Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 novembre 2021

Avec un nouveau guide de discussion intitulé “Parlons … du racisme”, la vénérable organisation chrétienne d’aide humanitaire a succombé aux principes insultants et racistes de la théorie critique de la race et de l’antiracisme.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Alors que les Américains profitent du Black Friday (aïe) pour leur liste d’achats pour les fêtes, nous croiserons certainement les bénévoles de l’Armée du Salut en train de faire sonner les cloches et de chanter, dans le cadre de la campagne annuelle Red Kettle.

Mais cette année, l’organisation caritative mondiale veut plus de ses donateurs qu’un don aux nécessiteux. Avec la diffusion d’un récent guide de l’Armée du Salut intitulé “Parlons …. du racisme”, l’organisation chrétienne veut que nous présentions des excuses “sincères” parce que nous sommes Blancs, donc racistes.

Le guide, qui a été compilé et approuvé au début de l’année par la Commission internationale de justice sociale de l’Armée du Salut, aligne l’organisation sur l’idéologie marxiste et révolutionnaire du mouvement Black Lives Matter, et des antiracistes de pacotilles qui ne regardent pas le racisme, mais les occasions de s’attaquer à la classe moyenne pour lui faire honte, en ciblant les enfants des écoles avec la théorie critique de la race (CRT).

Définissant le “racisme structurel” comme “le système global de préjugés raciaux dans les institutions et la société”, une manière de dire, à la demande des socialistes qui veulent détruire le capitalisme, donc l’Amérique et les valeurs qui en ont fait le premier pays au monde, le guide déclare : “Ces systèmes donnent des privilèges aux Blancs et désavantagent les personnes de couleur.”

Ce qui était autrefois une organisation ayant un objectif caritatif, pour lequel elle a reçu des millions de dollars de financement du gouvernement américain, semble être devenu un partisan d’idées contestables et controversées. Le programme 1619 du New York Times, une horreur marxistes et raciste qui vise ouvertement à détruire l’Amérique pour la reconstruire sur un modèle collectiviste au nom du racisme, et qui est devenu la base de l’enseignement de la théorie critique de la race dans les écoles secondaires et les universités, figure également dans cette section du guide.

Le guide décrit les différents types de discussions que les dirigeants des sections peuvent avoir sur le racisme et sur la façon de fonctionner de manière activement “antiraciste”.

“Être antiraciste résulte d’une décision consciente de faire quotidiennement des choix fréquents, cohérents et équitables”, selon le document de près de 50 pages.

“Ces choix exigent une prise de conscience et une réflexion permanentes sur soi au cours de la vie. Si nous ne faisons pas de choix antiracistes, nous soutenons (inconsciemment) certains aspects de la suprématie blanche, de la culture dominée par les Blancs, des institutions et de la société inégalitaires. Être raciste ou antiraciste ne dépend pas de ce que l’on est, mais de ce que l’on fait”.

Le “Guide d’étude sur le racisme” qui l’accompagne affirme que

“la nature subtile du racisme est telle que les personnes qui ne sont pas consciemment racistes fonctionnent facilement avec les privilèges, les pouvoirs et les avantages de l’ethnie dominante, perpétuant ainsi involontairement l’injustice”.

Le guide poursuit en énumérant les moyens par lesquels l’Amérique reste une société injuste. L’accès à la propriété, la santé, l’éducation et l’incarcération sont quelques-uns des principaux indicateurs de l’inégalité due au racisme systémique et institutionnel dans la vie américaine, selon le guide.

En raison de ces luttes permanentes pour les communautés de couleur et, plus particulièrement, pour les Noirs, le guide suggère la nécessité de présenter des “excuses sincères” (si vous êtes blanc).

“Nous sommes tous câblés pour désirer la justice et l’équité, donc le besoin de recevoir des excuses sincères est nécessaire”, peut-on lire dans le guide.

“Peut-être n’avez-vous pas l’impression d’avoir personnellement fait quelque chose de mal, mais vous pouvez passer du temps à vous repentir au nom de l’Église et à demander à Dieu d’ouvrir les cœurs et les esprits à la question de votre racisme.”

Depuis les fêtes de fin d’année, cette horrible CRT, injectée dans une organisation caritative chrétienne vieille de 156 ans, qui n’a jamais fait l’objet de controverse et se consacre à soulager les pauvres et à sauver les désespérés, risque de se retourner contre les Chrétiens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous