300 victimes (on n’est pas à quelques dizaines près) de la « terrible » répression policière, suite à la manifestation « pacifique » du FLN (interdite par le préfet) 

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Je n’ai jamais douté de votre intelligence, ni de votre puissance de raisonnement (Sans elles vous ne seriez pas devenue président) alors posez-vous cette question : où sont passés ces 200 à 300 cadavres jetés dans la Seine ? Ils ne se sont pas « dissous » dans le fleuve et n’ont pas été aperçus sur aucun rivage de la Seine, de Paris jusqu’à Rouen. 

Le 18 octobre 1961, lendemain des manifestations, voici le bilan affiché par Maurice Legay, directeur général de la police parisienne : 3 morts. 

Les conclusions du rapport officiel de la commission d’enquête, réclamé par le premier ministre Lionel Jospin et le ministre de l’intérieur Jean-Pierre Chevènement, concernant les évènements du 17 octobre 1961, et qui leur a été remis en 1998, viennent confirmer mes affirmations (sur le quotidien parisien L’Aurore) sur le nombre de victimes comptabilisé au cours des journées des 17 à 20 octobre 1961. 

Cette commission, dénommée « La mission » » était composée de : 

  • M. Dieudonné Mandelkern, président de section au Conseil d’Etat. 
  • M. André Wiehn, Inspecteur général de l’administration. 
  • Mme Mireille Jean, conservateur aux Archives nationales. 
  • M. Werner Gagneron, Inspecteur de l’administration. 

Elle a examiné scrupuleusement les : 

  • Archives de la préfecture de police. 
  • Archives du ministère de l’intérieur 
  • Archives de l’Institut Médico-Légal 
  • Dossiers d’enquête de la police judiciaire 
  • Graphique des entrées de corps « N.A » (Nord-Africain) de septembre à fin octobre 1961 

Pour l’ensemble de l’année 1961, 474 dossiers d’enquête pour homicides ont été dénombrés. 

275 se rapportaient à des victimes FMA (Français musulmans d’Algérie) tués par arme blanche, arme à feu, strangulation ou noyade. Pour l’ensemble de ces victimes, il s’agissait de règlements de compte entre les mouvements indépendantistes algériens FLN et MNA. 

79 victimes appartenaient aux forces de l’ordre.. 

120 à des victimes autres que FMA ou forces de l’ordre. 

Entre le mois de septembre et le 6 octobre 1961, 90 morts ont été dénombrés, dont 10 dans la seule journée du 3 octobre et 50 cadavres par noyade ont été découverts dans la Seine, la Marne ou les canaux, donc bien avant le 17 octobre. 

En ce qui concerne plus particulièrement la manifestation interdite du 17 octobre, le nombre de manifestants était estimé entre 20 et 25.000. Encadrés par des groupes de choc armés. Les instructions du FLN menaçaient de mort les Français musulmans algériens qui n’obéissaient pas aux consignes. 

11.358 ont été interpellés. 

2299 ont été transportés de métropole vers l’Algérie après le 17 octobre 1961. 

Le ministre de l’intérieur, lors de la séance du 31 octobre 1961, a fait part aux sénateurs du bilan de 7 morts et 136 blessés hospitalisés entre le 17 et le 20 octobre 1961 : 

**Le 17 octobre 1961 j’étais journaliste d’investigation et chroniqueur judiciaire du quotidien «L’AURORE» et j’ai enquêté dès le lendemain auprès de la morgue et des services hospitaliers, également auprès des établissements et des riverains qui longeaient la Seine de la capitale jusqu’à Rouen.. 

J’ai accompagné le colonel Raymond Montaner, commandant de la Force Auxiliaire des Harkis de Paris, dont le rôle principal était la protection des Algériens de la région parisienne contre les exactions du FLN, qui a enquêté en compagnie de ses deux adjoints le capitaine de Roujoux et le lieutenant Champsavin et voici le résultat absolument vérifiable de ses conclusions : 

Il n’y eut cette nuit du 17 octobre aucune intervention anormale des pompiers parisiens, ni de police secours, ni de la croix rouge, ni d’aucun service d’ambulance. 

  • Aucun service d’urgence des hôpitaux de Paris et de la banlieue n’a reçu un afflux anormal de blessés. 
  • 2300 blessés en une seule nuit (il s’agit du chiffre annoncé par les Algériens et les partis de gauche) cela laisse pourtant des traces, non ? Toutes les urgences et même les cliniques privées auraient dû être totalement débordées. Où sont donc passés ces 2300 blessés ? Disparus comme par magie ! Sans doute ont-ils été jetés dans la Seine, en même temps que les 300 cadavres disparus ? 

L’enquête auprès des barrages en aval de Paris n’a révélé aucune découverte de noyés. Pourtant 300 corps ne se dissolvent pas dans l’eau de la Seine. Les berges sur des kilomètres auraient dû être parsemées de cadavres mais aucun riverain n’en a signalé ! 

Peut-on d’un coup de baguette magique escamoter 300 cadavres ? 

Si l’on conteste ces chiffres que l’on nous donne les noms des 300 morts, et si 2300 blessés sont passés par les services hospitaliers les traces existent, qu’on nous les communique. 

Alors messieurs nos gouvernants, messieurs les sénateurs, parlementaires, Français et Algériens, voici la liste officielle des cadavres « non identifiés » reçus à l’Institut Medico-Legal entre le 18 et le 21 octobre 1961 : 

  • Le 17 octobre 1961, alors que se déroulait dans Paris un soi-disant massacre, l’Institut Médico-Légal (la Morgue), n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA » (NA= Nord- Africain dans la terminologie de l’époque). 
  • Le 17 octobre 1961, de 19h30 à 23 heures, il n’y eut qu’une seule victime dans le périmètre de la manifestation, un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ? 
  • En dehors du périmètre de la manifestation, « seuls » 2 morts furent dénombrés, Abdelkader Déroues tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune tué par balle et étranglé, gisant dans une camionnette, également à Puteaux. Rien ne permet de dire qu’ils furent tués par les forces de l’ordre, puisque la manifestation ne se déroulait pas à Puteaux. 
  • Le 18 octobre, à 04 heures du matin, le bilan était donc de 3 morts. Nous sommes donc loin des 200 à 300 de morts. 

Mais, nous dit-on, les cadavres ont été déposés à la morgue les jours suivants. 

C’est absolument faux ! 

**Les archives de l’Institut Médico-Légal de Paris affirment qu’entre le 18 et le 21 octobre, 4 cadavres de « NA » seulement furent admis à la Morgue : 

  • Le 18 octobre, Achour Belkacem tué par un policier invoquant la légitime défense et Abdelkader Benhamar mort dans un accident de la circulation à Colombes. 
  • Le 20 octobre, Amar Malek tué par balles par un gendarme. 
  • Le 21 octobre Ramdane Mehani, mort dans des circonstances inconnues. 

Mais ceux qui nous gouvernent sont sans doute persuadés que les médecins légistes et les fonctionnaires d’état ont été « payés » ou ont subis des pressions afin de « dissimuler » ces 200 à 300 cadavres…et que depuis plus de soixante ans ils se taisent ! 

Pour la totalité de l’année 1961, 308 cadavres de « N.A » sont passés par l’IML, la plupart exécutés par le FLN dans sa guerre contre les Messalistes. 

Sur la totalité de ces 308 cadavres de « N.A » dénombrés au cours de toute l’année 1961 34 retrouvés dans la Seine ou la Marne notamment étaient des harkis, des partisans de la France, ou des membres du MNA, une des méthodes d’assassinat du FLN consistant à noyer ses opposants. 

Et surtout que ce sont ces mêmes « assassins » du FLN qui étaient les organisateurs de cette manifestation « pacifique ». 

Ces chiffres cités dans mes livres et mes articles n’ont jamais été contestés. 

On vous trompe, monsieur le président de la République, on nous trompe, on trompe les Algériens, on ment à la France et aux Français et, forcément, on ment aussi aux Algériens qui ne demandent qu’à croire les informations volontairement erronées qu’ils reçoivent. 

Il est temps d’accepter la vérité, toute la vérité, sur ce prétendu massacre « inventé » de toute pièce par le Parti Communiste Français, complice du FLN, après la parution du livre « La bataille de Paris », édité en 1991 (30 années plus tard) et œuvre de l’écrivain Jean-Luc Einaudi, rédacteur à « L’Humanité rouge » et membre influent du PCF, qui n’avait que dix ans en octobre 1961. 

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, vous êtes, je veux le croire, des hommes sincères. Votre ministre de l’Intérieur possède tous les documents officiels concernant la manifestation interdite du 17 octobre 1961. 

Il est de votre devoir de rétablir la vérité sur ce mensonge d’Etat.  

Prouvez que vous n’êtes pas dupe, comme le furent vos prédécesseurs, de cette « rente mémorielle » qui attise la « haine » des dirigeants algériens contre notre pays. Informez les Français, sur le nombre véritable de victimes lors de cette manifestation de 1961 ? Et, par la même occasion, que les Algériens en prennent également connaissance !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz