Publié par Gaia - Dreuz le 17 janvier 2022

Source : Jforum

L’état calamiteux de la France doit absolument être masqué par le covid. C’est ce à quoi a intérêt Macron, car l’état de la France est au plus mal, et il pourrait empirer avec la hausse des taux qui rendrait la dette de la France insupportable. Le covid ne sera qu’une plaisanterie face à la crise économique qui pointe. Aussi il doit retarder sa candidature au maximum pour éviter de parler de son bilan.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Dette, chômage, impôts, illettrisme… La vérité sur l’état de la France par Agnès Verdier-Molinié.

Agnès Verdier-Molinié, née le 26 décembre 1978 à Talence, est une lobbyiste de droite libérale, essayiste et figure médiatique française.

Dans un essai incisif à paraître le 19 janvier, Agnès Verdier-Molinié dénonce le grand décrochage de la France. Entretien avec la directrice de la Fondation Ifrap et extraits, en avant-première, de son livre Le vrai État de la France.

À force de repousser sans cesse les réformes, de dépenser sans compter et de s’endetter comme jamais, la France est en train de décrocher par rapport aux autres pays de taille comparable, prévient Agnès Verdier-Molinié qui dénonce l’omerta régnant sur l’état véritable de notre pays à l’approche de l’élection présidentielle. Voilà des années que la directrice de la Fondation Ifrap tire la sonnette d’alarme. En vain, même si les politiques en mal d’inspiration sont de plus en plus nombreux à venir consulter ce think tank libéral qui n’a de cesse de mettre en évidence les failles des administrations, les travers des politiques publiques, le poids des impôts qui décourage d’entreprendre, d’investir voire de s’enrichir en France.

Au fil de son diagnostic, Agnès Verdier-Molinié pointe, chiffres à l’appui, d’autres écueils qui sont, pour elle, autant de signes annonciateurs du déclin de la France: le développement de la pauvreté, le sentiment croissant d’insécurité, le nombre toujours plus inquiétant de laissés-pour-compte du système éducatif, l’essor de l’économie parallèle et de la fraude, la perte de contrôle des flux migratoires… Malgré tout, Agnès Verdier-Molinié garde l’espoir, confiante dans l’avenir et les capacités de notre pays. Mais «c’est maintenant qu’il faut faire le job», prévient-elle, soufflant au passage quelques pistes de réformes à celui ou celle qui, dans quelques mois, dirigera la France.

LE FIGARO. – Dans votre livre, vous dressez un portrait sombre de l’état de la France. Ne craignez-vous pas de jouer les cassandres?

Agnès VERDIER-MOLINIÉ. – Tout indique malheureusement que la France est en train de décrocher des pays cœur de la zone euro. Notre pays est engagé dans une sorte de fuite en avant. Il est devenu celui qui dépense le plus, taxe le plus, emprunte le plus sans pour autant parvenir à faire baisser durablement la pauvreté, le chômage ou encore le sentiment d’insécurité qui mine le quotidien des Français. L’inquiétude monte chez un certain nombre de responsables, notamment parmi les grands patrons. Si nous ne réagissons pas, nous risquons de devenir le maillon faible de l’Europe. Les Français ont le droit de savoir. Ils doivent pouvoir aller voter en connaissance de cause. C’est pour eux que j’ai écrit mon livre, qui se veut un audit réaliste et précis de l’état de la France, mais aussi un appel au sursaut.

Pourtant, tout n’irait pas si mal selon le gouvernement: la croissance est repartie, le chômage a baissé…

Une sorte de brouillard masque la situation économique réelle de notre pays. À entendre certains ministres, la crise serait déjà derrière nous, le pouvoir d’achat n’aurait jamais autant grimpé depuis l’élection d’Emmanuel Macron, la croissance serait la meilleure de tous les pays d’Europe, le chômage serait maîtrisé et les impôts n’auraient jamais autant baissé. Bref, nous serions sur le point de vivre une reprise digne des Trente Glorieuses! Il est clair qu’à l’approche de l’élection présidentielle, nous sommes entrés dans la phase de «préparation de la mariée». La réalité est cependant bien différente. Les presque 7% de croissance en 2021, dont le gouvernement s’enorgueillit, correspondent en partie à de la croissance dopée à la dépense publique, financée à crédit par de la dette. Il ne s’agit pas d’une croissance pérenne fondée sur de l’investissement.

Souvent, on découvre ce qui a été mis sous le tapis après l’élection

Agnès Verdier-Molinié

Et qu’en sera-t-il en 2022? Nous ne sommes même pas certains de pouvoir compter sur les 4% de croissance sur lesquels table le gouvernement. La Banque de France ne vient-elle pas de réviser ce chiffre à 3,6%? Tout cela me fait penser à ce qui s’est passé avec le Conseil d’orientation des retraites, lors de la précédente élection. En juin 2016, on nous assurait qu’il n’y avait plus aucun problème de financement des pensions, que tout était réglé ou presque. Et un an plus tard, en juin 2017, on apprenait que le déficit des retraites se situerait entre 10 et 30 milliards d’euros par an d’ici à 2030! Souvent, on découvre ce qui a été mis sous le tapis après l’élection.

Denis Olivennes, qui a lu votre livre, y voit un réquisitoire contre Emmanuel Macron. Est-ce le cas ?

Il se trompe: mon livre ne cherche à accuser personne, ni à trouver un bouc émissaire. C’est un diagnostic fondé sur des faits, des constats, des chiffres. Il se veut le plus objectif possible. Comme je le montre dans le livre, la responsabilité est largement partagée: politiques, gestionnaires publics, syndicats… Toutefois, il faut bien admettre que, durant ce quinquennat, la France ne s’est pas réindustrialisée comme il aurait été urgent de le faire et qu’elle s’est plus endettée que la plupart de ses voisins.

Quant aux impôts, s’ils ont baissé pour certains contribuables et surtout pour les entreprises, cela risque de ne pas durer longtemps. Les dépenses publiques ayant atteint des niveaux stratosphériques, sans réformes de fond, on perpétuera les mêmes erreurs: les financer par du déficit, de la dette et, in fine, une fiscalité plus lourde.

La déception est grande également en ce qui concerne les réformes. Celle des retraites reste à faire, tout comme la cure d’amaigrissement qui nous avait été promise dans la fonction publique. Où sont les 120.000 suppressions de postes annoncées? Entre 2017 et 2022, les dépenses de personnel du secteur public auront dérivé de plus de 22 milliards!

À la décharge d’Emmanuel Macron, il faut bien reconnaître que la situation n’était pas reluisante lorsqu’il est arrivé à l’Élysée.

C’est vrai, la France était déjà la championne du monde des prélèvements obligatoires et de la dépense publique en 2017. La chute du nombre d’emplois dans l’industrie ne date pas d’hier, mais a commencé dans les années 1980, tout comme celle du nombre d’heures travaillées par les Français. La France traîne un certain nombre de difficultés et de pesanteurs qui se sont accumulées au fil des décennies. Tout a commencé après-guerre, avec l’instauration d’un statut de la fonction publique d’État et l’octroi d’un pouvoir très important aux syndicats. Cela a continué avec la mise en place de la retraite à 60 ans et du statut de la fonction publique territoriale et hospitalière sous François Mitterrand ou encore les 35 heures sous Lionel Jospin…

Comment espérer une prospérité écono­mique dans le pays qui travaille le moins par habitant ?

Agnès Verdier-Molinié

Faut-il s’étonner, après, que la France travaille 7 milliards d’heures par an de moins que la moyenne des pays comparables? Comment espérer une prospérité économique dans le pays qui travaille le moins par habitant et où l’absentéisme bat tous les records avec en moyenne 25 jours d’absence par an dans le secteur public et 17 dans le privé?

La crise sanitaire a-t-elle accéléré le décrochage de la France ?

La France est l’un des pays européens qui a le plus stoppé son économie en raison de la pandémie. C’est un choix qui s’est révélé très coûteux. Quand les Allemands faisaient tourner leurs usines, beaucoup, en France, étaient à l’arrêt. En 2020, la création de richesse française a chuté de 7,9% ; c’est beaucoup plus qu’en Allemagne (- 4,6%), aux Pays-Bas (- 3,8%), au Danemark (- 2,1%)… Mais je crois que c’est surtout dans les esprits que les conséquences de ce choix seront les plus lourdes. En optant pour la mise à l’arrêt de l’économie française et une politique d’open bar en matière de dépenses publiques, le gouvernement a profondément contribué à la dévalorisation de la valeur travail. L’idée est désormais solidement ancrée dans les esprits que l’État peut tout payer pour les entreprises ou les salariés en chômage partiel.

Le poids de l’endettement de notre pays est-il préoccupant ?

C’est l’un des sujets les plus inquiétants pour l’avenir. À 2950 milliards d’euros, la dette publique française, qui représente désormais 114% du produit intérieur brut (PIB), atteint un niveau inégalé dans l’histoire de la Ve République. Et nous allons devoir continuer à emprunter dans les années à venir, à hauteur de 1 milliard d’euros par jour, pour faire «rouler» la dette, c’est-à-dire ne pas rembourser le capital emprunté sur les marchés quand sonne l’heure de l’échéance. Notre dette – dont la Chine détient entre 200 et 300 milliards d’euros, ce qui, au passage, nous place dans une embarrassante situation de dépendance! – va devenir notre croix et celle des générations qui suivront! Sans compter qu’au premier mouvement sur les taux d’intérêt, la situation va se corser. La France risque de payer cher sa politique du «quoi qu’il en coûte».

Nous sommes aujourd’hui le premier emprunteur de la zone euro

Agnès Verdier-Molinié

Beaucoup d’autres pays se sont endettés pour faire face à la crise…

Aucun de nos partenaires européens ne se trouve aujourd’hui avec plus de 700 milliards de dette en plus en cinq ans. Nous sommes aujourd’hui le premier emprunteur de la zone euro. Sans l’action de la BCE, qui rachète nos dettes, nous serions dans une situation financière dramatique. Certes, même des pays habitués à une gestion parcimonieuse des deniers publics ont ouvert les vannes pour soutenir leur économie, comme l’Allemagne ou les Pays-Bas. Mais, outre-Rhin, la dette culmine à 69,2% du PIB. Les Allemands se sont proportionnellement moins endettés que nous face à la pandémie, mais surtout ils étaient moins endettés au départ, avant que la crise sanitaire ne surgisse.

Notre économie aurait été plus forte pour affronter la crise si les réformes promises par Emmanuel Macron avaient été engagées durant les 100 premiers jours qui ont suivi son élection. Or, les premières décisions du président de la République ont consisté à repousser la réforme des retraites, puis à enterrer le rapport CAP 2022 supposé chiffrer les économies à réaliser sur les dépenses publiques. Il n’y avait pas la volonté de remettre au carré les missions de l’État et d’assainir la gestion des finances publiques.

Vous montrez que la France ne parvient pas à lutter contre la pauvreté, l’illettrisme, l’insécurité… Est-ce le signe d’un décrochage ?

Un jeune sur 10 ne lit pas correctement, un sur 20 est illettré. Voilà des chiffres qui étonnent dans un pays qui dépense autant d’argent pour l’éducation de sa jeunesse. C’est bien le signe que quelque chose ne fonctionne pas, ou plus, dans notre système éducatif dont 100.000 jeunes sortent chaque année sans aucun diplôme!

En matière de lutte contre la pauvreté, la situation est là aussi inquiétante: la France compte 27.000 sans-abri et 300.000 sans domicile fixe. Est-ce normal dans un pays où les dépenses sociales représentent 32% de la richesse nationale?

En ce qui concerne l’insécurité, les statistiques montrent clairement une aggravation de la situation, comme si l’État se révélait de plus en plus impuissant face à la montée des crimes et délits, le développement des zones de non-droit et de l’économie grise qui représente l’équivalent de 11% du PIB, mais aussi l’immigration clandestine. La France compterait environ 500.000 illégaux dont un grand nombre travaillent de façon non déclarée, soit sur des emplois classiques, soit sur des jobs précaires issus d’activités illégales. C’est beaucoup plus qu’en Allemagne par exemple, où ils sont environ 354.000 illégaux. Mais comment en serait-il autrement alors que la France ne maîtrise pas ses flux migratoires et qu’elle ne fait pas respecter les décisions de retour aux frontières? Sur 122.839 obligations de quitter le territoire français (OQTF) prononcées en 2019, seulement 18.906 ont été appliquées.

Un sursaut français est-il possible ?

J’en suis convaincue, mais c’est maintenant qu’il faut faire le job. Après, il sera trop tard. La France est à la croisée des chemins. Pile, elle continue à décrocher et se laisse encore plus distancer par les Allemands, les Néerlandais, les Suédois, les Danois, ou qui que ce soit d’autre en Europe. Face, elle redresse la barre et retrouve son rang de grande puissance.

Les mesures à adopter sont simples. Elles se résument à trois grands principes. 1) Travailler plus et plus longtemps, notamment en reculant l’âge de la retraite à 67 ans progressivement jusqu’en 2030 et en supprimant les majorations sur les heures supplémentaires jusqu’à 40 heures par semaine. 2) Équilibrer les comptes de la nation, en baissant les dépenses publiques entre 80 et 100 milliards d’euros et les impôts de 60 à 70 milliards à l’horizon 2030. L’effort à faire n’a rien d’impossible: il a été accompli avec succès par certains de nos voisins du nord de l’Europe. Si la France était dans la moyenne de la zone euro, elle dépenserait 262 milliards d’euros de moins par an et taxerait pour 155 milliards de moins les Français et leurs entreprises. 3) Enfin, autre urgence: il faut faire respecter les lois, rétablir la sécurité et maîtriser les flux migratoires.

Comment le futur président devra-t-il s’adresser aux Français pour leur faire accepter ces réformes ?

Il ou elle devra leur parler un langage de vérité, faire preuve de pédagogie, leur redonner l’espoir et l’envie de prendre en main leur destin, de reconstruire la France ensemble. Sans écran de fumée et en étant clair sur les défis qui nous attendent. La principale qualité à attendre du futur chef de l’État sera de savoir créer des consensus. Rien ne sert de monter les Français les uns contre les autres.

Extraits

23e rang mondial pour la richesse par habitant

On l’a tous appris à l’école, la France est la 5e ou 6e puissance mondiale. En richesse totale, ce que l’on appelle le produit intérieur brut (PIB). Oui, mais par habitant? C’est une tout autre histoire: 39.030 euros par habitant de richesse nationale en France… loin derrière l’Allemagne qui est à 46.208 euros. La France n’est plus dans le groupe des sept pays riches de l’Europe du Nord qui sont en moyenne à plus de 63.000 euros de richesse par habitant. […] Si l’on ne prend que les 11 pays historiques de la zone euro de 1999 (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal), seuls l’Italie, l’Espagne et le Portugal sont derrière nous. Au niveau mondial, la France décroche aussi par rapport aux grands pays. […] Dans les années 1980, la France était 11e. Elle est maintenant 23e!

7 milliards d’heures travaillées en moins

En 2018, si l’on considère la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, l’Autriche, la Suède et le Royaume-Uni, c’est plus de 7 milliards d’heures qui sont travaillées en moins en France tous les ans. Les Allemands ont travaillé 62 milliards d’heures en 2018, les Anglais 54 milliards et les Français 42 milliards… Les salariés français à temps complet travaillent 1680 heures en 2019 quand les salariés allemands à temps complet travaillent 1834 heures et les salariés britanniques 1921 heures… La moyenne de l’Union européenne est de 1846 heures. Soit un écart de 166 heures par an et par salarié entre la France et la moyenne européenne.

2950 milliards de dette publique

La montagne de dette grandit, grandit, et nous regardons ailleurs. Pourtant, la vague de l’inflation arrive et, avec elle, la montée des taux et de la charge de la dette. À 4% de taux d’intérêt à 10 ans, la charge de la dette atteindrait en 8 ans environ 80 milliards d’euros par an selon les simulations, cela deviendrait proprement infinançable. 2950 milliards d’euros de dette*. Un chiffre énorme. En 2022, la dette de la France représente 44.000 euros par Français. En 2012, c’était 20.000 euros. Sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, la dette de la France avait grimpé de plus de 600 milliards, sous François Hollande de presque 400, mais sous Emmanuel Macron, la hausse, à la fin de cette année 2022, sera d’environ 700 milliards d’euros! Aucun autre pays de la zone euro n’a fait ça! L’Allemagne est bien loin derrière nous – malgré la crise sanitaire – avec 518,5 milliards d’euros de dette publique en plus entre 2017 et 2022.

*La dette a été multipliée par 2 en 20 ans, passant de 59% du PIB à 114%.

1126 milliards de prélèvements obligatoires

La France est championne du monde du nombre d’impôts, taxes, contributions et cotisations. En 2019, on en comptait 483! Soit 214 impôts, 159 taxes et 110 cotisations. Sur ces dernières, 37 cotisations et contributions employeurs, 38 cotisations et contributions salariales, 8 cotisations pour indépendants et inactifs, et 17 autres cotisations, majorations et pénalités (à la charge des ménages, des entreprises ou des deux). Une véritable litanie. Rien qu’en 2019, cinq nouvelles taxes ont été créées: taxe additionnelle à la taxe de séjour en Île-de-France pour financer le Grand Paris, taxe sur les hydrocarbures, redevance pour les concessions hydroélectriques, contribution sur les sources d’eaux minérales et taxe de balayage… Selon les données OCDE, la France a 196 impôts et catégories d’impôts, soit plus du double que l’Allemagne (84) et le Royaume-Uni (86). Le système français applique systématiquement plus de prélèvements dans chaque catégorie. Impôts sur les salaires et la main-d’œuvre? France 13, Allemagne 0. Impôts sur le patrimoine? France 33, Allemagne 17. Impôts sur les biens et services? France 109, Allemagne 46. Et ainsi de suite.

1460 milliards de dépenses publiques

En 2017, Emmanuel Macron avait fait une promesse: une baisse de 60 milliards d’euros des dépenses publiques afin de les ramener à 53,5% du PIB à l’horizon 2017, puis à 50% en 2022. Il n’en sera rien, car en 2021 la dépense publique pèse pour 60,7% du PIB. Le pic est dû aux dépenses de soutien à l’économie des années 2020 et 2021, mais, même avant crise, la promesse présidentielle n’était pas honorée car, en 2019, les dépenses publiques représentaient toujours 55,4% du PIB. Le programme d’En Marche proposait pourtant des mesures d’économies via des réformes sociales sur les retraites, la politique du logement, l’assurance-chômage ou encore la baisse des effectifs publics, mais ces projets, oubliés ou abordés trop tard dans le quinquennat, ont été peu ou prou abandonnés. Si les réformes avaient été menées entre 2017 et 2019, la France serait entrée beaucoup plus forte dans la crise.

2 millions d’emplois perdus dans l’industrie

Le secteur industriel français comptait 5,5 millions d’emplois salariés en 1980 ; il n’en comptait plus que 3,2 en 2017 et 3,1 millions en 2021… soit une diminution de plus de 2 millions. Ce phénomène de désindustrialisation concerne la quasi-totalité des secteurs. Depuis la crise, l’emploi a rebondi dans tous les secteurs, sauf dans l’industrie où il stagne […]. Par rapport à 1989, l’industrie française voit ses effectifs diminuer de plus de 30% en 2017. […] Même l’Italie crée chaque année plus de valeur ajoutée dans l’industrie que la France: plus de 300 milliards d’euros (16% du PIB) quand nous en sommes à 280 milliards. Les Allemands en créent 752 milliards!

Source: Insee, septembre 2021.

82 milliards de déficit commercial

Quand on regarde les chiffres des balances commerciales de quelques pays d’Europe pour 2020 sur le site de l’Insee, c’est un énorme choc: Allemagne? + 183 milliards d’euros. France? – 82 milliards. Cela fait froid dans le dos et cela veut, de toute évidence, dire que les produits français intéressent moins et même, de moins en moins: de + 2,2 milliards en 2001, notre solde commercial est passé à – 82,6 milliards en 2020. […] Si l’industrie représente 74% des exportations françaises en 2018, le déséquilibre de la balance commerciale française en produits manufacturés reste très important, et pas seulement par rapport à la Chine. Le plus inquiétant est le déficit avec des pays pourtant comparables de l’Union européenne. Contrairement aux idées reçues, nous importons beaucoup plus d’Allemagne, avec 85 milliards par an, que de Chine, avec 51 milliards.

Solde de la balance commerciale (en milliards d’euros, 2020)

  • Allemagne 183,2
  • Irlande 70,8
  • Pays-Bas 68,5
  • Italie 63,6
  • Belgique 20,7
  • Suède 5,1
  • Autriche -3,2
  • Portugal -14,1
  • Espagne -15,8
  • Grèce -18
  • Roumanie -18,7
  • France -82,6

Source: Eurostat

1 jeune sur 10 lit mal

La France se place en bas du classement Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) avec comme résultats une 23e place sur 82 en lecture, une 25e place sur 82 en mathématiques et en sciences […]. À partir des tests conduits sur 713.000 participants de moins de 18 ans pendant la Journée défense et citoyenneté (JDC) en 2018, le ministère de l’Éducation nationale affirme que plus d’un jeune Français sur 10 est «en difficulté de lecture» et un sur 20 en situation d’illettrisme. […] Le décrochage scolaire est une réalité en France: nombreux sont ceux qui abandonnent prématurément les bancs de l’école, sans qualification ni diplôme. […] Au final, c’est 620.000 jeunes de 18 à 24 ans sans diplôme du second cycle du secondaire qui restent durablement sans formation. […] Nous avons clairement un problème avec notre système éducatif. Et ce n’est pas une question de moyens, car en part de richesse nationale, nous dépensons pour les premier et second degrés un point de plus de richesse nationale que les Allemands.

Profils de lecteurs à la Journée défense et citoyenneté (2018)

  • Lecteurs efficaces 77,6%
  • Lecteurs médiocres 10,9%
  • Très faibles capacités de lecture 6,3%
  • Difficultés sévères 5,2%

Source: Ministère des Armées DSNJ, MENJ-DEPP

800 milliards champions du monde des dépenses sociales

Aucun autre État n’a autant soutenu sa population pendant la crise. Près de 800 milliards d’euros de dépenses sociales: 570 milliards dans la sécu, 49 milliards pour le chômage, 75 milliards de retraites complémentaires, 10 milliards d’allocations aux adultes handicapés (AAH), 10 milliards de primes d’activité, 11 milliards de RSA… Aucun pays au monde n’atteint ce niveau. La France est à la première place du podium en matière de dépenses publiques sociales. Selon l’OCDE, l’Hexagone a consacré, en 2020, 32% de son PIB à ces dépenses, bien plus que la moyenne des 38 pays membres qui s’élève à 19,9%. […] En juin 2018, Emmanuel Macron parlait du «pognon de dingue» de la dépense sociale. Difficile de le contredire, car ces dépenses sont passées de 659 milliards d’euros en 2012 à 800 milliards d’euros. Et pourtant, la pauvreté est toujours là. […] Nous comptons, selon la Fondation Abbé-Pierre, 300.000 personnes sans domicile fixe. Un chiffre qui a doublé depuis les 140.000 personnes du dernier rapport de l’Insee en 2012. Plus inquiétante encore est la montée du nombre de sans-abri […]: ils seraient 27.000 de plus.

Dépenses de protection sociale (en % du PIB, 2019)

  • France 33,6
  • Allemagne 30,3
  • Italie 29,3
  • Zone euro 29
  • Belgique 28,9
  • Pays-Bas 28,9
  • Suède 27,8
  • Grèce 25
  • Espagne 24,1
  • Luxembourg 21,6

Source: Eurostat

120.000 postes de fonctionnaires en moins?

Les dépenses de personnel du secteur public auront dérivé de plus de 20 milliards d’euros en cinq ans entre 2017 et 2022. Cette augmentation est clairement une conséquence de l’abandon par le président de la République de son objectif de baisse de 120.000 postes publics […] mais aussi de substantielles revalorisations salariales. Rien que sur les rémunérations de l’État, y compris les pensions, avec 137 milliards de dépenses, c’est 10,3 milliards en plus depuis 2017. […] Et c’est loin d’être fini puisque les nouvelles promesses du gouvernement vont peser encore des milliards: 8,2 milliards d’euros pour le personnel soignant, 900 millions d’euros pour les enseignants, 250 millions pour les agents de catégorie C… Les milliards pleuvent.

18.906 reconduites à la frontière en 2019

En 2019, la France a prononcé 122.839 obligations de quitter le territoire français. Sauf que seulement 18.906 ont quitté le territoire de manière forcée, faute d’application de l’obligation. En 2019, les demandes d’asile s’élevaient à 138.420 (ministère de l’Intérieur), provenant de 139 pays différents, dont 46.838 satisfaites (réfugiés, protection subsidiaire, apatrides), soit 38%. […] Les flux migratoires vers la France s’accélèrent, et ce d’autant plus que les pays qui nous entourent bloquent de plus en plus l’afflux vers leurs propres territoires. Allemagne, Autriche, Hongrie, Royaume-Uni… et bientôt Italie, tous les gouvernements européens annoncent n’accepter de manière légale que les étrangers pouvant bénéficier du droit d’asile.

880 homicides en 2019

Selon un sondage Odoxa, 68% des Français se sentent en insécurité. […] Les prises d’otages ont augmenté de plus de 400% en 20 ans, les viols sur majeurs de près de 300%, les tentatives d’homicides de plus de 200%, les séquestrations de plus de 150%, l’usage de stupéfiants de 95%… […] Depuis 2016, les cambriolages de logements seraient en hausse de près de 10%, les coups et blessures volontaires de 31,2% (dont 39,3% en milieu intrafamilial entre 2016 et 2020), les escroqueries (entre 2012 et 2020) augmenteraient de 49% et les violences sexuelles exploseraient de +104,5%. Avec 880 homicides en 2019, la France est très haut dans le classement. Le taux d’homicides est de 1,28 pour 100.000 habitants quand l’Allemagne est à 0,71, la Suisse à 0,54.

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex