Publié par Mauricette le 31 janvier 2022

Source : Lesobservateurs

Bien que l’Amérique ait sa part effroyable de délinquants sexuels pédophiles, la loi et la culture considèrent toujours ce comportement comme un crime odieux – du moins tant que les procureurs Soros n’auront pas pris le contrôle du pays. Cependant, toutes les cultures ne sont pas ainsi.



Quelles conséquences cela a-t-il d’avoir fait entrer avec carte blanche plus de 76’000 Afghans l’année dernière sans tenir compte des questions d’assimilation culturelle ?

Et en parlant d’assimilation, je ne pense pas à la nourriture et aux vêtements, mais aux valeurs fondamentales.

En début de semaine, Mohammed Tariq, 24 ans, un réfugié afghan, a été reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement une fillette de 3 ans sur la base du corps des Marines de Quantico, où il vivait temporairement avec de nombreux autres réfugiés. Selon le ministère de la Justice, Tariq a été arrêté en septembre dernier à Quantico après que des Marines l’ont observé en train de caresser une fillette de trois ans.

« Les Marines des États-Unis ont observé le défendeur en train de toucher de manière inappropriée la victime par-dessus ses vêtements, sur sa poitrine, ses parties génitales et ses fesses », a écrit le bureau du procureur américain du district oriental de Virginie dans un communiqué de presse faisant suite à la condamnation du jury.
« La victime et Tariq n’avaient aucun lien de parenté, mais tant Tariq que la victime et sa famille avaient été récemment évacués d’Afghanistan et amenés aux États-Unis. »

L’AP rapporte que selon les documents judiciaires, au moment de l’incident, « Tariq a tenté d’expliquer par l’intermédiaire d’interprètes que sa conduite était acceptable dans sa culture. » Il s’avère que Tariq a été amené en Amérique au cours de l’été, lorsque les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, parce qu’il était un entrepreneur pour les soldats américains.

Il y a ici une leçon puissante sur les échecs contre-productifs de notre mission indéfinie depuis deux décennies dans l’enfer appelé Afghanistan.
Non seulement nous avons fait venir des milliers de personnes de régions reculées du pays qui n’avaient rien à voir avec l’armée américaine et nous n’avons aucun moyen de les contrôler, mais les « entrepreneurs et interprètes » tant vantés qui ont « aidé » nos troupes (à aider leur propre pays) n’ont pas été contrôlés non plus.

Bien sûr, nous avons peut-être réussi à payer certains locaux pour les aider dans diverses tâches, mais cela ne les rend pas adaptés à notre culture et à nos valeurs. Rendez-vous compte maintenant que nous avons fait venir au moins 76’000 Afghans l’année dernière, en plus des plus de 76’000 que nous avons fait venir depuis 2001. Combien d’entre eux partagent le point de vue de Tariq ? Pas tous, mais nous n’avons aucun moyen de le savoir. « Envahir le monde, inviter le monde » n’est pas exactement une stratégie dans l’intérêt des citoyens des États-Unis.

Pensez aux Américains que Biden a accepté d’abandonner en Afghanistan pour faire venir des arriérés comme Tariq !

La réalité est que les relations sexuelles avec des enfants est un problème connu dans la culture de certaines parties de l’Afghanistan. J’ai interviewé Jarrin Jackson, un capitaine de l’armée à la retraite qui a servi deux fois en Afghanistan et s’est présenté deux fois au Congrès en Oklahoma, pour connaître sa réaction à cette histoire.
« Au cours de mes deux années de service en Afghanistan, j’ai vu de mes propres yeux les bases de la culture afghane », a dit Jackson, qui commandait un peloton dans la 101e  division aéroportée.

« La plupart des Afghans sont des gens décents, qui travaillent dur ; ils veulent simplement qu’on les laisse tranquilles. Cependant, la partie la plus dégoûtante et la plus maléfique de leur culture était une tradition de tolérance pour les personnes sexuellement vicieuses. De jeunes enfants étaient recrutés et agressés sexuellement, et devenus grands, ils servaient au plaisir homosexuel auprès des seigneurs de guerre et des Afghans fortunés. Chaque soldat américain savait ce qu’était une ‘cheska’ et qu’il était impoli d’attirer l’attention sur la sodomisation et la sexualisation de jeunes enfants. »

Jackson a mené des opérations dans la province de Khost, ainsi qu’à Ghazni, Wardak, Helmand et Kandahar. Il se sent coupable, aujourd’hui encore, de ne pas avoir giflé certains auteurs de ces actes. « À ma grande honte, j’ai ignoré de multiples cas où je soupçonnais des viols et des abus sur des prisonniers masculins par nos partenaires afghans, car je ne voulais pas que la mission américaine échoue parce qu’elle entrait en conflit avec l’éthique sexuelle afghane. »

Le New York Times a publié un reportage en 2015 sur les soldats américains à qui on demandait de garder le silence lorsqu’ils étaient témoins de ces abus sexuels sur enfants.
En 2017, un assistant du sénateur Patrick Leahy (D-VT) a accusé le Pentagone de bloquer un rapport sur les agressions sexuelles généralisées contre des enfants dans les rangs des soldats et des policiers afghans, des personnes qui souvent travaillaient en étroite collaboration avec nos militaires et qui seraient candidates au statut spécial de réfugié.

Finalement, le rapport de l’inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR) a été publié et a montré comment nos commandants militaires ont laissé le champ libre aux soldats afghans pour abuser des enfants. Il y a eu l’histoire très médiatisée du béret vert Charles Martland, qui avait d’abord été puni pour avoir perdu son calme et battu un Afghan qui avait agressé sexuellement un garçon et frappé sa mère.

Alors, devons-nous croire que le fait de donner carte blanche à 76’000 Afghans n’a pas conduit à l’importation d’une partie de cette culture ? L’affaire d’abus sexuels à Quantico n’est pas le premier incident de ce type. En septembre, deux réfugiés afghans ont été arrêtés à Fort McCoy, dans le Wisconsin, pour viol, dont l’un est accusé de viol d’enfant.
Un Afghan « vigoureusement contrôlé » a été accusé en octobre de viol à Missoula, dans le Montana. A l’époque, le représentant Matt Rosendale avait souligné que, lors de la première audience, l’avocat de Mohmand avait affirmé que des « barrières culturelles et linguistiques » avaient pu conduire au viol.
Dans un autre incident, un groupe d’évacués afghans aurait agressé une femme membre du service à Fort Bliss alors qu’ils séjournaient sur la base.

Non seulement l’administration Biden prévoit de déplacer les personnes déjà présentes des bases militaires vers nos communautés d’ici le mois prochain, mais elle s’efforce d’en faire venir des dizaines de milliers via notre base militaire au Qatar. Axios rapporte que le DHS prévoit au Qatar « un processus accéléré du programme américain d’admission des réfugiés » qui « mettrait immédiatement les Afghans sur la voie de la carte verte ».

Les États à majorité républicaine peuvent dire simplement non. Ils ont une obligation morale envers leurs citoyens de bloquer une telle transformation sociale menée sans consultation. Dans certaines villes, les citoyens américains ne peuvent pas faire leurs achats sans un passeport Pfizer, tandis que des personnes provenant des régions du monde les plus dangereuses, les plus instables et les plus problématiques sur le plan culturel peuvent être parachutées dans notre communauté sans aucun moyen de vérifier si elles sont adaptées à notre société, et encore moins si elles sont engagées dans le terrorisme. Si nous n’étions pas mieux informés, nous serions tentés de croire que notre gouvernement essaie de nous remplacer, Nous, le Peuple.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex