Publié par Guy Millière le 22 décembre 2021

Éric Zemmour a publié le 20 décembre dernier dans le journal L’opinion une tribune courageuse et lucide.

La tribune a pour titre : “Ma stratégie pour sortir de la crise sanitaire”. Elle a pour sous-titre : “J’accuse Emmanuel Macron et son gouvernement d’instrumentaliser la crise sanitaire pour de seules fins politiciennes”.

Le contenu de la tribune est pertinent.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Éric Zemmour ne rejette pas la vaccination (moi non plus : je dis juste qu’elle est largement inefficace, qu’elle peut avoir des effets secondaires graves et que chaque personne doit avoir le choix éclairé de se vacciner ou pas, et pouvoir procéder à un calcul coût-avantage en toute connaissance de cause).

Il la recommande pour les personnes âgées porteuses de comorbidités. Il rejette, par contre, l’obligation vaccinale et ses vecteurs, la passe sanitaire et le passe vaccinal.

Il critique vivement l’entretien d’un climat de peur et les multiples atteintes aux libertés qui en découlent.

Il évoque les “traitements efficaces qui commencent à arriver”.

Il incrimine le manque de lits de réanimation et de médecins (je rejette moi aussi l’obligation vaccinale et toute forme de passeport sanitaire ou vaccinal ; je ne cesse de répéter que des traitements efficaces existent, et ils existent, en fait, depuis longtemps, et une censure et une désinformation règnent sur ce sujet jusqu’à ce jour, leur non utilisation a été un crime de masse, et s’ils avaient été utilisés, il y aurait eu besoin de beaucoup moins de lits de réanimation; il manque, effectivement, des lits de réanimation et des médecins en France parce qu’il existe en France une gestion socialiste du secteur de la santé, et le socialisme produit, toujours et partout où il sévit, de la pénurie).

Éric Zemmour propose un retour à la normale.

Je l’approuve : ce retour serait urgent, salubre et indispensable.

La dictature sanitaire qui a déferlé sur quasiment toute l’Europe n’est en rien sanitaire et est totalement politique.

Il ajoute : “Avec moi, il n’y aura plus de confinement ni de restriction des libertés individuelles comme le pass sanitaire ou vaccinal. Je propose une stratégie qui combat avec force l’épidémie mais ne cède pas à la panique et aux folies des docteurs Knock en tous genres qui voudraient nous imposer de vivre éternellement masqués, distants et confinés”.

Je l’approuve encore : la prolifération des docteurs Knock (quasiment tous liés financièrement à des grands laboratoires) sur les plateau de télévision, à la radio et au pseudo “conseil Scientifique” en France est un véritable scandale, et le fait que les plus grands scientifiques français non corrompus du secteur épidémiologique soient traités de charlatans, et exclus, est un scandale absolu et une régression qui ravale la France au rang de l’Union Soviétique au temps de Joseph Staline (quasiment toute l’Europe  est porteuse de scandales similaires et d’une régression semblable).

Éric Zemmour conclut : “Plutôt que la peur, choisissons la raison, la responsabilité et la science, afin de retrouver, le plus rapidement possible, notre vie d’avant”.

Il est le seul candidat à l’élection présidentielle française à prendre des positions qui rompent avec le consternant et criminel prêt-à-penser qui règne en France et qu’on retrouve chez quasiment tous les autres candidats. Il est, c’est terrible à dire, le seul candidat à avoir du courage et à oser la lucidité.

Si les regards de presque tous les journalistes français n’étaient pas posés constamment, et très négativement, sur lui, je suis certain qu’il ferait comme son ami Philippe de Villiers : il irait plus loin, et en dirait bien davantage.

La question essentielle de l’élection présidentielle française sera : les Français choisiront-ils majoritairement la raison, la responsabilité et la science (ceux que Zemmour appelle docteurs Knock, et j‘utiliserais volontiers des appellations plus rudes, n’incarnent pas la science : la recherche scientifique implique doute, débat, falsifiabilité, pas dogmatisme et censure), et voudront-ils retrouver leur vie d’avant, ou sont-ils majoritairement enlisés dans la soumission.

Toutes les autres questions découlent de cette question, car elle permet de tracer une ligne de démarcation entre ceux qui sont prêts à être debout, et ceux qui sont déjà couchés, et qui acceptant et attendent l’euthanasie collective.

Un seul candidat incarne la possibilité de retrouver la vie d’avant et le refus de l’enlisement dans la soumission : un seul.

Et si d’autres candidats devaient reprendre le discours d’Éric Zemmour, je ne leur accorderai aucune confiance.

L’opportunisme est fréquent chez les politiciens, et traduit toujours chez eux un manque de droiture et de conviction.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous