Publié par Jean-Patrick Grumberg le 1 novembre 2021

Nantes, France : des centaines d’Antifas antisémites et violents ont fait une émeute pour tenter d’empêcher un événement de l’intellectuel conservateur Eric Zemmour : oui, les fascistes d’aujourd’hui s’appellent antifascistes.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Jeudi matin, de nombreuses affiches sont apparues sur les murs du centre-ville de Nantes contre Eric Zemmour. Certaines d’entre elles comportaient un dessin avec une cible. Elles traitaient Zemmour de raciste, de fasciste. Ce collage d’affiches contre la tenue du rassemblement par les vrais fascistes a provoqué une gêne médiatique très palpable.

Des chaînes d’information ont évoqué des “affiches menaçantes” et le média Nantes Révoltée, auteur des affiches a été bloqué temporairement sur plusieurs réseaux sociaux. La police a contacté Twitter pour suspendre leur compte.

L’avocat d’Eric Zemmour, Olivier Pardo, a demandé l’ouverture d’une enquête et déclaré avoir saisi le procureur de la République du tribunal judiciaire de Nantes pour “appel au meurtre”.

À cette menace, Eric Zemmour a sobrement réagi en faisant remarquer : «de quel côté est la violence ?».

Violence fasciste

Zemmour s’exprimait au Zénith devant un public de 2000 personnes, samedi 30 octobre à 17 heures, alors que dehors, on scandait “Zemmour à mort”, les Antifas ayant décidé que l’événement ne devait pas se produire. Les ennemis de la liberté rêvent d’imposer une dictature totalitaire. Ils se sont mobilisés pour tenter d’imposer leur loi et terroriser les personnes voulant rencontrer le probable candidat.

Plusieurs appels à manifester ont été lancés par divers groupes d’extrême gauche, sous la bannière des auteurs des affiches, Nantes Révoltée, un groupe antisémite et fasciste.

Près de 200 activistes étaient là à partir de 15h, puis près de 650 un peu plus tard. Et les émeutes ont donné lieu à des échanges extrêmement violents, notamment avec les forces de l’ordre vers 16h.

Une partie d’entre eux avait même réussi à pénétrer dans l’enceinte de la salle, à bloquer une porte et à forcer les grilles, selon l’AFP. Parmi eux, des membres de la Confédération nationale du travail (CNT), des militants du PCF, des gilets jaunes et plusieurs personnes portant des drapeaux anarchistes ont été aperçus.

La violence des Antifas ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de ceux qu’ils disent vouloir combattre. Mais ils ont la gauche et les médias avec eux.

Pendant l’événement, Zemmour a répondu aux fascistes, qu’il a qualifié de “petits enfants ignorants de Staline”.

“Nous savons qui était Joseph Staline, nous connaissons les centaines de milliers de morts qu’il a causés, ces gens ne sont que leurs lointains descendants”, a déclaré Zemmour.

La préfecture de Loire-Atlantique a confirmé la présence de “650 personnes, dont 150 ultra gauche et gilets jaunes particulièrement animés par une volonté d’en découdre avec le meeting de M. Zemmour”. Les émeutes se sont terminées vers 18h30.

“Aucune arrestation n’a été effectuée (…) mais un travail d’enquête et d’identification est désormais engagé, a souligné la préfecture.

Le président du CRIF, Francis Kalifat, qui a demandé “qu’aucune voix juive” n’aille à Eric Zemmour, est resté silencieux face aux appels au meurtre des fascistes – il les considère sans doute comme inoffensifs, n’ayant jamais supplié les juifs de ne pas voter pour les communistes ou les socialistes – des idéologies proches des Antifas.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading