Publié par Magali Marc le 3 décembre 2021

Le Dr Anthony Fauci n’a tué personne directement. Il a, cependant, condamné des centaines de milliers de personnes à la mort par son comportement négatif, en refusant aux Américains l’accès à des traitements vitaux. Il est clair que l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine, administrées suffisamment tôt dans la progression du virus et accompagnées de vitamine D, de zinc et d’antibiotiques peuvent permettre aux aux gens de vivre et de retrouver une bonne santé.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le blogue d’American Thinker, le 2 décembre.

*******************

Non, Anthony Fauci n’est pas Josef Mengele

Lara Logan (de Fox News) affirme avoir entendu dire par des personnes du monde entier que le Dr Fauci est un autre Josef Mengele, le médecin nazi qui a envoyé plus d’un million de personnes à la mort à Auschwitz.

La comparaison est erronée car le Dr Mengele a intentionnellement causé des décès dans les chambres à gaz.



Le Dr Fauci n’a tué personne directement. Il a, cependant, condamné des centaines de milliers de personnes à la mort par son comportement négatif, en refusant l’accès à des traitements vitaux. On peut sans doute le juger pour cela sans faire intervenir dans la discussion une comparaison avec le Dr Mengele.

Dès l’arrivée du coronavirus sur nos côtes, on a signalé que les personnes qui mouraient étaient des personnes ayant un faible taux de vitamine D : les personnes âgées et les Noirs (qui, en raison d’une vie en intérieur dans un pays non équatorial, présentent fréquemment une carence en vitamine D).

Pas plus tard que cette semaine, Daniel Horowitz a écrit ( NdT: dans le blogue Conservative Review, le 30 novembre*) qu’il existe désormais des preuves solides d’une corrélation indéniable entre les suppléments de vitamine D et un système immunitaire robuste capable de résister au coronavirus.

Nous savons également que l’hydroxychloroquine et l’ivermectine, si elles sont administrées suffisamment tôt dans la progression du virus et sont accompagnées de vitamine D, de zinc et d’antibiotiques, peuvent ramener les gens à une bonne santé.

En effet, si l’on en croit le cas de Sun Ng ( NdT: rapporté par The Epoch Times**), il existe maintenant des preuves anecdotiques que l’ivermectine peut ramener à la santé des personnes sur le point de mourir.

Sun Ng était en train de mourir du coronavirus dans un hôpital de l’Illinois qui refusait de lui donner de l’ivermectine. Finalement, un tribunal a forcé l’hôpital à donner de l’ivermectine à M. Ng, qui a alors commencé à se rétablir rapidement.

En résumé, il existe désormais d’excellentes preuves (qui ont commencé à s’accumuler au début de 2020) que la prise de suppléments pour renforcer le système immunitaire et un traitement précoce à l’hydroxychloroquine ou à l’ivermectine (deux médicaments dont l’utilisation sûre et efficace chez les humains remonte à plusieurs décennies) peuvent empêcher les gens de mourir.

Actuellement, près de 800 000 personnes ont le coronavirus comme cause de décès (bien que je soupçonne un sur-diagnostic). Il y a fort à parier que la plupart d’entre elles auraient survécu grâce à une immunothérapie et un traitement précoce.

Si toutes ces options leur ont été refusées, c’est à cause des ordres venus d’en haut – du Dr Fauci.

Pendant près de deux ans, vous avez lu dans les journaux et regardé des vidéos du Dr Fauci rejetant les traitements précoces et l’immunothérapie.

Au lieu de cela, pour lui, tout tournait autour des masques, dont il reconnaissait fréquemment l’inutilité parce que les gens ne disposaient pas d’une réserve inépuisable de masques N95, et des mesures de confinement, qui n’ont pas ralenti le virus mais ont augmenté le nombre de décès dus à des maladies non traitées, à des overdoses, à des suicides, à des violences domestiques et au stress du désespoir économique, son obsession du confinement ayant détruit une économie américaine robuste.

Je suis (encore) en train de lire The Real Anthony Fauci de Robert F. Kennedy Jr : Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health, qui contient des informations méticuleusement sourcées sur le refus du Dr Fauci d’autoriser le traitement précoce du coronavirus, avec des thérapies communes et peu coûteuses. En voici un extrait :

«  » En avril et mai, j’ai remarqué une tendance inquiétante », se souvient [le Dr Peter] McCullough. « La tendance était, qu’il n’y avait aucun effort de fait pour traiter les patients infectés par le coronavirus à domicile ou dans les maisons de retraite. Et on avait presque l’impression que les patients n’étaient pas traités intentionnellement, qu’on les laissait rester chez eux et atteindre le point où ils ne pouvaient plus respirer, puis être admis à l’hôpital. » Le Dr Fauci a adopté ce protocole sans précédent consistant à dire aux médecins de laisser les patients diagnostiqués avec un test coronavirus positif rentrer chez eux, sans traitement – les laissant dans la terreur, et propageant la maladie – jusqu’à ce que des difficultés respiratoires les obligent à retourner à l’hôpital. Là, ils étaient confrontés à deux remèdes mortels : le remdesivir et les ventilateurs. (pp. 69-70) »

Dans les pages suivantes, Robert F. Kennedy décrit une myriade de protocoles de traitement précoces que le Dr Fauci a réussi à bloquer, car, selon le Dr McCullough, « quiconque tente de publier un nouveau protocole de traitement se retrouve bloqué hermétiquement par les revues qui sont toutes sous le contrôle du Dr Fauci. »

Pour ne citer qu’un exemple de ses efforts insistants pour éradiquer les premiers protocoles de traitement, le livre explique en détail comment le NIH du Dr Fauci (NdT: son Institut de Santé) a travaillé pour empêcher l’utilisation de l’ivermectine. Et bien sûr, alors même qu’il insistait sur l’utilisation des masques inutiles et les confinements dangereux, il est resté silencieux sur l’usage de la vitamine D, qui est chose facile.

Pour le Dr Fauci, il a toujours été question de traitements pharmacologiques coûteux et du Saint Graal d’un vaccin qui ne pourra jamais fonctionner pleinement contre un virus dont les animaux sont les vecteurs.

Néanmoins, comme nous l’avons vu et comme le documente Robert F. Kennedy Jr., le Dr Fauci s’est concentré de manière obsessionnelle sur un vaccin qui peut atténuer les symptômes (ce qui est bien) mais qui ne prévient pas l’infection, comporte des risques pour certains receveurs (surtout, semble-t-il, les jeunes adultes en bonne santé) et a une durée de vie effective limitée.

Donc non, Anthony Fauci n’est pas Josef Mengele.

Il ne s’est jamais tenu au centre d’un camp de concentration et n’a jamais condamné des personnes à une mort instantanée et douloureuse (seules quelques rares personnes ont échappé à ce sort).

Cependant, en faisant fanatiquement la promotion des masques, des confinements et des vaccins tout en rejetant les moyens abordables et facilement disponibles pour améliorer le système immunitaire des gens et pour traiter le coronavirus dans ses premiers stades, il est presque certainement responsable de la mort inutile de centaines de milliers d’Américains.

Il n’est pas nécessaire d’être un Mengele pour laisser une traînée de morts dans son sillage.

  • * https://www.conservativereview.com/horowitz-studies-show-an-aggressive-vitamin-d-campaign-could-have-prevented-nearly-all-covid-deaths-theblaze-2655898653.html )
  • ** https://www.theepochtimes.com/dying-covid-19-patient-recovers-after-court-orders-hospital-to-administer-ivermectin_4130754.html

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

26
0
Merci de nous apporter votre commentairex