Publié par Manuel Gomez le 2 novembre 2021

Mayotte – Une commission du Sénat s’apprête a publier un rapport, approuvé le 27 octobre 2021, réclamant des moyens supplémentaires aux forces de l’ordre «afin de renforcer l’action de l’autorité judiciaire dans sa lutte contre l’insécurité.» 

Mais même ce rapport est bien loin d’appréhender la réalité de la situation explosive, sous dévaluée structurellement, provoquée par l’immigration en provenance des Iles voisines, l’explosion démographique, etc.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Les actes de délinquance et de violence, dans ce département de l’Océan Indien, sont en progression très préoccupante : en 10 ans, de 2009 à 2019, le nombre des agressions, des coups et blessures volontaires, a enregistré une hausse de plus de 155%.

Celui des violences sexuelles de plus de 175% et celui des vols avec violence de plus de 265%.

Le taux des homicides par habitant est plus de 5 fois supérieur à celui de la France métropolitaine.

À 8000 kilomètres de la métropole, Mayotte – 101e département français – à l’ouest de Madagascar – dont la population est estimée à plus de 250.000 habitants, dont plus de 50% des adultes sont des étrangers en situations irrégulières et parmi ces 50% plus de la moitié sont des jeunes entre 20 et 30 ans.

Mayotte est le département français de tous les records :

  • Le département français le plus jeune : 50% de cette jeunesse émigrent vers la métropole !
  • Le département français détenant le record de la démographie : dix fois supérieur à celui de la métropole !

Mamoudzou, la plus grande ville de l’île, détient le record du nombre de maternités, 5 pour les 230.000 habitants de l’île, et elles sont saturées avec plus de 12.000 naissances, en 2017 (également record pour l’Europe) et 80% des mères en situations irrégulières.

Natalité en progression constante : 7000 en 2014, 9000 en 2015, 10.000 en 2016 et 12.000 en 2019.

Record du nombre d’enfants par famille : CINQ !

Ces chiffres publiés par l’ARS (Agence Régionale de Santé)

Le personnel hospitalier s’est mis en grève au mois de mai dernier pour cause de saturation : 900 malades pour 300 lits.

  • Le seul département français, pour le moment, de religion musulmane : 95% de sa population !
  • Le seul département français qui autorise la polygamie et dont la population ne parle pas notre langue.
  • Le seul département français où la loi est appliquée par des juges musulmans qui ordonnent les lois, l’instruction scolaire et l’éducation coraniques, et pourtant nous sommes en France !
  • Le département français détenant le record des «expulsions» ! Mais également des reconduites à la frontière : plus de 20.000 chaque année, et cela arrange particulièrement la métropole car ce chiffre, qui représente les ¾ des reconduites aux frontières, est comptabilisé en France par le ministère de l’Immigration, mais il s’agit des expulsions de l’île de Mayotte et non pas de la métropole !
  • Record de l’immigration massive
  • Record également d’un territoire où la ville la plus importante se situe hors de ses frontières, puisqu’il s’agit de Marseille, avec plus de 50.000 Comoriens !
  • Record des exportations vers la métropole : celle des «petits français» nés sur l’île !

Les femmes des pays proches, les Comores, Madagascar et les côtes africaines, viennent y accoucher afin que leurs enfants bénéficient de cet absurde «droit du sol» et de tous les avantages qui y sont liés, c’est-à-dire des prestations sociales nettement supérieures, y compris le «tonton Rémi» (RMI), que la «riche et généreuse» France dispense sans compter puisqu’allouées automatiquement.

Est-ce pour obtenir tous ces records que Nicolas Sarkozy a fait de l’île de Mayotte un département français le 31 mars 2011 ?

Auparavant, en 1974, c’est Valérie Giscard-d’Estaing qui avait ordonné, après un référendum décidé par les Comoriens dont le résultat avait été l’indépendance, de détacher Mayotte des autres îles, à l’encontre de tous les principes internationaux. La France fut condamnée par l’ONU mais également par l’Union Africaine.

Ce nouveau département français nous coûte chaque année plus de 1 milliard 300 millions et ce chiffre officiel, et non contesté, a été communiqué dans l’émission «C dans l’air» sur France 2.

Leur reconduction aux frontières nous coûte annuellement plus de 300 millions d’Euros.

Les «Mahorais» de souche n’en peuvent plus, n’en veulent plus, ils multiplient les «décasages» (expulsions hors de leurs cases), et les accusent de viols, de vols, de violences, d’engorgement des hôpitaux et des écoles.

Cette colère ajoutée à un chômage de plus de 30%.

Sans oublier qu’une «Union des Comores» revendique l’indépendance de Mayotte, et le fera peut-être un jour par les armes ?

En octobre 2019, le général Richard Lizurey avait prévenu que des renforts massifs devaient être programmés afin d’éviter les évènements graves à venir, et cela malgré les 160 policiers et gendarmes, plus les 30 GIGN, déjà arrivés !

Dénoncé également le Centre de rétention de la République le plus lamentable de France où, dans l’indifférence totale de la métropole, les clandestins sont traités comme des animaux. Ceux qui y parviennent tout au moins car plus de 10.000 Comoriens ont perdu la vie en tentant la traversée avec les kwassa-kwassa !

Le ministère des Affaires étrangères estime que le statut de département français offert à Mayotte est irréversible, qu’on ne peut pas revenir en arrière !

Peut-on se moquer plus cyniquement de nous, Français d’Algérie (et même de métropole), est-ce que le statut des trois départements français d’Algérie (Oran-Constantine-Alger) était irréversible ?

Sait-on pourquoi notre République avait instauré autrefois le «Droit du sol» pour être Français ? Uniquement pour obtenir en quantité de la «chair à canon» offerte à nos ennemis.

Mais aujourd’hui ce n’est plus le cas, ce «Droit du sol», que nous sommes les seuls à appliquer sans aucun contrôle, est une invitation à l’invasion uniquement pour raisons économiques et non pas par amour de notre pays et il aura de graves conséquences surtout dans une période de crise où le chômage est devenu le principal fléau.

Il est absolument nécessaire de rétablir l’obtention de la nationalité française uniquement par «Droit du sang». Libre ensuite de réclamer sa naturalisation en remplissant les conditions requises.

Je suis très loin d’être gaulliste et pourtant il est fortement à craindre que, sur ce point en tout cas, de Gaulle avait raison quand il prédisait :

«Dans quelques décennies la France, victime d’une immigration non contrôlée, sera submergée par ces cultures devenues majoritaires qui installeront une République islamique et les fidèles iront déposer leurs gerbes à Colombey-les-deux-mosquées».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz