Publié par Rosaly le 16 novembre 2021

Avant et après le 11 septembre 2001, les Juifs, et non les musulmans, ont été et sont de loin les principales victimes de crimes haineux inspirés notamment par une certaine religion « d’amour, de tolérance et de paix ».

Et non seulement aux USA ...

Alors que le pays commémorait dans la tristesse le vingtième anniversaire des attentats terroristes islamistes du 11 septembre 2001, les médias de l'establishment s'intéressèrent surtout à la manière dont les musulmans furent stigmatisés à la suite de ces attaques. Une vague d’islamophobie avait soi-disant déferlé sur les États-Unis, et serait toujours d'actualité. La réalité, cependant, est comme d'habitude très différente du récit des médias de l'establishment. Avant et après le 11 septembre, les Juifs, et non les musulmans, furent et sont de loin les principales victimes de crimes haineux aux États-Unis. Pourtant, les médias se concentrent inlassablement sur «l’islamophobie», et non sur l’antisémitisme musulman de plus en plus bien ancré dans le pays.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



George W. Bush ouvrit le bal le 17 septembre 2001. Il se rendit au Centre islamique de Washington, D.C., en compagnie de plusieurs « éminents » dirigeants musulmans, dont Nihad Awad, du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR), lié au Hamas, et Abdurahman Alamoudi, du Conseil musulman américain, aujourd'hui en prison pour avoir financé Al-Qaïda, et braqua les projecteurs sur les musulmans, en tant que principales victimes de crimes haineux.

Lors de son discours débordant d’empathie envers les musulmans, il déclara : « l’islam, c’est la paix ».

« Ces actes de violence contre des innocents violent les principes fondamentaux de la foi islamique. Et il est important que mes compatriotes américains le comprennent.

La traduction anglaise n'est pas aussi éloquente que le texte original en arabe, mais permettez-moi de citer le coran lui-même : « A long terme, le mal extrême causera la fin de ceux qui font le mal. Pour cela, ils ont rejeté les signes d'Allah et les ont tournés en ridicule. »

Le visage de la terreur n'est pas la vraie foi de l'islam. Ce n'est pas ce qu'est l'islam. L'islam, c’est la paix. Ces terroristes ne représentent pas la paix. Ils représentent le mal et la guerre.

Lorsque nous pensons à l’islam, nous pensons à une foi qui apporte du réconfort à plus d’un milliard de personnes dans le monde. Plus d'un milliard de personnes trouvent le réconfort et la paix dans l’islam et cela en a fait des frères et des sœurs de toutes les races. L'Amérique compte des millions de musulmans parmi ses citoyens, et les musulmans apportent une contribution incroyablement précieuse à notre pays. Les musulmans sont des médecins, des avocats, des professeurs de droit, des membres de l'armée, des entrepreneurs, des commerçants, des mères et des pères. Et ils doivent être traités avec respect. Malgré la colère et l’émotion, nos compatriotes américains doivent se traiter mutuellement avec respect. Les femmes qui se couvrent la tête dans ce pays doivent se sentir à l'aise pour sortir de chez elles et vaquer à leurs occupations. Les mamans qui portent le voile ne doivent pas être intimidées en Amérique. Ce n'est pas l'Amérique que je connais. Ce n'est pas l'Amérique que j'apprécie.

On m'a dit que certaines ont peur de sortir pour se rendre à leur travail, car elles sont voilées, d’autres craignent d’aller faire des courses pour leur famille, car elles portent le voile. Cela ne devrait pas être toléré et ne sera pas toléré en Amérique.

Ceux qui pensent qu'ils peuvent intimider nos concitoyens pour se défouler ne représentent pas le meilleur de l'Amérique, ils représentent le pire de l'humanité, et ils devraient avoir honte de ce genre de comportement.

C'est un grand pays. C'est un grand pays parce que nous partageons les mêmes valeurs de respect, de dignité et de valeur humaine. Et c'est un honneur pour moi de rencontrer des dirigeants qui ressentent exactement la même chose que moi. Ils sont indignés, ils sont tristes. Ils aiment l'Amérique tout autant que moi. »

Alors que les Américains étaient toujours à la recherche des restes de leurs proches dans les ruines encore fumantes des Twin Towers, le président Bush mettait en garde ses compatriotes contre toute envie de médire et de stigmatiser les musulmans, comme si les attaques du 11 septembre avaient été perpétrées non pas par des musulmans contre des Américains, mais par des Américains ciblant des musulmans. L'ère de l'inversion dans toute son horreur ! Cela pourrait être l'héritage le plus durable et le plus pernicieux de G. Bush.

Ce discours d’un vassal à son suzerain aurait fait honte aux empereurs byzantins de la fin du XIVe et du début du XVe siècle. Les dirigeants politiques de tout l’Occident se firent l’écho de ces affirmations erronées sur l’islam, présenté comme une religion de paix, sans aucun lien avec le terrorisme islamique, après chaque attaque djihadiste perpétrée par des musulmans au cri de guerre préféré de leur prophète bien-aimé : Allah akbar ! Ils firent de l'affirmation, que l'islam est la paix et les musulmans des victimes, leur priorité absolue.

G. Bush déforma la réponse de l'Occident à la résurgence du djihad et empoisonna le discours public de sorte que les tentatives de discuter honnêtement de ce problème ont été reléguées dans le domaine de « l’islamophobie » et condamnées par tous les bien-pensants.

Si l'islam est une religion de paix, comment expliquer la spirale de barbarie, mise en œuvre par de pieux fidèles d'Allah - qualifiés par les responsables politiques occidentaux, grands experts de l'islam, de mauvais musulmans, ayant dévoyé le pacifique islam - qui endeuille régulièrement les pays musulmans par des attentats sanglants et recule sans cesse les limites de l'inhumanité? Sans oublier la haine ancestrale meurtrière entre Chiites et Sunnites. Ces mêmes pieux musulmans, qui exportent cette spirale de barbarie dans nos pays occidentaux pour la cause d'Allah.

Donald Trump fut un président lucide quant à la véritable nature de l’islam. En mars 2016, il eut le courage d’affirmer sur CNN , que la haine définissait la foi de l’islam. Ce qui lui valut les foudres de tous les islamophiles de la terre.

« Je pense que l'islam nous déteste. Il y a quelque chose là qui - il y a une énorme haine là. Il y a une haine énorme. Nous devons aller au fond des choses. Il y a une haine incroyable à notre égard. »

De Mahomet à l’Etat islamique: 14 siècles de djihad guerrier, des millions de vies détruites, des fleuves de sang versé. Le discours pro-islam de G. Bush fut stupéfiant de fatuité, d’ignorance délibérée et d’autodestruction. Quatorze siècles de djihad sanglant! Les soldats d’Allah n’abandonnent jamais, ne cèdent jamais, ne considèrent jamais un revers, aussi dévastateur soit-il, comme décisif. Il continueront à s’en prendre aux non musulmans de l’Espagne à l’Inde et ailleurs sans répit, sans sursis, sans aucun état d’âme.

L’islam ne partage pas avec l’Occident les principes de justice, de tolérance, de progrès, encore moins le respect de la dignité de tout être humain. L’affirmer, c’est se tirer une balle dans les pieds, car l’islam enseigne une dichotomie stricte entre les musulmans, appelés « les meilleures personnes qui soient » et les incroyants, désignés comme « les plus méprisables des êtres créés. »

Ce discours de G. Bush fut dévastateur pour un grand nombre d’Américains plongés dans la souffrance et le deuil.

Monsieur Bush aurait dû savoir que les musulmans ont rarement fait l'objet d'attaques en règle aux États-Unis, ni à l'époque ni par la suite.

Il y eut bien trois meutres odieux suite aux attaques terroristes islamistes du 11 septembre et rien ne peut les excuser.

Un Sikh, Balbir Singh Sodhi, pris par erreur pour un musulman, fut assassiné le 15 septembre 2001 par Frank Silva Roque. Le jour suivant, un musulman, Waqar Hasan, fut aussi tué. Le 4 octobre 2001, le meurtrier de Hasan, un certain Mark Anthony Stroman, ôta également la vie à un Hindou nommé Vasudev Patel, le confondant avec un musulman.

L’assassin de Balbir Singh Sodhi, Frank Silva Roque, purge une peine de prison à vie, quant à Mark Stroman, il fut exécuté en 2011.

Mais prétendre que «le 11 septembre avait déclenché une dangereuse vague de suprématie blanche et d'islamophobie qui, deux décennies plus tard, continue de se manifester par des attaques contre des membres de différentes traditions religieuses», comme l'a fait l’AP en rappelant le meurtre de Balbir Singh Sodhi, est très exagéré. Les musulmans n'ont pas souffert de persécution, de discrimination et de harcèlement généralisés aux États-Unis depuis le 11 septembre. Les statistiques du FBI sur les crimes haineux le confirment.

En 2000, l'année précédant les attentats du 11 septembre, le FBI releva 33 crimes haineux anti-islamiques ; en 2001, ce nombre grimpa en flèche pour atteindre 546. C'est 546 de trop, mais il faut mettre les choses en perspective : en 2001, on recensa également 1.117 crimes haineux contre les Juifs. Tous n’étaient pas heureusement des incidents violents, mais ils traumatisèrent les victimes.

Selon un rapport du FBI, sur un total de 11.451 infractions, l'intimidation était le crime haineux le plus fréquemment signalé, représentant 37,9 % du total. Les destructions/dommages/vandalisme représentaient 26,4 pour cent ; les voies de fait simples, 18,8 pour cent ; les voies de fait graves, 10,8 pour cent. Les autres infractions représentaient 6,1 pour cent du total. L'intimidation peut consister à dire quelque chose de grossier, ou quelque chose de perçu comme tel.

En 2002, le nombre de crimes haineux anti-musulmans diminua fortement, passant à 170 ; le nombre de crimes haineux anti-juifs par contre demeura à 1.039. Et il en a été ainsi chaque année depuis lors. En 2018, il y eut 225 crimes de haine anti-musulmans et 896 crimes de haine anti-juifs ; en 2019, il y eut 219 crimes de haine anti-musulmans et 995 crimes de haine anti-juifs. En 2020, les crimes de haine anti-musulmans diminuèrent de 42 %.

Pourtant, ABC News victimisa les musulmans le 11 septembre 2021, quand elle déclara : « Les crimes de haine à l'encontre des musulmans augmentèrent de 1.617% entre 2000 et 2001, marquant ainsi le nombre le plus élevé de crimes de haine islamophobes jamais enregistré aux États-Unis. Et même si les risques d’attentats se sont éloignés et malgré l’augmentation de la population musulmane, la discrimination à l’encontre de cette communauté ne faiblit pas, selon le Pew Research Center. »

Ce type de « journalisme » est publié alors que la haine des Juifs est de plus en plus légitimée par la gauche.

Au moment du récent conflit entre le Hamas et Israël, au printemps dernier, des musulmans palestiniens et leurs partisans commirent des actes de violence contre des Juifs et des partisans d'Israël dans tous les États-Unis.

À New York, une foule musulmane criant «Allahu akbar» attaqua un homme juif dans le centre de Manhattan. Toujours à Manhattan, des Palestiniens menacèrent de violence et lancèrent des insultes antisémites à l'encontre de Juifs. L'un d'entre eux lança une mini-bombe incendiaire. Des manifestants pro-djihad prirent d'assaut un restaurant et crachèrent sur les clients juifs ; l'un des voyous jeta une bouteille. Un musulman, Waseem Awawdeh, fut arrêté pour avoir violemment battu un Juif à Times Square.

À Los Angeles, des manifestants palestiniens demandèrent aux personnes qui dînaient au restaurant Sushi Fumi si elles étaient juives, puis les attaquèrent avec des couteaux. Ailleurs à Los Angeles, des hommes au volant de deux voitures ornées de drapeaux palestiniens poursuivirent un homme juif dans une rue alors qu'il sortait de sa synagogue.

En Floride, un individu au volant d’une camionnette portant également un drapeau palestinien et le slogan « Hitler avait raison » passa devant une manifestation pro-israélienne.

À Skokie, dans l'Illinois, un vandale pro-djihad portant une coiffe arabe brisa la fenêtre d'une synagogue et y laissa un drapeau palestinien et une pancarte pro-djihad.

Et à Boston, un migrant musulman antisémite nommé Khaled Awad s’approcha d'un rabbin à l'extérieur d'une école juive et le poignarda huit fois.

Il y a et il y aura probablement beaucoup d'autres cas de ce genre, tandis que les médias continueront à faire la chasse à « l’islamophobie » et à diaboliser et à stigmatiser tous ceux qui s'opposent à la violence du djihad et à l'oppression des femmes par la charia.

Pourtant, les faits sont clairs pour quiconque les recherche, mais la plupart des gens ne le feront pas et les « journalistes » des médias de l'establishment continueront à faire avaler aux Américains leur récit tendancieux, inexact et source de division.

L’islam c’est l’amour, la tolérance et la paix. La paix oui, mais dans la soumission totale à Allah, sinon, c’est la paix dans la mort, la tolérance bien sûr, mais selon la loi d’Allah, la charia, un modèle d’intolérance suprême, l’amour sans doute, mais celui de la haine de l’Autre, le kouffar, le mécréant, l’infidèle, le Juif et le Chrétien.

Comment l'Occident pense-t-il lutter contre la résurgence violente de l’antisémitisme; en persistant à y accueillir des centaines de milliers de « migrants » musulmans, voire des millions, en provenance de pays où la haine d’Israël et de son peuple est profondément ancrée dans les cœurs et les esprits de ses habitants ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Sources :

  • « Jews, Not Muslims, Are the Primary Victims of Religion-Based Hate Crimes in the U.S. » (FrontPage Mag)
  • « Why it was so devastating when G.W.Bush said «Islam is peace» right after 9/11. » (Jihad Watch)

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz