Publié par Jean-Patrick Grumberg le 4 décembre 2021

La Chine et l’Inde devraient recevoir une manne de 2 milliards de dollars pour l’aide climatique, malgré l’échec de l’accord de la COP26 sur la réduction de la dépendance au charbon.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Lors de la conférence de Glasgow, au début du mois, les pays riches ont accepté de doubler les fonds destinés à aider “les pays en développement” à se préparer au réchauffement de la planète.

Bien qu’elles possèdent deux des économies à la croissance la plus rapide au monde, et que la Chine est la seconde puissance au monde, les Nations unies désignent la Chine et l’Inde comme des “États en développement” – et ils reçoivent les aides.

La Chine et l’Inde profiteront de cette manne bien qu’elles aient obtenu un compromis clé de la COP26. Au lieu de promettre d’éliminer progressivement l’utilisation du charbon, elles ont obtenu de seulement “réduire progressivement l’utilisation du charbon”.

  • La Chine émet plus de gaz à effet de serre que l’ensemble des pays développés réunis.
  • Et les citoyens des pays développés, qui polluent peu, payent la Chine pour qu’elle pollue.
  • Selon les indices de qualité de l’air, l’Inde est le pays le plus pollué du monde.
  • L’analyse des dernières contributions aux fonds climatiques d’adaptation révèle que les deux pays ont reçu un total de plus de 3 milliards de dollars de fonds climatiques en 2019.

Sur ce montant, la Chine a empoché 900 millions de dollars, y compris des subventions et des prêts d’États-nations et de donateurs privés, dont la Fondation Bill et Melinda Gates et la Fondation du Fonds d’investissement pour les enfants.

Les critiques s’inquiètent également de la corruption.

Un récent rapport de l’Institut Chr. Michelsen en Norvège a révélé que les dix pays qui reçoivent le plus de financement climatique, dont la Chine et l’Inde, présentaient un “risque plus élevé de pratiques corrompues”.

Faut-il également rappeler cet effet secondaire catastrophique qu’en réduisant leurs émissions, les entreprises internationales voient leurs coûts augmenter, donc leur compétitivité baisser par rapport à la Chine dont les entreprises n’ont aucune de ces contraintes ?

Donald Trump a été le seul à dénoncer cette farce démoniaque et à se retirer des Accords de Paris sur le climat.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading