Publié par Bernard Martoia le 19 décembre 2021

Ce qui a changé du jour au lendemain et de manière générale, c’est une attitude anti-scientifique dans toutes les spécialités pour tout ce qui concerne le coronavirus.

En temps normal, la pratique de la médecine est confrontée à de nombreux défis, certains provenant de l’intérieur et d’autres de l’extérieur de la profession. Si vous le permettez, une grande partie de votre pratique quotidienne suit les directives des spécialités, les critères des compagnies d’assurance, les formulaires des hôpitaux et autres désagréments. Aucune de ces entités n’a de responsabilité vis-à-vis de nos patients. Dans la plupart des cas, la responsabilité incombe au médecin traitant.

Chaque spécialité joue un rôle particulier dans les soins d’un patient et les spécialistes envisagent souvent les problèmes sous des angles différents. Par exemple, certains médecins considèrent un taux de cholestérol élevé comme un indicateur permettant d’évaluer d’autres problèmes médicaux sous-jacents potentiels, tandis qu’un cardiologue se contentera de rédiger une ordonnance pour un médicament à base de statines, tout comme un chat chasse une souris par réflexe.

Ce qui a changé du jour au lendemain et de manière générale, c’est une attitude anti-scientifique dans toutes les spécialités pour tout ce qui concerne le coronavirus

Une infection virale n’a pas besoin d’être gérée par le gouvernement, sa rencontre fait partie de la pratique médicale quotidienne d’un médecin. Le gouvernement a apparemment accompli ce que les assureurs médicaux, les commissions médicales et les hôpitaux ont essayé, mais n’ont pas encore réussi : le contrôle mental complet des médecins. Et avec cela, le dernier vestige de respect que j’avais pour ma profession est mort.

J’assiste souvent à des réunions médicales où l’on discute des subtilités de l’immunothérapie et des anticorps monoclonaux dans le cadre du traitement des patients atteints de cancer. Pour les médecins, il s’agit de leur version de la science en ce qui concerne les indications d’un médicament, ses mécanismes d’action, sa posologie, la gestion des effets secondaires et les études justifiant un médicament ou une combinaison par rapport à un autre, ces dernières étant souvent étayées par des analyses statistiques douteuses.

Une fois la discussion scientifique terminée, le bavardage commence à propos du coronavirus et des vaccins, et l’on atteint le point où toute rationalité restante devient semblable à celle que l’on entend chez les élèves d’une école maternelle.

Le ton devient celui de l’acceptation de la ligne gouvernementale, toutes les connaissances médicales et les capacités cognitives s’étant évaporées. On ne parle pas des subtilités des différents tests PCR (polymerase chain reaction), de l’utilité du port du masque, de l’utilisation appropriée des systèmes de ventilation, de la modification des définitions médicales, de l’introduction de la thérapie génétique comme vaccin.

Personne ne s’attend à ce que l’on discute de la microscopie électronique sur la médecine clinique, des techniques d’isolement et de culture des virus, ou du nombre d’idées récompensées par un prix Nobel qui sont aujourd’hui utilisées de manière abusive sur le plan scientifique. Au lieu de cela, la conversation porte sur l’identité de la personne qui a reçu son rappel, la date du prochain rappel, la manière dont elle interagit, ou non, avec son entourage afin de rester en sécurité, son inquiétude quant à l’exposition de son enfant, et bien d’autres futilités qui font perdre du temps et des vies humaines.

Apparemment, la plupart des médecins n’ont pas pris la peine d’examiner les données annuelles sur la grippe, le calendrier de développement des vaccins, de se rafraîchir la mémoire sur des définitions telles que celles de vaccination et d’immunisation, ou sur la biologie cellulaire concernant l’ADN, l’ARN, l’ARNm et la transcriptase inverse. Ils ne se sont pas non plus informés sur les symptômes associés au syndrome grippal, sur l’efficacité de la vaccination contre la grippe ou sur les problèmes liés à la vaccination en période de mutation active des maladies infectieuses. [on ne vaccine pas pendant une pandémie car cela provoque inévitablement une mutation du virus. La folie c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent]

Ces concepts devraient être facilement assimilés par les personnes qui prennent en charge les patients atteints de cancer. Mais lorsqu’il s’agit du coronavirus et de la vaccination, ils sont inversés et ne ressemblent en rien aux principes ou aux soins médicaux connus. Tout ce qui relève du coronavirus est devenu l’exception médicale, et l’est depuis près de deux ans.

En ce qui concerne la perte de l’esprit critique, voici quelques exemples qui auraient dû donner aux médecins le temps de digérer le régime de propagande dont ils ont été nourris

Si je peux facilement transmettre le coronavirus à quelqu’un en respirant sur lui, pourquoi est-il nécessaire de faire un prélèvement dans les profondeurs du nez ? Pourquoi la méthodologie du test PCR est-elle omise des rapports envoyés aux médecins ? Depuis quand le port du masque est-il recommandé, sauf pour les personnes atteintes d’une maladie contagieuse connue, comme la tuberculose ou pour celles dont le nombre de globules blancs est transitoirement bas ? Quand la thérapie génétique a-t-elle été utilisée autrement que pour des maladies incurables ?

La prévention des maladies virales est devenu un sujet tabou

La vitamine D est essentielle à de nombreuses fonctions de l’organisme, dont le système immunitaire, tandis que l’obésité expose à de nombreux problèmes médicaux et que la vieillesse indique que les jours qui vous restent sont limités. Presque toutes les personnes supposées gravement malades ou décédées à cause du coronavirus présentaient ces facteurs, sinon tous.

Bien que vous ne puissiez pas changer votre âge, vous pouvez modifier votre apport en vitamine D, perdre du poids, arrêter de fumer, etc. Il est considéré comme non scientifique de s’écarter des principes de prévention autres que la vaccination ou les anticorps monoclonaux pour le traitement.

Entre le moment où notre gouvernement a lancé une alerte à la pandémie et le lancement des vaccins, où était l’esprit critique des médecins ?

Si moi, qui n’étais certainement pas le premier de ma classe de médecine, j’ai pu comprendre que ces éléments s’appliquaient directement aux questions en jeu, ceux qui me précédaient dans ma classe auraient certainement dû le faire.

La sagesse est une combinaison de connaissance, d’expérience et de jugement. La connaissance peut être transmise, l’expérience acquise, mais le jugement est une qualité inhérente, qui ne s’acquiert pas par l’instruction. Soit vous avez un bon jugement, soit vous n’en avez pas.

Ce manque apparent de jugement est-il intentionnel ? Il est certain que le nombre croissant de médecins qui sont employés par d’autres, notamment par des hôpitaux, joue un rôle. Rappelez-vous : « C’est celui qui paie le joueur de cornemuse qui décide de la musique. » Pensez-vous que les médecins sont à l’abri de cet adage ? Les médecins sont comme tout le monde, sauf qu’ils ont passé leur jeunesse dans une école professionnelle coûteuse.

Il n’est pas rare que des patients, des membres de la famille et des amis me disent que, quel que soit le problème qu’ils présentent à un médecin, la première question qui leur est posée est « Avez-vous reçu le vaccin contre le coronavirus ? Toute réponse négative est suivie d’une harangue sur sa nécessité.

Le dilemme de l’apparent manque de discernement des médecins ne se situe pas dans le futur puisque le futur est maintenant, représenté par le VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System)

Il est de plus en plus difficile de cacher les événements indésirables et les décès importants dus au vaccin.

Bien que cela ait été déjà dit à propos de la guerre du Vietnam, cette situation me rappelle une citation de John Kerry que je vais modifier pour les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons aujourd’hui : « Comment demander à un homme d’être le dernier à mourir du vaccin ? Comment demander à un homme d’être le dernier à mourir pour une erreur ? »

Toutes les choses relatives au coronavirus finiront par passer. Peu de choses sont éternelles. Mais à un moment donné, les médecins risquent de payer le prix lourd de leur mauvais jugement. La question est de savoir qui les jugera.

Par Steve Karp, spécialiste de radio-oncologie, pour American Thinker

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bernard Martoia pour Dreuz.info.

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous