Publié par Magali Marc le 21 janvier 2022

À part quelques chroniqueurs telle que la Never-Trumper Ann Coulter, ou Kurt Schlichter et Larry O'Connor, de Townhall, la plupart des analystes conservateurs ne sont pas tombés dans le piège des médias qui, afin de distraire les Américains des gaffes et erreurs de Joe Biden, ont cherché à opposer Donald Trump et Ron DeSantis, en montant en épingle certaines de leurs réflexions récentes. Au cours d'un appel téléphonique avec des médias conservateurs, Donald Trump a tenu à dissiper les récentes rumeurs médiatiques concernant cette prétendue prise de bec avec Ron DeSantis, affirmant que sa relation avec le Gouverneur du Sunshine State est « très bonne. »

Pour les lecteurs de Dreuz, j'ai traduit l'article de Mollie Hemingway, paru sur le site de The Federalist, le 20 janvier.

*****************

Pourquoi la tentative des médias de diviser DeSantis et Trump ne fonctionne pas

Une escroquerie ne peut pas fonctionner quand personne n'y croit.

Ce n'est pas un hasard si les médias de masse tentent d'opposer l'ex-Président Donald Trump et le Gouverneur de la Floride Ron DeSantis.

Parmi les Républicains, l'ex-Président et l'actuel Gouverneur de la Floride sont populaires pour leurs politiques et leur volonté de combattre les médias. Donc, ils représentent une menace pour l'Establishment.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Mais même si les Anti-Trump dans les médias qui ont dirigé l'opération se croient bien malins, aucun des principaux Républicains n'a mordu à l'hameçon, comprenant que cela ne sert que les intérêts de leurs adversaires politiques de les voir se chamailler.

Néanmoins, il est intéressant de voir comment cela s'est passé.

Lorsque Donald Trump a fait une remarque désinvolte sur le fait que les politiciens qui ne voulaient pas dire s'ils avaient reçu le booster étaient des «dégonflés», les médias ont prétendu, sans preuve, qu'il partait en guerre contre Ron DeSantis.

Puis, lors d'une interview amusante et tapageuse de Ruthless Podcast, on a posé à DeSantis une question extrêmement tendancieuse.

« Une chose que je dois soulever en termes de politique nationale ... Vous êtes, en ce moment, en tête de presque tous les sondages pour l'investiture républicaine pour la présidence. Je suis très intéressé d'entendre ce que vous en pensez », a demandé l'un des animateurs au Gouverneur DeSantis.

Or c'est complètement faux.

Voici par exemple, un sondage du mois dernier qui montre que Donald Trump domine absolument parmi les électeurs républicains :

Compte Twitter de Poll Tracker (Sondage Harris Poll du 9 décembre 2021)
Sondage sur la primaire nationale républicaine pour 2024 :

  • Trump 67%
  • Pence 9%
  • DeSantis 8 %
  • Haley 4%
  • Rubio 3%
  • Cruz 3%
  • Pompeo 1%
  • T. Scott 1% .

Sans Trump :

  • DeSantis 30%
  • Pence 25%
  • Cruz 13%
  • Rubio 8%
  • Haley 7 %
  • Pompeo 4 %
  • T. Scott 4 %.

Impopulaire auprès de l'Establishment de Washington, l'ex-Président demeure très populaire auprès des électeurs républicains.

Maintenant, si on demande aux républicains qui ils choisiraient si Donald Trump décidait de ne pas se présenter, il est vrai que Ron DeSantis est en bonne position.

Mais la question de l'animateur du podcast était grotesque.

Ron DeSantis a répondu en disant qu'il est candidat pour être réélu en tant que gouverneur de Floride cette année, et qu'il fait simplement son travail et essaie de faire avancer les choses de manière proactive et pas seulement réactive.

Les podcasters de Ruthless Podcast ont insisté, alléguant que les médias « essaient de creuser un fossé entre vous et l'un de vos électeurs ici en Floride, l'ex-Président Trump. Y a-t-il une quelconque animosité ? Quelle est la nature de cette relation ? Chaque article qu'ils essaient de publier ces jours-ci cherche à créer des problèmes. Je veux savoir à quoi ressemble cette dynamique. »

Ron DeSantis est demeuré ferme :

« C'est ce que font les médias et vous ne pouvez pas mordre à l'hameçon. Vous savez ce qu'ils essaient de faire. Alors ne vous laissez pas faire. »

Il a ajouté que les Républicains doivent rester unis afin de remporter l'importante élection plus tard cette année, et doivent se concentrer sur le fait de ne pas seulement combattre mais de battre la gauche.

« Nous avons besoin de tout le monde à bord. Pas seulement les républicains, mais aussi les indépendants », a-t-il déclaré, notant que même les électeurs démocrates voient ce que fait Joe Biden et disent que ce n'est pas ce qu'ils veulent. « Nous avons l'occasion d'élargir notre coalition ».

Malgré ces remarques très claires, les médias ont immédiatement tenté de suggérer qu'il était en guerre contre Donald Trump.

Plus tard lors de l'interview, il a dit qu'il aurait souhaité avoir combattu les confinements plus tôt - un sentiment qu'il a exprimé à plusieurs reprises au moins depuis avril dernier. Cette fois, cependant, les médias ont essayé de présenter ce sentiment comme une contre-attaque sournoise visant Donald Trump.

Cela a suffi pour qu'Allahpundit, l'un des blogueurs NeverTrump du blogue Hot Air, écrive une texte de fiction décousu sur la prétendue querelle entre les deux hommes politiques, même s'il s'est demandé avec humour s'ils ne coordonnaient pas « toute cette querelle en coulisses afin de donner à M. Trump un prétexte pour paraître plus raisonnable au sujet du COVID ».

Concernant cette, euh, brillante analyse, Maggie Haberman du New York Times a écrit avec enthousiasme: « Si vous ne lisez pas @allahpundit, vous ratez certaines des choses les plus intelligentes qui sont dites ces jours-ci.»

Ce prétendument brillant pontife a écrit : « La déclaration de M. Trump en colère qui répond à cela devrait rester dans les mémoires. »

Au lieu de cela, l'équipe de Donald Trump a fait savoir qu'elle supposait que toute l'opération médiatique visant à creuser un fossé entre les deux hommes avait été montée par Mitch McConnell, qui est extrêmement proche des podcasters de Ruthless Podcast.

Le Sénateur Lindsay Graham a récemment averti le Sénateur McConnell qu'il devait se réconcilier avec Donald Trump, le chef du Parti Républicain, s'il voulait redevenir chef de la majorité :

« Si vous voulez être un leader républicain à la Chambre ou au Sénat, vous devez avoir une relation de travail avec Donald Trump », a déclaré M. Graham (Républicain de la Caroline du Sud), sur Fox News mercredi soir (le 19 janvier).

« Il est le républicain le plus important depuis Ronald Reagan. La nomination est sienne s'il la veut, et je pense qu'il sera réélu en 2024. J'aime bien le sénateur McConnell, il a bien travaillé avec le Président Trump pour faire nommer un certain nombre de juges, dont trois juges de la Cour suprême, et ils ont réussi à faire adopter les réductions d'impôts en travaillant ensemble. Mais voici la question : le sénateur McConnell peut-il travailler efficacement avec le leader du Parti Républicain, Donald Trump ? Je ne voterai pas pour quelqu'un qui n'est pas capable d'avoir une relation de travail avec le Président Trump, de former une équipe pour proposer un programme "America First", de montrer la différence entre nous et les démocrates gauchistes, de défendre les politiques de M. Trump... parce que si vous ne pouvez pas faire cela, vous échouerez. Je vous le dis. »

Il est juste de dire que, même si Donald Trump a réussi à transformer certaines politiques et approches du parti, l'Establishment républicain à Washington considère sa présidence comme ayant été une simple interruption de son contrôle sur le parti.

Les Républicains de l'Establishment n'ont pas particulièrement apprécié l'accent qu'il a mis sur les préoccupations de la classe ouvrière et son éloignement de la politique étrangère interventionniste.

Ils n'ont pas disparu, et ils sont à l'affût afin de reprendre leur place à la table à laquelle ils pensent avoir droit. À cette fin, le succès continu du populisme conservateur est considéré comme une menace. Ils savent que les électeurs aiment MM. Trump et DeSantis, alors ils espèrent diviser l'un ou les deux hommes de l'électorat républicain.

Que cela vienne des médias ou des figures de l'Establishment, une lutte entre M. Trump contre M. DeSantis à ce stade ne peut que servir les ennemis politiques des électeurs conservateurs.

Ils devraient tenir compte de l'encouragement de Ron DeSantis à se concentrer sur le travail nécessaire pour obtenir des victoires électorales en novembre.

Si les électeurs républicains veulent davantage de politiciens comme MM. Trump et DeSantis, et c'est clairement le cas, ils devraient s'assurer de les nommer lors des primaires clés avant l'élection de novembre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Thefederalist

Les cadeaux parfaits pour commencer l'année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz