Publié par Magali Marc le 20 janvier 2022

Les médias gauchistes tentent de monter en épingle une supposée querelle entre le Gouverneur de la Floride, Ron DeSantis et le Président Donald Trump. Le New York Times, le Daily Beast et Axios, entre autres, cherchent à détourner l'attention des lecteurs de la forte baisse de popularité du président Biden et de ses nombreux échecs. L'ex-chef de cabinet du président Trump, Mark Meadows, a déclaré que c'est à Donald Trump « qu'il revient de décider s'il se présente ou non à la présidence, mais (...) s'il le fait, ce ne sera pas Ron DeSantis qui le défiera. Ce seront les médias qui essaieront de créer ce conflit qui, de toute évidence, n'existe pas.» Selon Breitbart News, Donald Trump et Ron DeSantis ont tous deux déclaré que cette dispute est fabriquée de toutes pièces par les médias.

Pour les lecteurs de Dreuz, j'ai traduit l'article de Rajan Laad, paru sur le site d'American Thinker, le 19 janvier.

*********************

Les propagandistes démocrates tentent d'instiguer une querelle entre Trump et DeSantis

Dire que l'avenir des Démocrates s'annonce sombre est un euphémisme. Depuis près d'un an, depuis que Joe Biden occupe la Maison-Blanche, les Démocrates vont d'une catastrophe à l'autre.

  • L'inflation n'a jamais été aussi élevée depuis 39 ans, tandis que la crise de la chaîne d'approvisionnement a entraîné une pénurie de produits de base essentiels.
  • L'afflux d'étrangers en situation irrégulière est un fardeau et un risque pour la sécurité des citoyens.
  • Les cas de COVID-19 continuent d'augmenter, et Joe Biden a baissé les bras.
  • La Cour suprême a bloqué le mandat «vaccin ou test» de Joe Biden pour les grands employeurs.
  • La Sénatrice Kyrsten Sinema a rejeté l'appel de M. Biden à abandonner la règle du filibuster du Sénat qui aurait permis aux Démocrates de faire passer un projet de loi sur les droits de vote, mettant fin à tout espoir pour ce projet.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



En conséquence, les taux d'approbation respectifs de Joe Biden et de Kamala Harris n'ont jamais été aussi bas. Même leurs propagandistes, c'est-à-dire les médias d'information, ont du mal à dissimuler ce désastre.

Si les élections se déroulent équitablement, une déroute des Démocrates en novembre lors des élections de mi-mandat est assurée.

Mais au lieu de prendre des mesures correctives afin d'atténuer un désastre imminent, les Démocrates poursuivent leur sinistre route.

  • Ils utilisent abusivement les diverses agences gouvernementales pour persécuter leurs opposants politiques et les qualifier de terroristes nationaux.
  • La Commission manifestement partisane chargée d'enquêter sur la prétendue «insurrection» du 6 janvier 2021 existe pour empêcher le Président Trump de se représenter à la présidence en 2024.

De l'inflation record à la persécution des opposants politiques, Joe Biden et les Démocrates donnent aux Américains un aperçu de la vie dans un pays totalitaire du tiers-monde.

Ils passent du sinistre au sournois.

Ils savent que leurs deux principaux adversaires, au-delà des groupes conservateurs et du GOP, sont le Président Donald Trump et le Gouverneur de la Floride Ron DeSantis. Ils ont tenté de les démolir par le passé, mais ont échoué de manière spectaculaire.

Il semble qu'un nouveau stratagème ait été mis au point pour provoquer une querelle entre les deux messieurs.

Dans une interview récente accordée à la chaîne One America News, Trump a déclaré qu'il avait reçu sa dose de rappel et il a dit : « J'ai regardé quelques politiciens être interviewés et l'une des questions était : " Avez-vous reçu une dose de rappel ? ". Parce qu'ils ont eu le vaccin et ils répondent comme - en d'autres termes, la réponse est 'oui' mais ils ne veulent pas le dire, parce qu'ils n'en ont pas le courage. »

Les médias démocrates ont interprété cette réflexion comme étant une attaque voilée de Ron DeSantis.

Ils ont ensuite prétendu que le Président Trump avait traité Ron DeSantis d'ingrat ayant une «personnalité ennuyeuse» et n'ayant aucune chance réaliste de le battre dans une éventuelle confrontation en 2024. Évidemment, ces affirmations sont basées sur des «sources» anonymes et auraient été faites «en privé».

Comme l'avait noté le Président Trump, en 2018: « quand vous voyez «source anonyme», arrêtez de lire le reportage, c'est de la fiction. »

Lors d'une récente interview en podcast, M. DeSantis a déclaré qu'il regrettait de ne pas s'être prononcé avec force contre le confinement fédéral dès le début de la pandémie en 2020, car il n'avait pas compris l'ampleur que prendraient ces mesures. M. DeSantis s'en est pris au Dr Anthony Fauci, l'accusant de s'appuyer sur des données provenant de Chine qui n'étaient pas dignes de confiance tandis que les ordres de confinement fédéraux prenaient le pays d'assaut.

Les médias démocrates y ont vu une subtile raillerie visant le Président Trump.

M. DeSantis a bel et bien déclaré en octobre dernier qu'il ne prévoyait pas de se présenter à la présidence en 2024. Mais depuis quand les Démocrates permettent-ils aux faits d'avoir un impact sur leur narratif propagandiste ?

C'est la raison pour laquelle les organes de presse démocrates, tels que le New York Times et le Daily Beast, déclarent joyeusement qu'une bataille royale se dessine entre le Président et le Gouverneur pour la nomination d'un candidat à la présidence du GOP.

Ils ont regardé avec joie le président Trump battre ses rivaux du GOP tels que Jeb Bush, Marco Rubio, Ted Cruz, etc. lors des primaires de 2015.

Ils savent qu'ils ne peuvent pas nuire à M. DeSantis, qui a fait du bien à son État malgré la pandémie. Ils espèrent que le Président Trump le fera pour eux en 2023. Un Républicain qui s'en prend à un autre Républicain, ce qui finit par diviser le vote pendant la compétition principale, voilà de quoi les faire saliver.

C'est un stratagème mesquin et sournois de la part des Démocrates, et il faut espérer que les deux hommes ne tomberont pas dans le panneau.

Devraient-ils faire ensemble une déclaration afin de ridiculiser ces histoires lors d'une apparition commune ?
Bien qu'il ne soit pas nécessaire de réagir à toutes les fantaisies d'un agent démocrate pour interpréter les nouvelles, dans ce cas, une réfutation catégorique serait idéale.

À ce stade, même la seule apparence d'une rupture, même si elle est fictive, est mauvaise pour le GOP. M. DeSantis a déjà rejeté ces rumeurs.

Le GOP a désespérément besoin que le Président Trump, le Gouverneur DeSantis, le Gouverneur Glenn Youngkin de Virginie et tous les Républicains libres-penseurs à Washington et au-delà travaillent en équipe afin de combattre l'Establishment démocrate de Washington.

Espérons que tous les membres du GOP se souviendront que pour sortir victorieux de cette bataille, ils doivent être unis.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Les cadeaux parfaits pour commencer l'année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz