Publié par Christian Larnet le 2 janvier 2022
L’Écosse va gracier des milliers sorcières exécutées pour accélérer le déclin de l’Église catholique, avec 400 ans de retard

Pour les militants qui s’efforcent de blanchir le nom de ces femmes, il s’agit d’une prise en compte importante du passé de l’Écosse, qui réfléchit à son avenir au sein du Royaume-Uni.



Le vent a soufflé fort une nuit d’automne ici en 1589. À tel point que le roi Jacques VI a conclu que des sorcières s’étaient réunies dans cette ville de pêcheurs pour provoquer la tempête qui a retardé l’arrivée de sa nouvelle épouse, la sœur du roi du Danemark. Une grande partie de l’Europe avait succombé à la Fake News de la sorcellerie.

Le roi Jacques, qui deviendra plus tard le roi Jacques Ier d’Angleterre et d’Irlande, a personnellement interrogé nombre de ceux qui ont été arrêtés et accusés d’avoir invoqué la tempête lors d’une messe nocturne avec le diable à l’Auld Kirk de la ville. Il a ensuite écrit un guide à succès sur la façon de repérer une sorcière. William Shakespeare a utilisé certains des détails des procès dans « Macbeth ».

Mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’une législation est en cours d’adoption par le Parlement écossais pour gracier des milliers de femmes qui ont été piégées lors de la grande purge écossaise, y compris certaines qui ont été torturées à mort lors des procès de sorcières de North Berwick.

Au total, jusqu’à l’abrogation de la loi sur la sorcellerie en 1735, quelque 3 837 personnes ont été accusées de ce crime – dont une écrasante majorité de femmes – et environ deux tiers ont été exécutées, soit plus par habitant que partout ailleurs en Europe.

Un compte à rebours

Pour les militants qui s’efforcent de blanchir leur nom, il s’agit d’une confrontation importante avec le passé de l’Écosse, qui envisage son avenir au sein du Royaume-Uni.

« Ce n’est pas différent de la façon dont l’Écosse doit faire face à son rôle dans la traite transatlantique des esclaves », déclare Claire Mitchell, avocate, qui, avec Zoe Venditozzi, institutrice et auteure, fait pression pour un pardon général depuis le lancement de leur podcast « Witches of Scotland », inspiré par le mouvement #MeToo-.

La demande de pardon pour les femmes tuées lors des procès en sorcellerie a également été politisée dans certains milieux. En soutenant cette demande, certains critiques affirment que le parti de Nicola Sturgeon, leader indépendantiste écossais, l’intègre dans une évaluation plus large du passé de l’Écosse, et potentiellement de son avenir.

Leo Igwe, professeur à l’université du Cap, qui s’est efforcé pendant des années de défendre les femmes et les enfants contre les accusations de sorcellerie dans son pays d’origine, le Nigeria, estime que cette affaire pourrait donner un nouvel élan à l’abolition du crime de sorcellerie dans de nombreux autres pays.

Lui et les militants écossais établissent des parallèles entre les chasses aux sorcières dans l’Afrique d’aujourd’hui et l’Écosse du XVIe siècle, des bouleversements de l’urbanisation à la ferveur religieuse qui les sous-tend. À Édimbourg et dans d’autres villes écossaises, les purges s’inscrivaient dans le cadre d’une lutte de pouvoir plus large entre l’Église catholique et les réformateurs protestants inspirés par Martin Luther et Jean Calvin, les femmes innocentes étant prises pour cible afin de démontrer la sainteté de leur cause.

« Il y avait une fièvre absolue pour savoir qui était le plus proche de Dieu », dit Mme Venditozzi.

De même, M. Igwe s’est heurté à des pasteurs évangéliques du Nigéria qui, selon lui, ont lancé des allégations de sorcellerie pour gonfler leurs effectifs, prenant parfois d’assaut ses réunions pour mettre en garde contre les purges ou lançant des actions en justice pour le faire taire.

« Il y a beaucoup de groupes différents qui se disputent la légitimité et la pertinence et ils le font en identifiant les gens comme des sorciers », dit-il.

Leo Igwe, Université du Cap :

Bien que les Nations unies aient adopté l’an dernier une résolution appelant à la fin des procès en sorcellerie, ceux-ci se poursuivent dans certaines régions du monde, du Nigeria et de la Tanzanie à l’Inde et à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La semaine dernière, la commission juridique du Malawi a recommandé d’ajouter la sorcellerie au code pénal du pays, ce qui a inquiété les défenseurs des droits de l’homme. « Ne pas le faire, c’est ne pas reconnaître ce qui se passe dans la société », a-t-elle déclaré.

En Écosse, il a fallu des décennies pour que la chasse aux sorcières prenne fin.

Dans certains cas, les gens accusaient leurs voisins du crime pour régler leurs comptes. Selon les universitaires qui ont étudié le phénomène, une grande partie de l’aristocratie écossaise a soutenu les purges, espérant qu’elles accéléreraient le déclin de l’Église catholique et leur permettraient de s’emparer de ses terres.

D’autres, dont le roi Jacques, croyaient aux sorcières et ont mis au point ce qu’ils pensaient être des méthodes scientifiques pour les détecter, par exemple en les piquant avec de longues aiguilles pour voir combien elles saignaient. S’il n’y avait pas assez de sang, cela était considéré comme un signe certain que l’accusé était une sorcière.

Généralement, ils obtenaient les réponses qu’ils voulaient, comme ce fut le cas lors des audiences de North Berwick, le premier grand procès spectacle de l’époque.

L’enquête a commencé avec Geillis Duncan, une jeune femme qui travaillait comme servante dans la maison de David Seton, un allié du roi.

Après avoir eu vent qu’elle quittait secrètement la propriété la nuit, Seton a commencé à l’interroger. Des semaines plus tard, Duncan craque et avoue avoir invoqué les tempêtes qui avaient retardé le navire du roi en provenance du Danemark et avoir fait partie d’un complot visant à le tuer.

Elle a nommé plusieurs complices qui se seraient réunis près du port de North Berwick pour participer à un rite satanique, dont Agnès Sampson et un médecin, John Fian. Ils ont été arrêtés et torturés, leurs ongles brisés. Les cheveux d’Agnes Sampson furent rasés et elle fut attachée dans une cage en fer accrochée au mur de sa cellule à l’Old Tolbooth, dans la capitale, Édimbourg.

Le roi Jacques lui-même a participé à l’interrogatoire. Les comptes-rendus de l’époque affirmaient que Sampson avait raconté avec précision une conversation privée que le roi avait eue avec son épouse lors de leur nuit de noces – preuve, disait-on, qu’elle était vraiment une sorcière.

Agnes Sampson a ensuite été étranglée et brûlée près du château d’Édimbourg, avec de nombreuses autres personnes, de sorte qu’il n’y avait plus rien à enterrer. Fian a été brûlée vive sur le bûcher.

Une série d’autres purges ont balayé le pays au cours des 150 années suivantes avant que la manie ne commence à s’apaiser.

L’une des dernières victimes fut Lilias Adie, de Torryburn, qui fut arrêtée en 1704 et jugée après une série de maladies inexpliquées près de chez elle. Âgée d’environ 60 ans à l’époque, Adie a été interrogée pendant un mois, privée de sommeil, avant de finir par avouer avoir couché avec le diable.

Elle n’a jamais été condamnée, mourant en détention après s’être pendue, dit-on, avant de pouvoir être condamnée ou de donner le nom d’autres femmes.

Lilias Adie a été enterrée sur une plage sous une épaisse dalle de grès, la marée y entrant et sortant deux fois par jour – des limbes qu’aucun esprit ne pouvait traverser.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

21
0
Merci de nous apporter votre commentairex