Publié par Albert Bertold le 18 février 2022
Propagande du parti EM! Criez cocorico un peu vite peu poser problème

Certains lecteurs se sont étonnés que Dreuz.info publie des informations bien avant les grands médias, voire des informations que ces derniers ne publiaient pas du tout sur le conflit que vient de déclencher la Russie, profitant de la faiblesse de caractère et l’incompétence du président Biden et de ceux qui l’entourent.



Pourquoi Dreuz.info a-t-il des informations que les médias n’ont pas ? La raison est simple : d’une part Dreuz a une équipe de journalistes indépendants qui n’attendent pas les dépêches de l’AFP comme 99% des journalistes, avant de publier. Ce qui veut dire que si l’AFP ne dit rien, ils ne disent rien, ne savent rien. Sans l’AFP, ils sont démunis, car ils ne savent pas s’informer.

D’autre part, Dreuz dispose de sources fiables, qu’il croise avec d’autres sources fiables, tandis que les médias utilisent uniquement des sources partisanes, et ils ne vérifient jamais les informations qui leur sont transmises.

Enfin et surtout, vous savez sans doute qu’en matière de politique étrangère, les médias français ne disposent pas de la liberté de la presse, ils doivent se conformer au narratif officiel du ministère des Affaires étrangères. Les rédactions le savent, les journalistes aussi. Tout écart est sanctionné.

Le gouvernement ayant décidé, un peu prématurément, de tresser des couronnes de laurier au président Macron, en le présentant comme l’émissaire de la paix en Europe, et celui qui a sur arrêter Poutine, le Quai d’Orsay s’est retrouvé en situation de porte-à-faux : informer et ridiculiser le président qui s’est vanté un peu tôt, ou protéger son image.

Evidemment, ce n’est jamais à l’information des citoyens que la priorité est donnée, et l’AFP est restée silencieuse pendant près de 24 heures, et ses dépêches suivantes sont restées très vagues, de telle manière que rien n’était vraiment compréhensible.

Pour cela, Dreuz a publié des informations que les médias n’avaient pas, n’étaient pas capables d’avoir, et les rares qui les avaient – car il existe tout de même une poignée de journalistes professionnels et sérieux – avaient l’interdiction de les publier.

Voilà pourquoi Dreuz a toujours contesté l’appellation de « site de réinformation » – Dreuz ne réniforme pas, il informe. Il publie des nouvelles avec ses lecteurs en tête, et n’obéit à aucune idéologie.

Voilà aussi pourquoi les médias diffuseurs de Fake News du matin au soir, dénoncent Dreuz : nous leur coupons l’herbe sous le pied, c’est insoutenable.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

21
0
Merci de nous apporter votre commentairex