Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 février 2022
Au secours, il est fou ! John Kerry craint que la guerre Russie-Ukraine n’ait des répercussions négatives sur le climat

John Kerry, l’envoyé de l’administration Biden pour le climat, a averti quelques heures avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, jeudi, qu’une guerre aurait un impact énorme et néfaste sur la crise climatique en raison des « émissions massives » qui seront produites.



Dans une interview accordée à la BBC arabe, M. Kerry a déclaré que la guerre de la Russie contre l’Ukraine pourrait détourner le monde de la crise du changement climatique et produire des « émissions massives » qui auront un impact négatif sur la planète.

Il a expliqué qu’il espère que le président russe Vladimir Poutine sera incité à revenir sur ses comportements de guerre en raison de l’impact du changement climatique sur sa propre nation.

« Je pensais que nous vivions dans un monde qui avait dit non à ce genre d’activité. Et j’espère que la diplomatie l’emportera. »

L’ancien secrétaire d’État a déclaré que, « de manière tout aussi importante », aux émissions de CO2 causées par la guerre, « vous allez perdre l’attention des gens, vous allez perdre certainement l’attention de grands pays parce qu’ils seront détournés et je pense que cela pourrait avoir un impact dommageable », a-t-il déclaré.

Kerry a également déclaré que « l’infrastructure » de la Russie est en danger et il espère que Poutine « nous aidera à rester sur la bonne voie en ce qui concerne ce que nous devons faire pour le climat », alors qu’il envahit l’Ukraine :

« Il est évident que cela pourrait avoir un impact négatif profond sur le climat. Vous avez une guerre et vous allez évidemment avoir des conséquences massives sur les émissions de la guerre. Mais ce qui est tout aussi important, c’est que vous allez perdre l’attention des gens, vous allez perdre certainement l’attention de grands pays parce qu’ils seront détournés et je pense que cela pourrait avoir un impact dommageable », a-t-il poursuivi. « Donc, vous savez, je pense qu’il faut espérer que le président Poutine se rende compte que dans la partie nord de son pays, ils avaient l’habitude de vivre sur 66% de la nation qui était sur des terres gelées. »

Ca ne vous rappelle rien ? En décembre 2015, un autre politicien complètement déjanté et à côté de ses pompes, qui a exacerbé la situation de division dans laquelle se trouve l’Amérique aujourd’hui, Barack Obama, a refusé de bombarder les puits de pétrole capturés par l’Etat islamique, qui leur fournissaient le financement pour massacrer des populations, par crainte de conséquences environnementales.

L’ancien directeur de la CIA d’Obama, Mike Morell, avait déclaré dans l’émission The Charlie Rose show qu’il semblait que la raison pour laquelle le président Obama n’avait pas bombardé les champs pétrolifères maintenant contrôlés par ISIS en Irak et en Syrie était qu’il ne voulait pas causer de dommages environnementaux.

Ces gauchistes sont fêlés !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex