Publié par Jean-Patrick Grumberg le 1 décembre 2021

Il n’est pas aisé de faire le tri dans la masse d’informations contradictoires publiées dans les médias sur la variante Omicron, et de savoir si elle est plus dangereuse ou pas que les précédentes, mais j’ai généralement constaté une tendance des journalistes à dramatiser la situation. Pour vous, j’ai voulu faire le point.

La majorité des autorités sanitaires est loin de paniquer comme les médias voudraient nous le faire croire. L’expert très controversé de la Maison-Blanchen le Dr Anthony Fauci – l’homme est loin d’être blanc-bleu depuis le début de la pandémie, il a dit tout et son contraire, et il a donné le feu vert sur le financement, bien qu’il l’ait nié devant le Congrès, des travaux sur l’aggravation de la dangerosité du coronavirus de la chauve-souris – est un bon exemple. Il a évoqué d’un ton rassurant et prudemment optimiste la nouvelle variante Omicron.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Il a déclaré que, jusqu’à présent, elle n’avait pas entraîné de symptômes inhabituels en Afrique du Sud.

« Il est difficile de savoir si cette variante entraînera une maladie grave, mais les informations préliminaires en provenance d’Afrique du Sud indiquent qu’elle n’a entraîné aucun symptôme inhabituel », a déclaré Fauci.

https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/fauci-hard-say-if-omicron-variant-will-lead-severe-disease-2021-11-30/

L’OMS conseille de ne pas imposer d’interdiction générale de voyager

« Les interdictions générales de voyager n’empêcheront pas la propagation internationale de la maladie, et elles font peser un lourd fardeau sur les vies et les moyens de subsistance », a déclaré l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué publié mardi.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a conseillé aux pays d’appliquer « une approche fondée sur des données probantes et sur le risque » lors de la mise en œuvre de mesures relatives aux voyages liées à la variante Omicron du COVID-19, y compris un éventuel dépistage ou une mise en quarantaine des passagers internationaux, mais a déclaré que les interdictions générales n’empêcheront pas sa propagation.

Dans un avis, publié le 30 novembre, concernant le trafic international lié à la nouvelle variante du coronavirus, l’OMS a déclaré que les personnes âgées de plus de 60 ans qui ne sont pas entièrement vaccinées ou qui n’ont pas de preuve d’une infection antérieure par le SRAS-COV-2 et celles qui présentent des problèmes de santé sous-jacents devraient être invitées à reporter leur voyage car elles courent un risque plus élevé de maladie et de décès, mais a déconseillé d’interdire les vols internationaux.

Directeur de l’Institut national de la Santé : « Il n’y a aucune raison de paniquer » pour le moment au sujet d’Omicron, il n’est pas plus grave que les précédentes variantes »

Le directeur des National Institutes of Health, le Dr Francis Collins

Le Dr Francis Collins, directeur des National Institutes of Health aux États-Unis, a souligné qu’il n’existe pas encore de données suggérant que la nouvelle variante provoque une maladie plus grave que les précédentes variantes du COVID-19.

« Je pense effectivement qu’elle est plus contagieuse, si l’on considère la rapidité avec laquelle elle s’est propagée dans plusieurs districts d’Afrique du Sud », a déclaré le Dr Collins dans l’émission « State of the Union » de CNN, mais rien ne prouve qu’elle est plus grave.

Pour Paolo Gentiloni, il n’y a pas lieu de s’affoler avec l’Omicron

Les économies de l’Union européenne n’ont « aucune raison de paniquer » face à la variante omicron, a déclaré à Bloomberg le commissaire européen à l’économie, alors même que les gouvernements se sont empressés d’introduire des restrictions aux voyages et que les marchés dégringolent en raison du regain d’incertitude.

Covid Omicron : « pas de panique », dit le ministre sud-africain de la Santé

Le ministre sud-africain de la Santé a déclaré qu’il n’y a « absolument pas lieu de paniquer » face à la nouvelle variante du coronavirus Omicron, malgré une recrudescence des cas.

« Nous sommes déjà passés par là », a ajouté Joe Phaahla, en référence à la variante Beta détectée en Afrique du Sud en décembre dernier.

Même son de cloche en Israël : Le ministre de la Santé affirme que la variante Omicron COVID est sous contrôle et qu’il n’y a pas lieu de paniquer

Alors que le cabinet Corona du gouvernement Bennet a décidé de boucler le pays, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré dimanche qu’Israël avait la variante Omicron du coronavirus « sous contrôle », après que le gouvernement ait fermé la porte aux voyages touristiques en Israël et relancé un suivi controversé des citoyens par le service de sécurité Shin Bet.

La décision immédiate de fermer l’entrée du pays était une mesure préventive, « au cas où », en l’absence d’information, et elle a été mise en place jusqu’au 2 décembre. Certains l’ont considérée comme excessive et totalitaire, d’autres salutaire et prudente.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz