Publié par Jean-Patrick Grumberg le 1 décembre 2021
Au secours, ils sont fous ! Un gauchiste s’effondre d’émoi devant la vitrine d’un magasin d’armes à feu

Un activiste progressiste du Massachusetts, qui rendait visite à ses parents à Merrimack, dans le New Hampshire, a piqué une crise à propos de la vitrine d’un magasin d’armes à feu.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Sur la vitrine, figurent des affiches critiquant Joe Biden, Dianne Feinstein et Anthony Fauci. Lui qui n’a probablement jamais rien eu à redire aux affiches appelant à tuer Trump, ou à celle qui le montre décapité façon Etat islamique, a soudainement considéré que cette vitrine était un « appel à la violence ». Double standard quand tu nous tiens (le même sévit aussi chez certaines personnes de droite, hélas).

En réalité, rien dans cette vitrine n’appelle explicitement ou implicitement à la violence, il s’agit en revanche de critiques franches contre la gauche. Mais apparemment, l’exercice des droits du Premier et du Deuxième amendement est considéré comme un appel à la violence.

Ben Jackson, un écrivain et producteur qui travaille avec l’actrice Alyssa Milano sur son podcast Sorry Not Sorry, a posté une photo du magasin, 619DW Guns & Ammo, avec la déclaration suivante :

« C’est le magasin d’armes de la ville de mes parents. Ne me dites pas que ce n’est pas un appel à la violence. Ne me dites pas que la culture des armes n’est pas une maladie jusqu’à la moelle. #NoRA #MerrimackNH #NHPolitics »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex