Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 janvier 2022

Je m’excuse auprès des lecteurs qui ne me pardonnent pas de faire honnêtement mon métier de journaliste parce qu’ils n’aiment pas lire certaines informations : le vaccin m’a fait muter, je suis devenu politiquement incorrect.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Un ami, vacciné lui-même et père de deux enfants, était très réticent sur la vaccination des enfants. Il attendait. Quoi ? D’en savoir plus. D’avoir plus de recul. Quelques mois sont passés et nous avons les résultats, qu’il m’a transmis. Les chiffres viennent du site VAERS, le programme américain de signalement des effets négatifs des vaccins.

Beaucoup, parmi les antivax, n’ont pas confiance dans le gouvernement (pourtant, ils veulent un gros gouvernement, un Etat-maman très puissant qui paye leur retraite, les assure et les soigne en cas de maladie, leur apporte des avantages et des « aides », des « avantages acquis »).

Je le dis détendu : je suis comme eux. Je n’ai jamais eu confiance dans le gouvernement français, alors j’ai quitté la France, parce que je ne voulais pas qu’il décide pour moi, je ne voulais pas qu’il me prenne en charge et m’impose ses décisions dans les domaines qui me touchent de près, et que je comprends beaucoup mieux que lui.

Les données présentées ici viennent du site VAERS donc, qui permet à tout citoyen de rapporter les effets indésirables des vaccins, et permet d’informer les autorités qui ensuite examinent et traitent les données.

Les antivax ont généralement confiance dans les chiffres de VAERS, c’est pourquoi j’ai choisi de les citer.

Les dernières données américaines indiquent 11 cas de myocardites post-vaccinales bénignes (à résolution rapide et sans complication) (1 et 2) sur près de 8 millions de doses pédiatriques administrées.

Analyse des données issues du site de VAERS

1 – Effets indésirables

  • Du 3 novembre au 19 décembre 2021, VAERS a reçu et traité 4 249 déclarations d’effets indésirables suite à la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans ayant reçu le Pfizer-BioNTech COVID-19.
  • L’âge médian des enfants était de 8 ans.
  • 1 896 (44,6 %) des déclarations concernaient des garçons.

2 – Troubles graves

  • 100 cas (2,4 %) concernaient des troubles graves, moyenne d’âge, 9 ans, 61 % de garçons.
  • Les troubles graves étaient :
    • la fièvre (29 cas ; 29,0 %),
    • les vomissements (21 cas ; 21,0 %) et
    • l’augmentation de la troponine (15 cas ; 15,0 %)

3 – Crise épileptique

  • Il y a eu 12 signalements graves de crise épileptique.
  • Cela s’est manifesté ainsi :
    • 1 enfant a subi une syncope (faussement considérée d’abord comme une crise épileptique),
    • 1 enfant a failli subir une syncope,
    • 2 enfants ont subi une convulsion fébrile,
    • 1 enfant avait des antécédents de crise épileptique,
    • 2 enfants avaient un trouble convulsif potentiellement évolutif, et
    • 5 enfants ont subi des convulsions d’apparition récente.

4 – Myocardite

Parmi les 15 rapports préliminaires de myocardite identifiés sur VAERS au cours de la période d’analyse, 11 ont été vérifiés et confirmés (par un entretien avec le prestataire ou un examen du dossier médical) et répondaient à la définition de cas de myocardite.

  • Sur ces 11 enfants,
    • 7 se sont rétablis,
    • 4 étaient en voie de rétablissement au moment du rapport.

5 – Enfants morts du vaccin

Le VAERS a reçu deux rapports de décès d’enfants morts du vaccin pendant la période d’analyse, et les deux cas sont en cours d’examen. Ce qu’on sait pour l’instant par les déclarations volontaires que les familles ont remplis sur le site de VAERS :

  • Ces décès sont survenus chez deux filles, âgées de 5 et 6 ans.
  • Elles avaient toutes les deux des antécédents médicaux compliqués et étaient de santé fragile avant la vaccination.
  • Aucune des données ne suggère pour l’instant un lien de cause à effet entre le décès et la vaccination.

Conclusion

Suite à la parution de ces rapports, mon ami a décidé de vacciner ses enfants. Pourquoi ? Parce qu’il a pesé les risques et les avantages, et a fait le calcul mathématique suivant :

  • 11 cas de myocardite sur 8 millions d’enfants vaccinés, dont 7 sont guéris.
  • 2 enfants vaccinés sont morts – en cours de vérification – qui avaient des comorbidités graves.
  • 218 enfants sont morts du coronavirus sur 73 millions d’enfants. (3)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous