Publié par Jean-Patrick Grumberg le 12 novembre 2021
A Paris, Kamala Harris parle à un groupe de scientifiques français comme s’ils étaient des bambins

Moquée pour avoir un pris l’accent français pour s’exprimer, la vice-présidente Kamala Harris s’est surtout fait remarquer pour avoir traité les scientifiques français comme des élèves de maternelle, lors de sa visite de 4 jours à Paris.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Kamala Harris rencontrait mardi dernier un groupe de scientifiques français dans le cadre de sa visite de quatre jours à Paris. C’était le « coup d’envoi » de son voyage, a rapporté fièrement son bureau, une rencontre des scientifiques travaillant sur le Covid à l’Institut Pasteur de Paris. Quel coup d’envoi en effet !

Elle a commencé par débiter les banalités habituelles préparées par son « speech writer » (rédacteur de discours) de service :

« Certaines des découvertes scientifiques les plus significatives sur n’importe quel sujet, de la rage au VIH-SIDA, au cancer du sein, à l’ARNm et à ce que nous faisons autour des vaccins et des pandémies, ont eu lieu ici en collaboration avec des scientifiques français, des scientifiques américains, des scientifiques du monde entier qui se sont réuni », a déclaré Mme Harris en énumérant ses points de discussion.

Puis, condescendante, elle a traité les scientifiques comme s’ils étaient des enfants à la maternelle, et elle l’institutrice :

« Avec nous au gouvernement, nous ne pouvons pas nous en tenir au plan », a-t-elle dit en levant les bras en l’air. « L majuscule, P majuscule : Le Plan ! »

Et lorsqu’elle a dit cela avec un accent français, elle a semblé vraiment ridicule.

Une hypothèse – c’est bien pensé, c’est bien planifié, ils commencent avec une hypothèse et ensuite ils la testent en sachant qu’invariablement, vous essayez quelque chose pour la première fois, il y aura des pépins, il y aura des erreurs. Ensuite, tout le monde se réunit, personne ne s’énerve, on analyse – ce qui n’a pas marché, on réévalue, on met à jour l’hypothèse et on recommence ».

Il n’est pas surprenant que la cote de popularité de Kamala Harris, à 28 %, soit la plus basse jamais atteinte par un vice-président. Bon choix Joe Biden ! Et c’est Trump qu’on disait mal entouré.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous