Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 décembre 2021

Les derniers documents du Comité de modélisation Sage ont été publiés (1).

Ils prévoient entre 200 et 6 000 morts par jour (rien qu’en Grande-Bretagne) à cause d’Omicron, en fonction du nombre de restrictions supplémentaires qui nous seront imposées, 6 000 si on ne fait rien, 200 si l’on impose un nouveau confinement total.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Et comme les hauts-fonctionnaires des gouvernements occidentaux ne sont pas des lumières (s’ils étaient plus intelligents ils auraient poursuivi une carrière dans le privé où le talent des cadres est évalué et récompensé), ils s’appuient sur cette nouvelle étude et ont imposé un peu partout des restrictions draconiennes.

Et ils ont tort.

(Avant de vous expliquer pourquoi, je veux mettre l’accent sur un point. Un certain nombre de personnes considèrent que les restrictions sont le résultat d’un ordre mondial totalitaire qui se met en place. Vous comprendrez qu’il s’agit d’une opinion. On peut être d’accord ou pas. Et il se trouve que je ne suis pas totalement d’accord avec cette interprétation. Ceux qui pensent au resserrement dictatorial de la société ne tiennent pas compte, à mes yeux, des autres facteurs qui entrent en compte dans la prise de décision des décideurs : l’arrogance, aggravée par un QI médiocre, la cupidité, et ensuite les tendances totalitaires qui viennent naturellement d’avoir goûté au pouvoir.

Pourquoi je ne crois pas que la tendance totalitaire soit le premier mécanisme à la manœuvre, c’est parce que les restrictions sont imposées et levées en alternance. Et même s’ils sont bêtes à bouffer du foin, c’est avec la méthode de cuisson du homard qu’on endort les foules, pas en leur jetant le chaud et le froid).

Bref, retour à nos moutons.

Graham Medley, le président du comité de modélisation de Sage, est professeur à la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM). Il a publié le week-end dernier une étude sur Omicron (2) présentant des scénarios catastrophiques qui plaident en faveur de restrictions, et les dirigeants se sont référés à ces scénarios catastrophes dans leurs décisions d’imposer de nouvelles punitions aux citoyens.

La banque JP Morgan, dans son évaluation des tendances économiques, a examiné de près cette étude.

Et là, boum ! Elle a remarqué que l’étude était fausse.

Medley est parti du principe – qui ne repose sur aucune donnée factuelle, aucun historique, aucune preuve, et même aucune tendance – que la variante Omicron est tout aussi mortelle que la Delta.

Or, les seules données disponibles proviennent d’Afrique du Sud. Et elles suggèrent tout l’inverse. Depuis le début de l’apparition de la variante Omicron jusqu’à maintenant, les infections Omicron sont plus bénignes.

C’est ce que JP Morgan a indiqué dans une note à ses clients.

Et JP Morgan de conclure que si l’on tient compte de la réalité, et non des spéculations sorties de nulle part du Comité Sage, le tableau change radicalement. Tellement radicalement, qu’il n’y a besoin d’aucune restriction, aucun confinement. Rien.

En détail, JP Morgan explique :

  • L’occupation des lits par les patients Covid-19 à la fin du mois de janvier représenterait 33 % du pic observé en janvier 2021. Cette situation serait gérable sans restrictions supplémentaires.

Pourquoi le Comité de modélisation Sage a-t-il fait des prévisions catastrophes ?

Fraser Nelson, éditeur du magazine Spectator, a posé la question à Medley. La réponse est à s’en décrocher la mâchoire – l’échange s’est déroulé sur Twitter (3)

  • Nelson : « Dans le scénario [où Omicron est peu] virulent modélisé par JP Morgan, aucune restriction ne serait nécessaire, de sorte que les dommages à l’économie et à la société pourraient être évités.

    Puis-je vous demander pourquoi vous n’avez pas pensé que ce scénario moins alarmant (et tout à fait plausible) méritait d’être inclus ? »
  • Medley : « Vous connaissez la réponse. Si quelqu’un trace une ligne sur un graphique, cela n’apporte aucune information supplémentaire. Les décideurs ne sont généralement intéressés que par les situations où des décisions doivent être prises. »
  • Nelson : « [Non], j’ai peur de ne pas connaître la réponse ! Pourquoi ne pas ajouter – par souci d’exhaustivité – le scénario où Omicron est moins virulent et où il n’est pas nécessaire d’imposer davantage de restrictions ? »
  • Medley : « Je voulais dire … vous savez ce qui se passe. Le scénario [moins virulent] n’apporte aucune information. Les décideurs n’ont rien à décider si rien ne se passe. »
  • Nelson : « Donc vous modélisez exclusivement les mauvais résultats qui nécessitent des restrictions, et omettez les résultats tout aussi probables qui ne nécessiteraient pas de restrictions ? »
  • Medley : « Nous modélisons généralement ce qu’on nous demande de modéliser. Il y a un dialogue. Les équipes politiques disent aux modélisateurs ce dont ils ont besoin pour décider de leur politique ».
  • Nelson : « Ok, donc on vous a demandé de modéliser les mauvais résultats d’Omicron. »
  • Medley : « Nous modélisons les scénarios qui sont utiles aux décisions.

    Les décideurs ne s’intéressent généralement qu’aux situations où des décisions doivent être prises. »

Voilà à quoi tient votre vie, cela n’a pas beaucoup changé depuis le Moyen-âge, quand les seigneurs décidaient, et les serfs obéissaient. Si le seigneur était un taré, il prenait des décisions où le peuple souffrait, ou mourait. C’est le sort de la société humaine, qui a énormément progressé vers le bien, mais n’est pas exempte de la corruption générée par la bêtise, l’arrogance, et le manque de confiance en soi des dirigeants politiques.

Je m’explique :

Medley a reçu une demande très limitée de la part d’une bande de hauts fonctionnaires au QI limité. Il lui a été demandé de pondre des scénarios catastrophes sans qu’on lui demande de dire s’ils étaient plausibles, parce que les fonctionnaires en question n’ont pas l’intelligence suffisante pour voir les sujets dans toute leur dimension, seulement une petite partie des problèmes. Et ceci, parce que les décideurs politiques sont des gens qui n’ont pas eu le culot de prendre leur vie en charge et de s’intégrer dans la société civile. Ce sont essentiellement des poltrons très bien éduqués et très éloquents. Ils ne s’intéressent généralement qu’aux situations où ils doivent prendre des décisions, parce que la prise de décision permet de remplir un mental par ailleurs anxieux, complexé de ne servir à rien s’ils ne décident rien.

C’est la folie du pouvoir. Le seul qu’ils ont, le pouvoir de dire non. En ne faisant rien et en ne disant rien, leur moi profond est endommagé. Ne cherchez pas plus loin les décisions terribles qu’ils prennent, et les vies qu’ils gâchent.

Pensez à tous les moyens de subsistance qui sont en jeu ici, la vie pourrie qu’ils imposent aux autres (eux ne le ressentent pas, car ils justifient leurs décisions, et de plus, ils s’autorisent ce qu’ils interdisent au petit peuple). Ils ne voient pas la nécessité de modéliser des résultats précis, car cela risque d’empêcher le gouvernement d’agir.

Conclusion

Oui, tout ceci est scandaleux. Mais le scandale, c’est nous et personne d’autre. Nous qui votons pour des cons. Les cons c’est nous.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1042204/S1439_SPI-M-O_Consensus_Statement.pdf
  2. https://www.lshtm.ac.uk/newsevents/news/2021/modelling-potential-impact-omicron-england
  3. https://twitter.com/FraserNelson/status/1472226949389037573

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz