Publié par Jean-Patrick Grumberg le 20 décembre 2021
L’Iran est-il accusé à tort d’être un Etat terroriste ?

Fin novembre, un Iranien a été arrêté au Kenya pour avoir planifié des attaques terroristes contre des cibles israéliennes.



L’Iranien Mohammed Saeid Golabi a été arrêté au Kenya après avoir monté une cellule terroriste à Nairobi destinée à attaquer des sites israéliennes et locales. Il était soupçonné d’être sur le point de lancer des attaques terroristes, selon une information exclusive du quotidien kenyan The Star.

Golabi se rendrait fréquemment au Kenya et dans la région. De multiples sources policières ont déclaré au Star qu’elles surveillaient ses activités terroristes et celles de certains de ses associés locaux.

« Nous avons établi son profil et celui de ses contacts au fil du temps », a déclaré un officier supérieur de l’unité de police antiterroriste du Kenya. « Nous avons suffisamment de raisons de croire qu’il a travaillé avec ces groupes terroristes ».

Golabi est soupçonné d’être un agent des services de renseignement iraniens. Son équipe de Kényans recueillait des renseignements sur des établissements privés et publics dans le but de les attaquer.

Ce n’est pas la première fois que les autorités africaines déjouent des attentats iraniens

  • En 2012, toujours au Kenya, deux Iraniens ont été inculpés pour conspiration d’acte criminel et possession d’explosifs sans licence.
  • En 2015, les agences de sécurité kényanes ont arrêté deux suspects de terrorisme ayant des liens avec l’Iran, affirmant que les deux hommes ont admis avoir planifié des attaques contre des cibles occidentales.
  • Selon le New York Times du 15 février 2021, les services de renseignement éthiopiens, avec la coopération d’autres organisations amies de renseignement et de sécurité, ont réussi à démasquer une cellule de 15 personnes liées à l’Iran et à récupérer une cache d’armes et d’explosifs. Les services de renseignement iraniens avaient activé une cellule dormante à Addis Abeba à l’automne 2020 pour recueillir des renseignements sur les États-Unis d’Amérique et Israël.
  • Outre Addis Abeba, les renseignements ont également découvert l’existence d’un autre groupe qui se préparait à attaquer l’ambassade des Émirats arabes unis à Khartoum, faisant craindre que les bailleurs de fonds du terrorisme soient déterminés à semer le chaos dans la région.
  • Ils ont également réussi à déjouer un certain nombre de complots terroristes organisés par l’Iran, le dernier en date étant celui du ferry de Likoni, en août 2021, pour lequel une opération de sécurité multi-agences a conduit à l’arrestation de deux suspects, un ressortissant kenyan et un citoyen tanzanien, qui seraient des rapatriés d’Al Shabaab.
  • Le 8 novembre 2021, l’agence d’espionnage israélienne Mossad a accusé cinq ressortissants africains soutenus par l’Iran d’avoir planifié des attaques terroristes visant des touristes et des hommes d’affaires israéliens dans plusieurs nations africaines.
  • Les cinq hommes, munis de passeports africains, ont été recrutés par l’unité supérieure des Gardiens de la révolution islamique iranienne, la Force Quds, et ont suivi un entraînement au Liban avant d’être envoyés en Afrique sous le couvert d’un groupe religieux.
  • En novembre 2021, les services de renseignement locaux du Ghana, du Sénégal et de la Tanzanie ont indiqué que des ressortissants africains recrutés par la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution tentent depuis des mois de frapper des hommes d’affaires israéliens au Ghana et au Sénégal, ainsi que des touristes en Tanzanie, un lieu de safari très prisé des Israéliens.

Au Moyen Orient

  • En janvier 2021, un groupe d’Iraniens est arrêté aux Émirats arabes unis : ils préparaient un attentat terroriste contre des Israéliens. Les services de renseignement des Émirats arabes unis ont arrêté le groupe iranien à Dubaï et à Abu Dhabi. Les membres étaient soupçonnés de comploter pour commettre des attentats dans le Royaume.

    L’attaque était prévue pour avoir lieu en dehors des frontières d’Israël, dans l’une des nouvelles destinations touristiques convoitées par les Israéliens, à savoir les Emirats arabes unis.
  • Le 22 novembre 2021, les forces de sécurité de Bahreïn ont arrêté un certain nombre de militants avant un projet d’attentat et ont confisqué des armes et des explosifs en provenance d’Iran, a déclaré le ministère de l’intérieur sur son compte Twitter officiel.

    Le ministère n’a pas dit combien de personnes ont été arrêtées ni précisé leur nationalité. Il les a décrites comme « liées à des groupes terroristes en Iran » et a déclaré qu’elles « préparaient des opérations terroristes contre la sécurité et la paix civile ».
  • Le 6 janvier 2016, Bahreïn a démantelé une cellule terroriste liée aux Gardiens de la révolution et au Hezbollah. Le ministère de l’Intérieur bahreïni a déclaré que la cellule prévoyait de mener une « série d’attentats à la bombe » dans le royaume. De nombreux membres ont été arrêtés, y compris les chefs du groupe, les jumeaux Ali et Mohammed Fakhrawi, 33 ans.
  • Le 30 septembre 2015, les forces de sécurité bahreïnies ont découvert une usine de fabrication de bombes à Nuwaidrat et ont arrêté un certain nombre de suspects liés aux Gardiens de la révolution iraniens.

    Le lendemain, 1er octobre, Bahreïn rappelait son ambassadeur en Iran et demandait au chargé d’affaires iranien par intérim de quitter le royaume dans les 72 heures après avoir été déclaré persona non grata.

Des attentats en Europe et partout dans le monde

  • En novembre 2021, l’Iran a orchestré une tentative d’attentat contre des Israéliens à Chypre après que la police de l’île méditerranéenne a déclaré qu’un individu armé avait été arrêté. Chypre a inculpé six suspects qui complotaient pour assassiner cinq Israéliens.
  • En juillet 2018 à Villepinte en région parisienne, un attentat de grande envergure a été évité. Un diplomate iranien a été soupçonné d’être impliqué dans un projet d’attentat à la bombe contre un rassemblement de l’opposition iranienne en France qui a été suivi par environ 100 000 Iraniens et des centaines de dignitaires internationaux..

    Assadollah Assadi a été inculpé en Allemagne pour activité en tant qu’agent étranger et complot de meurtre.

    Le diplomate iranien a été arrêté avec six personnes avant de commettre l’attentat.
  • Le 18 juillet 2012, en Bulgarie, une attaque terroriste est perpétrée contre un bus de passagers transportant des touristes israéliens à l’aéroport de Burgas, en Bulgarie. Le bus transportait 42 Israéliens, principalement des jeunes, de l’aéroport à leurs hôtels, après être arrivés sur un vol en provenance de Tel Aviv.

    L’explosion du bus a tué cinq Israéliens et le chauffeur bulgare musulman du véhicule, ainsi que le terroriste.

    Le gouvernement bulgare a déclaré que deux détenteurs de passeports australiens et canadiens ayant des liens avec le groupe terroriste Hezbollah étaient à l’origine de l’explosion meurtrière.
  • Le 19 décembre 2018, l’Albanie a expulsé l’ambassadeur d’Iran, Gholamhossein Mohammadnia, et un autre diplomate iranien pour « participation à des activités qui portent atteinte à la sécurité du pays », pour « violation de leur statut diplomatique et soutien au terrorisme ». Ils avaient planifié des attaques terroristes dans le pays en ciblant l’événement MEK\PMOI pour faire taire les dissidents au régime iranien.
  • Le 18 juillet 1994, un attentat contre le bâtiment de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) à Buenos Aires, en Argentine, fait 85 morts et des centaines de blessés.

    Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier jamais commis en Argentine.

    En 2006, l’Argentine accuse Téhéran d’être à l’origine de l’attentat et inculpe plusieurs hauts responsables iraniens, dont Hashemi Rafsanjani et Ahmad Vahidi, ainsi qu’Imad Mughniyah du Hezbollah.
  • Le 14 février 2012, une série d’explosions a eu lieu à Bangkok, en Thaïlande. Les autorités thaïlandaises ont déclaré que les attentats à la bombe étaient une tentative ratée de ressortissants iraniens d’assassiner des diplomates israéliens.

    Plusieurs Iraniens sont arrêtés et inculpés, l’un d’entre eux ayant été gravement blessé.

Conclusion

Vous avez les éléments. J’aurai pu poursuivre cette liste, je pense que les exemples que je donne suffisent à chacun pour se faire une opinion : l’Iran est-il un Etat terroriste ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex