Publié par Magali Marc le 4 janvier 2022

En décembre dernier, les gauchistes ont tenté de faire adopter leur Projet de loi « Build Back Better » de 5 000 milliards, la pierre angulaire de la socialisation des États-Unis et ils ont échoué. Il est probable qu’ils vont continuer à se casser la figure, mais les Conservateurs pro-Trump ne doivent pas compter sur les échecs des gauchistes et rester passifs. Ils ont des combats à mener qu’ils pourraient perdre. Ils ont ce qu’il faut pour mettre les chances de leur côté en 2022 et en 2024 , que ce soit avec Donald Trump ou avec Ron DeSantis.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de Kurt Schlichter, parue sur le site de Townhall, le 3 janvier.

******************

Le vent tourne en faveur de la liberté

Quand nous regarderons en arrière dans quelques années, il nous sera possible de constater que décembre 2021 a été le point culminant du grand coup d’État des gauchistes, alors qu’ils ont tenté de s’emparer du Graal et qu’il leur a échappé. Il est probable qu’à partir de là, ils ne feront que dégringoler, même si ce n’est pas encore tout à fait clair pour nous. Dans la série de films Le Seigneur des anneaux, lorsque Gandalf revient de son duel avec un Balrog, il dit : « Je reviens vers vous maintenant, alors que le vent tourne ». Sauf que toutes leurs grandes batailles étaient encore à venir.



Même si le vent tourne en notre faveur, les nôtres aussi ne font que commencer.

Mais peut-être que ce roman épique des elfes a une certaine sagesse à transmettre.

Nous avons d’énormes combats à mener, et nous pouvons encore perdre. Pourtant, si vous regardez les tendances, si vous regardez les rapports de forces, rétrospectivement, nous pourrions nous demander pourquoi diable nous étions si inquiets.

Parfois, lorsqu’un jury revient avec le résultats de ses délibérations et que le verdict va dans le sens que je prévoyais, il me semble, avec le recul, qu’il ne pouvait en être autrement.

Mais en ce moment, nous sommes plongés dans la lutte, et il est difficile d’y voir clair, même si nous continuons à perdre des joueurs.

Le brouillard est épais, mais tandis que nous commençons une nouvelle année, les chances sont de plus en plus de notre côté.

Regardez le président, du moins dans les rares occasions où ses aides le laissent sortir afin de tituber en marmonnant de façon incohérente.

Ce type a un taux de sondage plus bas que les critères de Kamala pour réussir un premier rendez-vous. Ce n’est pas seulement nous, les militants, qui en avons marre de lui. C’est tout le monde.

  • Joe Manchin a dit «No Deal» à son «New Deal 2.0».
  • Le filibuster ne va pas disparaître. Ni le reste de son programme.
  • Les Démocrates ont réussi à perdre la Virginie (qui votait toujours pour eux). Leurs majorités au Congrès sont en sursis.
  • Nancy Pelosi compte les jours en attendant de prendre sa retraite et retourner vivre dans ses manoirs.
  • Chuck Schumer, le leader de la majorité démocrate au Sénat est aussi nul que le leader de la minorité républicaine, Mitch McConnell est rusé.

Les Démocrates n’ont littéralement rien d’autre à espérer recevoir en 2022 à part des claques. Grand-père Badfinger est sur la défensive, ce qui est pratique car ils le gardent caché dans son bunker.

Joe Biden nous avait promis un retour à la normale. Si c’est ça qui est normal, alors on préfère les méchants tweets de Donald Trump !

  • Les Afghans tombent des avions alors que nos factures d’épicerie augmentent.
  • La Chine et la Russie nous font les poches pour nous prendre l’argent du déjeuner.
  • Les enfants rentrent de leurs écoles publiques merdiques en pleurant parce que leur enseignant syndiqué leur a dit qu’ils étaient des Blancs privilégiés.
  • Les diplômés des universités sont frustrés de n’avoir pas obtenu de faire payer par le reste d’entre nous, leurs diplômes d’études sur l’Oppression.
  • Tout ce qui passe sur Netflix est de la merde de woke.
  • Des hommes battent les records de natation des femmes et gagnent le championnat de Jeopardy des filles.

Joe Biden a-t-il réussi à battre le coronavirus comme il l’avait promis ? Non.

Les médias essaient-ils de vous convaincre qu’il n’a jamais dit qu’il battrait le coronavirus ? Oui. Est-ce que ça va marcher ? Non.

L’arme la plus efficace de la gauche, les médias, valets du régime, qui se consacrent entièrement à la promotion et à la protection du narratif officiel et approuvé, devient de moins en moins efficace à mesure qu’il gaspillent la seule chose qui les rendaient utile – la crédibilité auprès des Américains moyens.

Nous, les militants, savons depuis des lunes que les médias traditionnels sont composés d’un ramassis de menteurs qui crachent leurs ordures et qui s’attachent à protéger n’importe quel Démocrate qui lit le mémo narratif du jour. Mais maintenant, les gens ordinaires ont compris.

Nous, les anti-woke, nous reniflons le flux constant de photos de riches sans masque en train de dîner alors que des serviteurs masqués restent muets, ou de congressistes sirotant des Comopolitans avec leurs petits amis dans l’État libre de Floride.

Nous savons que ces gens sont des hypocrites qui ne croient pas un mot de leurs monologues marxistes monotones.

Mais les gens ordinaires qui ne vivent pas sur Twitter sont choqués qu’ils ne fassent pas ce qu’ils exigent de nous. Cela leur importe parce qu’ils ont encore une croyance touchante dans l’intégrité du système. Quand ils se heurtent à l’hypocrisie de la caste dirigeante, ils sont offensés. Ils ont horreur de ça.

Heureusement pour nous, nos ennemis sont stupides. Ils sont aussi arrogants. Ils pensent vraiment qu’ils sont des génies et que nous sommes des idiots. Sun Tzu a prévenu que pour vaincre votre ennemi, vous devez le connaître. Mais ils ne lisent pas Sun Tzu, ce qui peut sembler bizarre puisqu’il ne s’agit pas d’un homme blanc mort. Pourtant, on voit bien la manière dont l’Université Harvard et les autres établissements font de la discrimination contre les Asiatiques ayant un penchant pour les études.

Mais nous, nous lisons Sun Tzu, et nous connaissons nos ennemis. Nous savons qu’ils ne sont pas arrivés là où ils sont, à la direction de nos institutions, parce qu’ils l’ont mérité. Ils ne les ont pas construites. On leur a remis les clés parce qu’ils sont allés chercher les diplômes poubelles dans leurs universités et parce qu’ils ont fait de la politique pour gravir les échelons. Ce sont des personnes sans talent.

Nous ne nous battons pas contre des Lex Luthor (l’ennemi intelligent de Superman) ou un quelconque génie du crime, nous combattons les voleurs niais comme dans le film Home Alone.

Mais nous ne devons pas nous tromper en pensant que cela va être facile. Ils ne vont pas simplement renoncer à leur pouvoir et à leur prestige sans se défendre. Ils contre-attaqueront, et pas de manière équitable.

Nous pouvons déjà nous en rendre compte avec leur Inquisition concernant la prétendue insurrection du 6 janvier 2021, qui viole toutes les règles et tous les droits afin de criminaliser la dissidence et l’opposition.

Ils vous ruineront s’ils le peuvent, vous «cancelleront», vous arrêteront, vous détruiront, ou pire encore. Ne sous-estimez pas leurs tendances fascistes et leurs rêves autoritaires. Vous comptez sur leur conscience à vos risques et périls. Demandez à Ashli Babbitt ce qu’ils vous feront s’ils le peuvent.

Donc, 2022 sera la clé pour assurer la victoire. Nous connaissons leur projet, et il est faible. Ils prévoient bénéficier d’une couverture médiatique à saturation sur MSNBC et CNN concernant le péril pour la République que représentent les gens qui ne sont pas d’accord avec le régime.

Nous sommes à des années-lumière que la dissidence redevienne patriotique, mais n’ayez crainte, elle le sera dès que le Président DeSantis prêtera serment. Moins de 1 % de l’Amérique regarde le câble de gauche tous les soirs, et la plupart d’entre eux vivent à Washington. Bon travail, les gars – c’est la bonne façon d’aider le ticket Harris/Buttigieg de 2024 à gagner 96 % des voix à Washington, tout en perdant partout ailleurs.

Ils vont commencer l’année avec une «commémoration» de la terrible, horrible, insurrectionnelle attaque contre la démocratie du 6 janvier 2021, bien qu’habituellement ce genre d’attaque se déroule dans les rues d’une ville bleue (dirigée par les Démocrates). Ils parleront d’un coup d’État républicain pendant que les mamans dénoncent le fait qu’elles ont dû payer le lait deux fois plus cher sous Joe Biden que sous Donald Trump.

N’hésitez pas à vous battre pour votre version de la «démocratie», les Démocrates ; nous nous battrons pour des choses réelles et nous vous botterons les fesses.

En fin de compte, nous pourrions bien considérer cet hiver de mécontentement des Démocrates comme un tournant.

Ce n’est pas une affaire réglée. Nous devons continuer à nous battre. Mais il y a de fortes chances que nous gagnions.

En fait, nous avons peut-être déjà gagné.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Townhall

Les cadeaux parfaits pour commencer l’année en beauté :
les Goodies Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex