Publié par Rosaly le 3 décembre 2021

La fête de Noël et les prénoms chrétiens de Marie et de Jean sont sauvés, du moins pour cette année…

Les opposants à cette nouvelle forfaiture anti-chrétienne peuvent pousser un soupir de soulagement. Jamais ces idéologues de l’inclusion ne proposent d’interdire au nom d’une communication de souhaiter «joyeux ramadan» ou «joyeuse fête (sanglante) de l’aïd el-kebir», qui pourtant offense et révulse de nombreux non musulmans. C’est toujours aux Européens non musulmans de faire l’effort de l’inclusion.

L’indignation légitime de nombreux citoyens européens à l’égard «des lignes directrices pour une communication inclusive» élaborées par la Commission européenne et révélées par Il Giornale.it a eu raison de cette nouvelle folie proposée par la commissaire européenne à l’égalité, Helena Dalli, à l’origine de cette initiative purement anti-chrétienne. Depuis l’accroissement du nombre de musulmans en Occident, la fête de Noël est de plus en plus menacée dans nos pays sous le prétexte fallacieux de l’inclusion.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Cette adepte de «l’inclusion à tout prix», quitte à sacrifier notre foi, nos traditions, notre civilisation avait déjà créé la polémique lors de la campagne évoquant «ma liberté avec le hijab» à laquelle participaient des associations islamistes. Les affiches pro-hijab furent rapidement retirées, suite à la vague de critiques suscitée par cette propagande sournoise du voile islamique.

Les nombreux citoyens européens, justement indignés par les «lignes directrices pour une communication inclusive» élaborées par la Commission européenne et révélées par «Il Giornale.it» peuvent pousser un soupir de soulagement.

L’histoire est désormais bien connue : dans un document créé pour être diffusé au sein de la Commission, il était demandé de ne plus utiliser le mot «Noël» ou les prénoms de «Marie et de Jean» en raison de leur origine chrétienne, afin de ne pas offenser les minorités, de ne pas commencer une conférence par la formule habituelle «Mesdames et Messieurs» et de ne pas utiliser l’expression «coloniser Mars», mais «y envoyer des humains» vu la connotation négative du mot «colonisation». Un véritable vade-mecum du politiquement correct rempli d’une série de recommandations paradoxales (sinon ridicules), mais extrêmement sérieuses, voire dangereuses pour notre avenir, émanant de l’une des principales institutions européennes.

Suite à la pression d’une partie des médias et de la classe politique, et à l’indignation de nombreux citoyens européens, la Commission européenne anti-chrétienne, mais islamophile à souhait, a été contrainte de faire marche-arrière.

La commissaire européenne à l’égalité, Helena Dalli, à l’origine de cette initiative anti-chrétienne, a tenté de justifier son initiative ciblant exclusivement la fête chrétienne par ses mots :

«Mon initiative d’élaborer des lignes directrices sous la forme d’un document interne destiné à être communiqué par le personnel de la Commission dans le cadre de ses fonctions visait à atteindre un objectif important : illustrer la diversité de la culture européenne et montrer la nature inclusive de la Commission européenne à l’égard de tous les milieux et de toutes les croyances des citoyens européens », ajoutant : Toutefois, la version publiée des lignes directrices ne sert pas adéquatement cet objectif. Ce n’est pas un document mature et il ne répond pas à toutes les normes de qualité de la Commission. Les lignes directrices doivent clairement être retravaillées. Je retire donc les lignes directrices et je continuerai à travailler sur ce document.»

Cette décision a été applaudie par les dirigeants et les partis du centre-droit. Antonio Tajani a déclaré :

«Grâce également à l’action de Forza Italia, la Commission européenne a retiré les lignes directrices sur le langage inclusif qui demandaient la suppression des références aux fêtes et aux noms chrétiens. Longue vie à Noël. Vive l’Europe du bon sens !»

 Le leader de la Ligue, Matteo Salvini, a quant à lui parlé de victoire :

 «Merci aux milliers de personnes qui ont réagi et ont permis le retrait de cette saloperie. Nous continuerons à être vigilants, merci ! Vive la sainte fête de Noël !»

Tandis que le député Camponesi (ID) et Marco Zanni, président du groupe ID un groupe politique du parlement européen situé à droite de l’échiquier politique européen, fondé en 2019 dans le sillage du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) et chef de la délégation de la Lega ont exprimé leur satisfaction, annonçant la nécessité de maintenir «un haut niveau d’attention sur toute tentative d’éliminer et de remplacer nos symboles, notre culture, nos valeurs, au nom de la pensée unique du politiquement correct et de la culture de l’annulation.»

Giorgia Meloni (Présidente du Parti Fratelli d’Italia) la Marion Maréchal italienne, a également exprimé sa satisfaction :

«La Commission européenne a retiré et supprimé le document interne qui prévoyait l’élimination du mot «Noël» parce qu’il n’était pas considéré comme inclusif. Nous avons arrêté la vulgate du politiquement correct. Nous devons continuer à nous battre pour une Europe qui est fière de ses racines et de son identité et qui non seulement évite de les effacer mais est capable de les célébrer et de s’en souvenir.»

Matteo Renzi sur Twitter :

«C’est bien. C’était un document absurde et erroné. Une communauté n’a pas peur de ses racines. Et l’identité culturelle est une valeur, pas une menace.»

Patrizia Toia, députée européenne du groupe des Socialistes et Démocrates, a également demandé :

«La Commission croit-elle qu’il faille respecter le pluralisme et refuser des mots qui rappellent l’identité et l’histoire d’un des héritages religieux qui a fondé, avec d’autres, le bagage culturel et idéal de l’Europe ?» Et de conclure : «Ce texte est source de division, pas d’inclusion.».

Il est rassurant de lire que grâce à la réaction indignée de milliers de personnes non seulement en Italie, mais aussi ailleurs en Europe, l’UE a rétropédalé (pour la deuxième fois) face à des initiatives visant à effacer la fête de Noël et les prénoms chrétiens de Marie et de Jean.

Il s’agit d’un petit pas – mais significatif – pour empêcher l’UE, au nom du politiquement correct, d’effacer nos traditions et notre identité européenne. Quand on est capable de mener des batailles communes grâce à un travail d’équipe entre les milieux culturels et journalistiques et les milieux politiques, on peut obtenir des résultats. Notamment parce que la grande majorité des citoyens sont opposés à cette vision idéologisée des institutions européennes qui ne tient même pas compte du bon sens. C’est pourquoi il est nécessaire de continuer à se battre et à lutter pour une Europe différente, fière de ses racines et de son identité, en commençant par la célébration de la sainte fête de Noël.

Toutefois, si une bataille est gagnée, la guerre contre la fête chrétienne de Noël sera encore longue, car l’ennemi ne renoncera pas à son objectif : supprimer le Christianisme et laisser ainsi la voie libre à l’islam. Nous devons le savoir. Il sera de plus en plus difficile de préserver les traditions et les fêtes chrétiennes, de pouvoir dire «père» et «mère», «homme» et «femme», de s’opposer à l’écriture «inclusive». Par les temps qui courent, la protection des supposées minorités peut finir par l’emporter sur la majorité. Dieu nous en préserve. En supposant que le mot «Dieu » puisse encore être utilisé dans les prochaines années…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Sources :

  • «Retromarcia Ue sulla censura. Salvi «Maria, Giovanni e Buon Natale». E la vittoria dei moderati.» (Il Giornale.it)
  • «C’è una speranza contro chi taglia radici» (Il Giornale.it)

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

42
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz