Publié par Jean-Patrick Grumberg le 29 novembre 2021
Teilnehmer einer Gegendemonstration protestieren am Samstag (01.05.10) in Solingen mit Schildern mit der Aufschrift « Wir sind Deutschland » gegen eine Veranstaltung der rechtspopulistischen Partei Pro NRW. Nach Polizeiangaben protestierten in Solingen am Samstag um die 500 Demonstranten gegen eine Demonstration von 70 Anhaengern von Pro NRW. Foto: Clemens Bilan/ddp

Il pouvait donc y avoir pire que la chancelière Angela Merkel en matière d’immigration incontrôlée venant des pays musulmans !



La double nationalité, le regroupement familial pour les réfugiés et davantage de possibilités de visas sont quelques-unes des promesses faites par les partis de la nouvelle coalition. Les militants et les ministres de l’Intégration étaient depuis longtemps favorables à de tels changements.

Parmi les promesses faites dans l’accord de coalition de 177 pages, annoncé mercredi dernier par les sociaux-démocrates de centre-gauche (SPD), les verts écologistes et les démocrates libres néolibéraux (FDP), figure une révision radicale des lois allemandes sur la citoyenneté et l’immigration.

« Nous voulons un nouveau départ dans la politique de migration et d’intégration, comme il se doit pour un pays moderne d’immigration », indique le texte. Les choses sont claires : l’Allemagne, qui dirige la tendance de l’Europe, est « un pays moderne d’immigration ». Qu’on se le dise.

Concrètement, l’accord promet d’autoriser la double nationalité pour les migrants en Allemagne, ce qui n’est actuellement généralement autorisé que pour les citoyens de l’UE et de la Suisse, mais aussi d’accélérer et de simplifier les demandes d’asile et de résidence.

« Nous nous proposons, en tant que coalition, de tirer un trait sur la politique d’asile restrictive de ces dernières années et de faire en sorte que les personnes qui vivent ici de manière permanente, et dont on peut prévoir qu’elles vivront aussi ici de manière permanente, aient la possibilité de solidifier leur résidence, de trouver un emploi, d’avoir accès à la langue, et ce sans discrimination », a déclaré Luise Amtsberg, parlementaire du Parti des Verts, à la DW.

« Ce sont toutes des intersections clés qui sont pertinentes pour une immigration dans un pays moderne et qui offrent un changement de paradigme », a-t-elle ajouté. [NDLR Vous savez ce que « changement de paradigme » veut dire, je suppose. C’est qu’au lieu d’ouvrir le pays à 1 million de migrants musulmans, le nombre doit être multiplié.]

Mais Ralph Brinkhaus, chef du groupe parlementaire des Démocrates chrétiens (CDU) de centre-droit de la chancelière Angela Merkel, qui sont maintenant dans l’opposition après 16 ans au pouvoir, s’est montré sceptique quant aux plans – évidemment, il est dans l’opposition, il ne peut pas être d’accord !

« Nous n’aurions certainement pas eu cette ouverture brutale dans le domaine de la migration », a-t-il déclaré. « Nous sommes donc assez préoccupés par le fait que cela va être un facteur d’attraction pour pas mal de migration illégale ».

Il s’est dit préoccupé par les personnes « qui sont venues en Allemagne sans base légale seront ensuite autorisées à rester après un certain temps. Je pense que c’est une très mauvaise chose ».

Pourtant, plus tôt cette année, les ministres de l’intégration des 16 États allemands avaient appelé le gouvernement fédéral à assouplir les règles de citoyenneté.

Dans un appel majoritaire, la Conférence des ministres allemands de l’intégration (IntMK), qui a été créée en 2007 sous l’impulsion de Mme Merkel elle-même pour coordonner les approches des États et du gouvernement fédéral en matière d’immigration, a vivement recommandé d’apporter des modifications juridiques allant dans le sens des engagements de la nouvelle coalition.

En raison des règles actuelles de l’Allemagne en matière de double nationalité, le pays a l’un des taux de double nationalité les plus bas d’Europe.

Un groupe qui sera affecté à la fois par la nouvelle proposition de double nationalité et par la simplification du processus d’immigration est l’importante population turque d’Allemagne. L’Allemagne compte quelque 3 millions de Turcs ou de personnes d’origine turque, qui sont pour la plupart arrivés par vagues depuis les années 1960, date à laquelle le système dit des travailleurs invités a été adopté.

Mais en raison des lois allemandes en vigueur jusqu’à présent, moins de 10 % de cette population ont la double nationalité allemande et turque et, selon une étude du Center for American Progress, 55 % n’ont que la nationalité turque.

Magnifique, qu’est ce qui pourrait mal se passer avec ces nouvelles décisions ?!

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : dw.com

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

23
0
Merci de nous apporter votre commentairex