Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 décembre 2021

Le 18 décembre dernier, le président Donald J. Trump s’est entretenu avec Bill O’Reilly à Houston, Texas, devant un stade bourré à craquer, sur son mandat de 45e président des États-Unis, lors d’une série de quatre conférences baptisées “The History Tour”.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Bill O’Reilly est le plus grand journaliste américain. Considéré comme conservateur, il n’est pas membre du parti Républicain, mais enregistré comme indépendant. Son émission d’information “The O’Reilly Factor” sur Fox News, a été le programme politique le plus regardé par les Américains pendant 16 ans consécutifs. Il atteignait plus de deux fois l’audience du programme qui arrivait à la seconde place sur les autres chaînes d’information.

On le sait moins, O’Reilly est également historien. Ses livres historiques “Killing” sont la série non-fiction la plus vendue de tous les temps, avec plus de 18 millions de livres imprimés. “Killing”, le livre d’histoire le plus vendu au monde, n’est pas disponible en français.

Après 4 ans d’une présidence exceptionnelle, hors normes, tant par l’ampleur de ses succès au service des Américains, ses exploits économiques, l’achèvement de l’indépendance énergétique, que pour sa brillante politique étrangère, la seule fois où Trump a été hué par ses fans lors d’un événement public, c’était sur le vaccin !

Lui qui est si fier d’avoir été capable de mettre sur le marché un vaccin en quelques mois quand les Démocrates crachaient sur le vaccin (aujourd’hui, ce sont les Républicains), et lui disaient qu’il ne serait pas capable de produire un vaccin avant plusieurs années, que Biden et Kamala Harris disaient ne pas vouloir du vaccin tant que Trump serait président, il a été surpris.

Surpris mais pas vaincu.

Voici ce qu’il a déclaré lors du History Tour au stadium du Toyota Center de Houston, ce 18 décembre :

  • Trump :

J’ai sauvé des centaines de milliers de vies en faisant ce vaccin, des millions et des millions de vies [sauvées] à travers le monde. Quand vous regardez ce que nous avons fait sur le plan thérapeutique et avec le vaccin – je le répète encore une fois, il ne doit pas être obligatoire – le vaccin a sauvé des dizaines de millions de personnes dans le monde. Et nous [Américains] devrions tous être très fiers de cela. Nous avons fait quelque chose, nous [Américains], pas moi. Nous avons fait quelque chose en neuf mois, nous l’avons fait. Au nom du monde entier.

  • O’Oreilly :

Vous avez négocié avec l’industrie pharmaceutique. OK. Parlez-nous de cette négociation. Vous leur avez promis des milliards de dollars s’ils trouvaient un vaccin, n’est-ce pas ?

  • Trump :

J’ai commandé des milliards de dollars avant que nous sachions si ça fonctionnerait. Et c’était la clé [du succès], parce qu’il faut des années pour le fabriquer. Si nous n’avions pas fait cela, les personnes qui ont pris le vaccin, des millions, des dizaines de millions, dans le monde entier – je veux dire le monde entier – nous avons sauvé des millions et des millions [de vies].

En 1917, nous avons eu la grippe espagnole. On dit que jusqu’à cent millions de personnes sont morts – je ne sais pas si vous avez déjà entendu cette histoire. Je pense que nous aurions eu quelque chose de similaire.

Si nous n’avions pas mis au point ce [vaccin]. Et vous savez, une chose que je dois répéter, je l’ai fait faire en neuf mois au lieu de cinq à douze ans. Et il marche. Nous devons nous en attribuer le mérite. Pas d’obligation – les [restrictions et l’obligation du vaccin] tuent l’économie d’ailleurs.

  • O’Reilly :

Si vous étiez président maintenant, est-ce que vous encourageriez tout le monde à se faire vacciner ?

Trump :

La réponse est que ça ne doit pas être obligatoire parce que certaines personnes ont des raisons religieuses, d’autres ont leurs raisons, des raisons psychologiques, et ils ne veulent pas [du vaccin]. Et vous savez quoi ? C’est très bien comme ça.

Et souvenez-vous de ceci, ils ne comptent pas les personnes qui avaient le COVID – ou [nous devrions plutôt l’appeler] le virus chinois. On devrait garder ce nom parce que c’est de là qu’il vient. Il vient de Wuhan. Vous vous souvenez quand j’ai dit que ça venait du laboratoire [de Wuhan] ? Il y a eu comme une tempête de critiques. “Comment ose-t-il dire ça ?” Maintenant, tout le monde est d’accord pour dire que ça vient du labo de Wuhan.

  • S’adressant au public, Donald Trump ajoute :

Premièrement, vous devriez être très fier de ce que nous avons tous fait avec le vaccin. Attribuez-vous en le bénéfice [auprès du monde entier]. Ne soyez pas idiots : appropriez-vous le mérite. Tout le monde n’est pas obligé de se faire vacciner”, mais le mérite nous revient.

Lorsque Donald Trump explique aux Américains présents dans la salle, dont une partie importante est antivax : “ne laissez pas le reste du monde vous voler le mérite du vaccin, qui a sauvé des millions de vies humaines dans le monde entier”. Le public a applaudi et l’acclamé.

Conclusion

Donald Trump est un génie. Il a, pour la première fois depuis que le vaccin existe, tourné les projecteurs sur la dimension patriotique, sur la fierté nationale que tout Américain fier de l’être devrait ressentir du fait que l’Amérique, avec le vaccin, a encore une fois sauvé des millions de vie à travers le monde.

Trump a mis l’accent sur la dimension emblématique de la grandeur de l’Amérique que représente ce vaccin.

Je suis un des très rares conservateurs qui a le courage de résister aux pressions du politiquement correct de droite – et vous n’imaginez pas combien de personnes m’en veulent d’oser avoir une opinion à moi, et combien je suis moqué par certains qui hier disaient être mes amis.

Parce que je suis – c’est mon caractère – très ouvert d’esprit, j’ai entendu des centaines d’arguments et lu des milliers de pages de personnes qui critiquent le vaccin. Je suis heureux que ces centaines d’arguments et ces milliers de pages existent, soient écrits et soient disponibles pour tous, car j’aime la liberté d’expression, et je n’aime pas la façon stupide, dégueulasse, dont des gouvernements d’imbéciles arrogants poussent les gens qui ne le veulent pas, à se faire vacciner.

J’ai entendu des centaines d’arguments, lu des milliers de pages de personnes qui dénoncent le vaccin, et aucun ne m’a jamais convaincu. Un seul argument en faveur du vaccin a suffi à me convaincre d’aller consulter mon médecin, alors que je ne voulais pas me faire vacciner car j’ai peur des piqûres.

J’applaudis mot pour mot ces formidables propos sur le vaccin de l’immense président Donald Trump.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading