Publié par Gaia - Dreuz le 12 janvier 2022

Source : Lopinion

Christiane Taubira et Anne Hidalgo le savent bien, il n’y aura pas la place pour leurs deux candidatures. Entre elles, c’est une guerre des nerfs qui s’est installée pour faire céder l’autre. Qui sera la candidate de trop dans ce tango mortel ?

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Anne Hidalgo présentera jeudi matin son programme. Christiane Taubira s’apprête, elle, à officialiser sa candidature d’ici à mercredi prochain. Elle dévoilera aussi les grandes lignes de son projet. Les deux prétendantes à l’Elysée misent chacune sur l’effondrement de l’autre.

Avant de sortir de son silence mi-décembre, Christiane Taubira avait sondé Anne Hidalgo. Si elle se lançait dans la course à l’Elysée, que ferait la maire de Paris? La réponse de la socialiste avait été claire : elle ne se rangerait pas derrière elle. Les échanges avaient été brefs mais ils avaient suffi à faire comprendre à Anne Hidalgo que Christiane Taubira se préparait à rentrer dans l’arène élyséenne. Ce n’est pas pour rien que la candidate du PS s’est précipitée sur le plateau de TF1, ce soir du 9 décembre, pour proposer d’organiser une grande primaire à gauche. Une manière de couper l’herbe sous le pied de l’ancienne garde des Sceaux. Mais cet appel a en réalité eu l’effet inverse : il a ouvert la voie à Christiane Taubira, qui a pu se lancer dans la bataille neuf jours plus tard sans être prise en défaut de loyauté par rapport à Anne Hidalgo.

Un mois plus tard, aucune des deux femmes ne bénéficie d’une dynamique qui lui permet de prendre l’ascendant sur l’autre. Elles sont désormais engagées dans une guerre des nerfs. Et chacune mise sur l’effondrement de l’autre. « Elles sont dans un jeu du chat et de la souris », résume un cacique du PS, qui connaît bien les deux protagonistes. Les deux candidates n’échangent pas directement. Leurs proches s’en chargent pour elles. Derrière cette rivalité, les anciens frondeurs du PS sont à la manœuvre. Côté Taubira, l’ex député de la Nièvre, Christian Paul, gère les opérations. Côté Hidalgo, son mari Jean-Marc Germain, ancien député des Hauts-de-Seine, est aussi discret qu’influent dans la campagne de son épouse.

Le week-end dernier, Christiane Taubira décide d’accélérer le rythme. Elle devait faire savoir le 15 janvier si elle était candidate ou non à la primaire populaire, ce scrutin organisé par un collectif citoyen censé se tenir du 27 au 30 janvier. Mais lors d’un déplacement à Bondy, elle met fin au suspense  : « J’accepte le risque de la démocratie. J’accepterai le verdict de la Primaire populaire ». Les mots ne sont pas choisis au hasard. Elle se soumettra au résultat d’un scrutin qui la porte depuis le début en grande favorite. Sa candidature ne sera pas le fruit d’une décision intime mais d’un plébiscite du peuple de gauche. « Sa logique est sioux. Elle joue sur du velours », observe une figure du PS.

Lire la suite sur L’opinion

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz