Publié par Magali Marc le 17 février 2022

Tandis que Justin Trudeau a invoqué la Loi des mesures d’urgence pour mettre fin à la manifestation des camionneurs à Ottawa, considérés comme des terroristes, les gouvernements du Québec, du Manitoba, de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick estiment que son recours n’est pas justifié. L’Ontario et la Colombie-Britannique accepte la Loi, mais l’Ontario amorce un dé- confinement. Au Québec, les députés de l’Assemblée nationale se sont unanimement prononcés contre et ont demandé à Ottawa de ne pas l’appliquer en territoire québécois. En Ontario, le premier ministre Doug Ford a annoncé de nombreuses mesures de dé-confinement, culminant avec la levée du passeport vaccinal et de pratiquement toutes les mesures à partir du 1er mars. Au Québec, Le premier ministre, François Legault, a annoncé que, d’ici le 14 mars prochain, l’essentiel des mesures sanitaires sera levé. Il est à noter que Doug Ford et François Legault feront face à des élections, respectivement le 2 juin et le 3 octobre.

Qui a dit que la gestion de la pandémie n’a rien à voir avec la politique ?

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de l’équipe éditoriale du Toronto Sun, paru le 15 février.

*********************

Au Canada : Un nouveau consensus concernant la pandémie se fait jour

Après avoir vécu deux ans avec les effets de la pandémie, un consensus émerge parmi le public, nos gouvernements et les médecins hygiénistes fédéraux et provinciaux : il est temps d’apprendre à vivre avec le coronavirus.

Un sondage d’opinion de la firme Maru réalisé les 9 et 10 février auprès de 1 523 adultes canadiens, publié mardi, révèle que près des deux tiers – 63 % – sont d’accord pour dire qu’il est temps d’abandonner les restrictions imposées par les gouvernements concernant le coronavirus et de « commencer à vivre avec le virus au lieu de le fuir constamment ».

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Les gouvernements provinciaux ont annoncé des assouplissements aux restrictions sanitaires, chacun à son propre rythme.

Dans une déclaration commune lundi, les médecins hygiénistes fédéraux et provinciaux du Canada ont indiqué que, « alors que nous nous éloignons de la phase de crise, il est maintenant temps de rééquilibrer nos efforts collectifs vers une approche plus durable de la gestion à long terme du coronavirus ».

Une majorité – 53 % – des Canadiens interrogés dans le cadre du sondage Maru affirment que les gens devraient décider des précautions à prendre pour se protéger du coronavirus, plutôt que de se faire dire par le gouvernement et les responsables des soins de santé où aller et quoi faire.

Les médecins hygiénistes du Canada sont d’accord avec cette affirmation : « Nous sommes maintenant tous mieux informés et mieux équipés pour prendre des décisions éclairées, fondées sur les risques, pour nous-mêmes et pour ceux qui nous entourent. Il s’agit notamment de maintenir à jour les vaccinations contre le coronavirus, d’être conscient des risques personnels et familiaux, et de maintenir les mesures de santé publique individuelles telles que le port de masques, le fait de rester à la maison lorsqu’on est malade, le lavage accru des mains et l’amélioration de la ventilation des espaces intérieurs, afin que nous puissions retourner profiter des choses que nous aimons le plus. »

La diffamation des personnes non vaccinées s’estompe, une majorité de Canadiens selon le sondage Maru – 56 % – affirmant qu’il est temps d’arrêter de faire pression sur elles pour qu’elles se fassent vacciner, car « si elles ne l’ont pas encore fait, elles ne le feront pas, et tout ce que cela fait, c’est créer des réactions négatives qui sont pires que de vivre avec elles dans nos communautés. »

Il est vrai que le soutien à la réouverture de la société est nuancé – le public acceptant et les médecins hygiénistes avertissant que certaines restrictions pourraient devoir être réimposées si les hôpitaux sont envahis par de nouvelles vagues ou s’il y a de nouveaux variants du coronavirus.

Cela dit, la volonté collective de la plupart des Canadiens, de leurs gouvernements et de leurs conseillers médicaux, va dans le même sens : il est temps de reprendre nos vies d’avant la pandémie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex