Publié par Magali Marc le 9 janvier 2022

Selon les plus récents sondages, les électeurs américains ne se soucient pas de la commémoration des événements du 6 janvier 2021. Ce qui les intéresse, c’est l’intégrité des élections. Deux tiers des Américains pensent que la démocratie américaine est menacée. Les électeurs républicains et démocrates ont tous exprimé des doutes sur le système électoral. Un tiers des Américains continuent de croire que Joe Biden a remporté la présidence uniquement en raison de la fraude électorale. Une majorité d’Américains (80 %) sont favorables à l’obligation pour les électeurs de présenter une pièce d’identité avec photo pour pouvoir voter.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Monica Showalter, paru sur le site d’American Thinker, le 8 janvier.

*******************

Un sondage montre que le public ne croit pas au narratif du 6 janvier des Démocrates

Les Démocrates ont organisé un spectacle politique extravagant pour les électeurs sous prétexte de commémorer les événements du 6 janvier 2021.

Ils ont montré des témoignages de membres du Congrès qui étaient présents sur les lieux. Ils ont fait appel à des panels d’augustes et célèbres historiens. Ils ont fait venir des vedettes de Broadway, comme Lin Manuel Miranda de « Hamilton », créant ainsi un spectacle de type Academy Awards pour les téléspectateurs, comme l’a noté Andrea Widburg, rédactrice adjointe d’American Thinker. (L’ironie du fait qu’Hamilton soit un authentique révolutionnaire insurrectionnel leur a échappé).



En fait, les ironies ont abondé :

  • Ils ont fait venir Dick Cheney, un homme qu’ils considéraient jusqu’alors comme Satan en personne.
  • Ils ont participé à des cérémonies avec des bougies.
  • Il y a eu une réunion de «prière». Ils se sont agenouillés. Ils se sont inclinés. – Ils ont observé un moment de silence.
  • La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a vanté l’importance «historique» de ces cérémonies.
  • La présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, a parlé de la nécessité de «préserver le narratif» (NdT: à savoir que l’émeute du 6 janvier 2021 était une «insurrection» ).
  • D’autres discours, comme celui de la Vice-présidente des États-Unis en exercice, ont assimilé l’événement aux attaques de Pearl Harbor et du 11 septembre 2001.
  • Joe Biden lui-même a prononcé son discours le plus offensant, dénonçant haut et fort son prédécesseur, le Président Trump, et par voie de conséquence tous ceux qui ont voté pour lui, ainsi que les États qui ont adopté des mesures d’intégrité électorale à la suite de son élection frauduleuse.

Ces États, a-t-il insisté, sont des menaces pour la « démocratie ».

Ne vous souciez pas des types comme Zuckerbucks ( NdT: Mark Zuckerberg est le directeur général de Facebook) ou de l’enquête sur la récolte des bulletins de vote qui se déroule actuellement en Géorgie. Ne faites pas attention à cette « cabale bien financée » dont le magazine Time s’est vanté (https://time.com/5936036/secret-2020-election-campaign/).

Les Démocrates se sont contentés de se prélasser dans l’autosatisfaction et l’autopromotion, de bavarder et de se faire valoir comme étant les grands héros du panthéon démocrate : des victimes.

Il n’y a qu’un petit problème, cependant : Le public n’y croit pas.

Jonathan Turley (un avocat, juriste, et analyste juridique pour Fox News) a écrit sur son blogue que selon un récent sondage de CBS News :

« La majorité des gens ne croit pas qu’il s’agisse d’une « insurrection », malgré les répétitions de type mantra des membres du Congrès et des médias. Le public a vu ce jour terrible se dérouler il y a un an et l’a vu pour ce qu’il était : une manifestation qui s’est transformée en émeute.

Il n’est pas surprenant que ce sondage ait fait l’objet d’une faible couverture médiatique le jour où les journalistes et les commentateurs ont parlé de « l’insurrection » comme d’un fait indéniable. Pourtant, lorsque CBS a interrogé les Américains, ils ont reçu une réponse qui ne leur a probablement pas plu. En effet, CBS n’a pas mis de l’avant la réponse à la question de savoir si cette journée était vraiment une «protestation qui est allée trop loin». La réponse a été écrasante et non partisane. Quelque 76 % des personnes interrogées pensent qu’il s’agissait d’une manifestation qui est allée trop loin.
»

Donc, pas mal de gens ont perçu ce fracas comme je l’ai vu: une protestation devenue hors de contrôle, à cause de l’ineptie de la police et de l’échec des leaders du Congrès à se préparer.

Ces clowns ont provoqué une émeute, et veulent maintenant la commémorer pour l’éternité comme étant un acte d’héroïsme de leur part.

Ce que nous voyons, c’est que les Démocrates font la promotion d’un narratif auquel seulement 30% des Américains croient vraiment, afin de faire passer des changements de la loi électorale dont les gens ne veulent pas.

En fait, les électeurs ne se soucient pas de la commémoration des membres du Congrès qui se sont cachés sous leur bureau pendant que des énergumènes s’emparaient des lieux pour quelques heures. Ce qui les intéresse, c’est l’intégrité des élections, et ce n’est pas seulement vrai pour ceux qui votent républicain. Les partisans de Bernie Sanders, par exemple, savent que Joe Biden a volé la nomination démocrate de leur candidat, aussi sûrement que Biden a volé l’élection de Trump. Certains se méfient du système au complet.

C’est pourquoi nous voyons des sondages comme celui-ci :

« La foi de l’Amérique dans l’intégrité du système électoral reste ébranlée par les événements du 6 janvier, avec seulement 20% du public qui se dit très confiant dans le système, selon un nouveau sondage ABC/Ipsos. Il s’agit d’une baisse significative par rapport aux 37% d’un sondage ABC News/Washington Post réalisé dans les jours qui ont suivi l’«insurrection» de l’année dernière. » (ABC News, 6 janvier)

Et celui-ci :

« Mais avant le vote, près de 60 % de tous les Américains ont déclaré ne pas avoir confiance dans l’honnêteté des élections américaines, selon un sondage Gallup réalisé plus tôt cette année-là.
Un an plus tard, deux tiers des Américains pensent que la démocratie américaine est menacée, selon un sondage de CBS News. Cette crise de confiance dépasse le cadre d’un seul parti – les électeurs républicains et démocrates ont tous exprimé des doutes sur le système.» (CBS News, 6 janvier 2022)

Rien de surprenant à cela ? Les cérémonies extravagantes du 6 janvier 2022 ont servi principalement à rappeler au public que Joe a triché lors de son élection et qu’il est assis, sénile, dans son fauteuil présidentiel sur des votes volés.

Il y a aussi ce sondage de la firme Monmouth de juin 2021 :

« La plupart des Américains sont favorables à un accès plus facile au vote anticipé et à l’obligation de présenter une pièce d’identité avec photo pour voter, selon le sondage de l’Université Monmouth . Le public est plus divisé quant à l’expansion du vote par correspondance, bien qu’une majorité souhaite l’établissement de lignes directrices nationales pour les élections fédérales. Le sondage révèle également que seul un tiers du public pense que les « audits » des résultats des élections de 2020 sont des efforts légitimes pour découvrir des irrégularités. En outre, un tiers des Américains continuent de croire que Joe Biden a remporté la présidence uniquement en raison de la fraude électorale – une tendance constante depuis novembre qui souligne la cristallisation du profond clivage partisan de notre nation. Une grande majorité (71 %) du public estime que le vote anticipé en personne devrait être facilité. Seuls 16% disent qu’il devrait être rendu plus difficile. Les avis sont plus partagés en ce qui concerne le vote par correspondance : 50 % des personnes interrogées estiment qu’il devrait être facilité et 39 % qu’il devrait être rendu plus difficile. Dans le même temps, 4 Américains sur 5 (80 %) sont favorables à l’obligation pour les électeurs de présenter une pièce d’identité avec photo pour pouvoir voter. Seuls 18 % s’y opposent. »

Et ceci, d‘ABC News en octobre dernier, citant Scott Rasmussen de Ballotpedia :

«  »Seuls 26% des électeurs, soit un sur quatre, pensent que les deux dernières élections présidentielles ont été attribuées au bon gagnant », a déclaré Scott Rasmussen à Jan Jeffcoat du National Desk mercredi matin. « 77% des électeurs disent que oui, nous avons besoin d’une réforme avant 2022 lors des élections de mi-mandat ». La réforme du vote est devenue une question bipartisane, selon Rasmussen.
« Les deux partis sont favorables à la réforme électorale, c’est juste la façon dont vous définissez la réforme », a déclaré Rasmussen. « Les électeurs veulent s’assurer qu’ils peuvent compter sur les résultats. Pour croire aux résultats, ils veulent être sûrs que tout le monde a une chance de voter. »
Rasmussen dit qu’il y a un appui général des électeurs pour des choses comme faire du jour du scrutin un jour férié national et permettre le vote anticipé.
« Il y a trois dispositions très, très impopulaires dans le H.R.1 » ( NdT: La loi électorale que les Démocrates tentent de faire adopter par le Congrès), a déclaré Rasmussen. 70 % des électeurs rejettent la législation qui interdirait aux États d’exiger une carte d’identité avec photo avant de voter. 59 % des électeurs sont opposés à l’interdiction faite aux États de radier des listes électorales les personnes décédées ou ayant déménagé dans les mois précédant une élection. Enfin, 74 % des électeurs estiment que tous les bulletins de vote devraient être déposés avant le jour du scrutin.
« Parmi les personnes qui ont effectivement voté par correspondance, 73 % sont d’accord avec l’idée que leurs bulletins de vote devraient être reçus avant le jour du scrutin », a déclaré M. Rasmussen.
»

Et cette tendance, telle que rapportée par le Washington Post en octobre dernier :

« Judy Brown, la Secrétaire générale du comté de Loudoun, ne se souvient pas d’avoir vu beaucoup de surveillants de bureaux de vote pendant le vote anticipé l’année dernière – ils ne se manifestent généralement que le jour du scrutin, principalement lors des élections présidentielles.
Mais les choses ont changé.
« Cette année, dit-elle, nous avons eu des observateurs de bureaux de vote ici tous les jours, toute la journée, pour observer le processus de ce qui se passe. »
»

Les Démocrates, en mettant en place leur spectacle larmoyant sur le 6 janvier 2021, se sont eux-mêmes marginalisés avec cette idiotie. Ils sont si arrogants qu’ils ne peuvent pas voir qu’ils ne sont pas en phase avec les électeurs. Ils sont incapables de corriger le tir et ils réagissent à la méfiance du public à leur égard en exagérant encore plus.

D’une certaine manière, c’est de la stupidité, étant donné qu’ils sont tellement en décalage avec les souhaits des électeurs. Mais obtenir le pouvoir en trichant semble maintenant être leur façon de faire les choses, alors cela ne les dérange pas. Cela peut fonctionner pendant un certain temps, mais ces sondages montrent que les électeurs les ont démasqués. Ils ne peuvent pas tricher si les marges sont importantes, et les sondages montrent qu’elles le sont.

Pauvres idiots, ils font pitié avec leur ridicule cavalcade de célébrités et leur charabia du 6 janvier.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex