Publié par Gaia - Dreuz le 14 janvier 2022

Source : France3

Bernard Courtial, habitant de Mesvres en Saône-et-Loire a déposé plainte contre Emmanuel Macron suite à ses propos scandaleux, et très peu présidentiels, sur les non-vaccinés. Il ne se fait aucune illusion, car il a lu la fable de La Fontaine et sait qu'il existe une justice pour les puissants et une autre pour les sans-dents, mais il est déterminé.

Et il n'est pas le seul : les actions contre Emmanuel Macron se multiplient. Après une mère de famille de Haute-Saône le 5 janvier, Bernard Courtial dépose plainte, pour "propos discriminatoires et insultants". Et si lui avait tenu ces propos contre le président, et que le président le poursuivait en justice, ce dernier aurait un cas solide. Mais en France, ne comptez pas sur la justice pour appliquer la loi, elle ne pense plus que ce soit son rôle.

Cet ancien éducateur spécialisé, âgé de 68 ans, réside à Mesvres (Saône-et-Loire).

Le 9 janvier dernier, il a déposé une pré-plainte en ligne avant de se rendre le lendemain à la gendarmerie d’Etang-sur-Arroux.

Extrait de la plainte de Bernard Courtial à l'encontre d'Emmanuel Macron

Bernard Courtial affirme que c'est "son devoir de citoyen. Je suis dans mon droit en n'étant pas vacciné. C’est le code de Nuremberg depuis la fin de la guerre qui dit qu’on a le droit de se soigner de tel ou tel manière".

Lors du dépôt de plainte à la gendarmerie, le retraité explique que l'agent qui a recueilli la plainte n'a pas été surpris par sa démarche.

"Il m’a posé une dernière fois la question si je voulais porter plainte contre le président ? J’ai dit oui. Et le gendarme m’a répondu que ça allait remonter haut. Je lui ai dit : bah, j’espère !"

Notez le sous-entendu de la réponse, il veut dire que la France n'a pas beaucoup évolué depuis la monarchie. Il veut dire : "comment osez-vous, simple manant, déposer plainte contre un grand de ce monde ?"

Je n’imagine pas Jacques Chirac disant que : je vais vous emmerder jusqu’au bout.

Bernard Courtial

Bernard Courtial explique qu’il a d’abord été surpris qu’un président de la République puisse tenir de tel propos.

"Je n’imagine pas Jacques Chirac disant : je vais vous emmerder jusqu’au bout. Ça c’est impossible. Le système politique se dégrade. Donc il faut réagir. Si on ne dit rien, ça veut dire qu’on accepte".

Bien ou mal, ça se discute, les présidents, Emmanuel Macron inclus, bénéficie de l’immunité présidentielle. Mais cela ne veut pas dire que le dépôt de plainte ne puisse pas en théorie être suivi de poursuite. En pratique, nous savons tous ce qu'il en est, mais cela ne décourage pas le courageux Bernard Courtial, qui reste conscient et déterminé.

"Je sais qu’il n’aura rien et qu’il est protégé. C’est un acte citoyen. Si vous voyez sur internet toutes les pétitions en tout genre, ça n’a pas d’impact. Mais ça, ça peut en avoir. Si tout le monde se mobilise pour faire cet acte".

La plainte sera déposée dans les prochains jours au procureur de la république, qui décidera de donner suite ou non. Et je me répète : ne nous faisons aucune illusion, il y a deux justices.

Les cadeaux parfaits pour commencer l'année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz