Publié par Magali Marc le 23 novembre 2021

Le dimanche 21 novembre 2021, à 16 h 15, les habitants de Waukesha, une banlieue paisible de Milwaukee, dans le Wisconsin, participaient à leur parade de Noël annuelle. Des politiciens locaux, des fanfares de lycées et de collèges et des groupes de danse déambulaient dans l’artère principale de la ville, lorsque, sans prévenir, un criminel a traversé la foule au volant d’une Ford Escape rouge, à toute allure, en klaxonnant et en percutant d’innombrables innocents. Des dizaines d’adultes et de jeunes enfants ont été emmenés d’urgence dans les hôpitaux locaux. Darrell Brooks, le conducteur présumé, a un casier judiciaire qui s’étend sur 22 ans et comprend des méfaits, l’usage de drogues et des crimes violents. Après avoir commis une autre agression, il a été libéré sous caution juste deux jours avant le défilé.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de John F. Di Leo, paru sur le blogue d’American Thinker, le 22 novembre.

***************************

La pire forme de terrorisme intérieur

Joe Biden pense qu’une famille normale du Midwest constitue un groupe de terroristes intérieurs si elle protège pacifiquement son entreprise familiale contre les émeutiers, les incendiaires et les pillards.

Merrick Garland (le procureur général des États-Unis) dit que des parents inquiets sont des terroristes intérieurs s’ils assistent aux réunions du conseil d’administration d’une école publique pour parler de la politique du district et de ses programmes scolaires.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Alexandria Ocasio-Cortez et son infâme « escouade » disent que les partisans de Donald Trump qui participent à des rassemblements sont des terroristes intérieurs s’ils se présentent en portant des chapeaux MAGA ( NdT: Make America Great Again, le slogan de la campagne de Donald Trump en 2016 ).

La plupart du temps, les gens normaux n’ont pas besoin qu’on leur dise ce qui constitue du terrorisme intérieur. Les Américains l’ont vu, encore et encore, dans leurs rues et sur leurs écrans de télévision. Le type de terrorisme qui est devenu trop commun ces dernières années est l’émeute – la manifestation gauchiste qui prétend commencer pacifiquement mais qui, trop souvent, est préparée et financée par de puissantes organisations.

Les terroristes étrangers nous étaient familiers, et nous devions nous attendre à ce qu’ils se manifestent.

En 2001, par exemple, un groupe de Saoudiens, radicalisés et financés par Al-Qaïda et les Talibans, s’est rendu aux États-Unis pour étudier le pilotage, puis détourner des avions afin d’attaquer (entre autres) les tours jumelles du World Trade Center.

Au moins, aussi horrible qu’il soit, un tel terrorisme est commis par des ennemis étrangers.

En revanche, le terrorisme intérieur revêt une dimension particulièrement malfaisante, car ce ne sont pas des ennemis étrangers, mais nos propres voisins qui le pratiquent.

La fusillade de la fête de Noël à San Bernardino en 2015, la fusillade de la boîte de nuit Pulse d’Orlando en 2016, les fusillades lors de l’entraînement de baseball du Congrès républicain en 2017 – tout cela a été très douloureux pour les Américains parce que ces tireurs étaient nés aux États-Unis. Il est difficile d’imaginer que nos compatriotes américains puissent être malveillants, et mauvais, au point de tenter d’infliger un meurtre de masse à leurs voisins.

De même, la vague d’émeutes dans les grandes villes ces dernières années a peut-être commencé avec Ferguson, mais s’est considérablement multipliée en 2020 avec les émeutes Antifa/BLM qui ont incendié tant de villes américaines.

Il existe peu de preuves que les meneurs de ces attaques étaient des étrangers. Ils étaient plutôt organisés et peuplés par des organisations, dont certaines étaient même des organismes de bienfaisance américains officiellement constitués, financés par des sociétés crédules et des millionnaires stupides.

Des annonces sur Craigslist et des messages sur les médias sociaux ont indiqué à leurs membres où se rendre ; des donateurs connus et inconnus ont acheté aux émeutiers leurs billets d’autobus, payé leur nourriture et leur logement, et leur ont essentiellement délivré un permis d’émeute.

Cela fait mal. Même sans comparer le nombre de blessés et de morts, même sans compter les milliards de dollars de dégâts matériels, alors que Seattle et Portland, Minneapolis et Kenosha ont été détruits, incendiés et pillés, cela fait mal de savoir qu’une telle destruction a été perpétrée non pas par une armée étrangère, mais par notre propre peuple.

Nos villes ressemblent maintenant à des villes de zones de guerre. Sauf que nous ne sommes pas en guerre. Ce sont nos compatriotes américains qui font ça. Nos compatriotes américains ont fabriqué des cocktails Molotov et placé des palettes de briques. Nos compatriotes américains ont rassemblé des voyous et les a placés en position pour qu’ils puissent commettre ces crimes.

C’est la pire forme de terrorisme intérieur quand les meurtres et les tentatives de meurtres sont perpétrés et organisés par nos compatriotes américains.

En fait, il y en a un encore pire.

Le 21 novembre 2021, à 16 h 15, les habitants de Waukesha, une banlieue tranquille de Milwaukee, dans le Wisconsin, participaient à leur parade de Noël annuelle.

Des politiciens locaux, des fanfares de lycées et de collèges et des groupes de danse descendaient leur artère principale pour célébrer le début de la saison de Noël, lorsque, sans prévenir, un criminel a traversé la foule au volant d’une Ford Escape rouge, à toute allure, en klaxonnant et en percutant d’innombrables innocents.

Des dizaines d’adultes et de jeunes enfants ont été emmenés d’urgence dans les hôpitaux locaux ; le nombre de morts sur place n’a pas été communiqué à ce jour.

C’est incroyable et impardonnable. C’est une horreur inexplicable.

L’auteur présumé est connu ; son motif, en revanche, est incertain.

Darrell Brooks, un rappeur de 38 ans au lourd casier judiciaire, est le conducteur présumé du véhicule.

Les premiers rapports font état de deux possibilités : soit il l’a fait exprès, comme une attaque terroriste intentionnelle, soit lui et ses acolytes fuyaient un crime antérieur – apparemment une agression à l’arme blanche – et il a fait le choix horrible de cette route particulière – un chemin de parade – comme itinéraire de fuite.

Il est donc peut-être un terroriste, ou peut-être pas. Quoi qu’il en soit, il a détruit la vie d’innombrables familles, il a semé la terreur.

Mais il n’est toujours pas le pire type de terroriste intérieur.

Pourquoi était-il dans la rue ce jour-là ?

Pourquoi était-il libre de conduire sur cette route ?

Nous avons mentionné qu’il avait un long casier judiciaire.

En fait ce casier judiciaire comprend, en plus de condamnations antérieures, de nombreuses affaires en cours. Il s’étend sur 22 ans, comprend de nombreuses accusations de port d’armes, de coups et blessures, de toutes sortes d’accusations liées à la drogue, de la méthamphétamine à la cocaïne, de vol de véhicule, de recel, d’obstruction aux agents, de violence domestique, de mise en danger de la sécurité, d’étranglement et de suffocation… la liste est longue.

Encore et encore, Darrell Brooks – le conducteur présumé des meurtres de la parade de Waukesha – a été attrapé, traité et relâché. Malgré des antécédents qui démontrent qu’il représente une menace permanente pour la communauté, les accusations ont été abandonnées à plusieurs reprises ou ont fait l’objet d’un plaidoyer, les peines ont été réduites au temps passé en prison (dans un cas, seulement dix-neuf jours), et il a toujours bénéficié d’un placement à l’extérieur, d’une mise à l’épreuve et d’une libération sous caution, bien qu’il ait continué à commettre des infractions chaque fois qu’il a été libéré.

Si les protocoles de mise en liberté sous caution étaient rationnels, il serait en prison en train d’attendre les procès pour les affaires qu’il avait déjà en cours, y compris l’agression commise juste deux jours avant le défilé, après laquelle il a été, une fois de plus, arrêté et libéré sous caution.

Il était libre de tuer des gens à Waukesha uniquement parce qu’il a été libéré, en toute connaissance de cause, par Milwaukee, Manitowoc, Wood et je ne sais combien d’autres comtés au cours des vingt dernières années.

Dans toute l’Amérique, nous avons des procureurs d’État et des procureurs de district qui refusent de poursuivre la plupart des crimes… qui refusent de demander aux juges des peines sévères lorsqu’ils poursuivent… qui se contentent de négocier des plaidoyers jusqu’à ce qu’ils obtiennent une condamnation facile, même si cette condamnation facile est assortie d’une peine si légère qu’elle retire à peine le criminel de la rue.

Cela ne veut pas dire que les négociations de plaidoyer et la flexibilité des peines n’ont pas leur place dans notre système ; elles en ont une. Mais ces outils raisonnables sont utilisés de manière abusive par des bureaucrates gauchistes qui ne veulent tout simplement pas mettre les criminels en prison et qui trouvent n’importe quelle excuse pour empêcher qu’ils le soient.

En outre, au cours des dernières années, nous avons assisté avec horreur à la succession de gouverneurs qui ont ouvert les portes des prisons pour des libérations massives, pour des raisons aussi farfelues que la surpopulation carcérale, la peur de la contagion du Coronavirus et même les pressions budgétaires.

Certaines choses sont encore inconnues au sujet de l’horreur de la parade de Noël de Waukesha, tout comme certaines choses sont encore inconnues au sujet de toutes les émeutes Antifa/BLM qui nous ont été infligées ces dernières années.

Mais il y a un point commun.

Les criminels violents qui ont allumé des feux de poubelles à Kenosha, qui ont commis des cambriolages dans des zones commerciales à Naperville et qui ont littéralement pris le contrôle de quartiers à Portland, Seattle et dans tant d’autres villes en 2020 étaient rarement des délinquants commettant leur première infraction.

On nous dit qu’il est difficile d’obtenir une condamnation, même lorsque les criminels sont manifestement coupables.

C’est parfois vrai. Mais malgré cela, il existe des dizaines de milliers de criminels violents que notre système a réussi à attraper, à poursuivre et à condamner. Il n’y a aucune raison pour qu’ils soient dans la rue alors qu’ils sont encore assez jeunes pour récidiver.

La responsabilité incombe aux procureurs de l’État et aux procureurs de district, aux juges et trop souvent aux gouverneurs.

Il n’y a qu’une seule raison pour laquelle la criminalité est si élevée en Amérique aujourd’hui, une seule raison pour laquelle tant de criminels connus sont dans les rues, libres de voler, violer, brutaliser et assassiner.

C’est parce que les politiciens de gauche – élus par leurs électeurs pour assurer la sécurité des rues, c’est leur responsabilité première – ont pris le parti de l’élément criminel, encore et encore, contre les citoyens respectueux de la loi.

C’est un crime pire que tout autre : que les personnes à qui nous avons confié le devoir solennel de protéger leurs communautés aient au contraire libéré ces criminels afin qu’ils terrorisent ces communautés.

Si vous cherchez la pire forme de terrorisme intérieur, je ne peux certainement pas en imaginer une pire que d’ouvrir les portes de la prison – que ce soit par manque d’efforts ou par décret – et de libérer des criminels en toute connaissance de cause.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

9
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz