Publié par Yves Mamou le 28 février 2022
Indignation antiraciste

L’unanimisme anti-Poutinien qui sévit aujourd’hui – de Ursula von der Leyen à Sean Penn en passant par Macron et tous les people – a quelque chose d’irréel.



Ce ventre mou occidental qui se fait veule devant l’Iran et son projet de bombe atomique, qui n’a pas osé s’en prendre à Pékin quand la Chine a sciemment laissé un virus envahir le reste de la planète, et qui considère que l’islam est une victime même quand il assassine à fond les ballons… le voila qui bombe le torse et fait craquer ses abdominaux face à Poutine.

Qu’on ne me fasse pas croire que c’est la misère faite aux Ukrainiens dont tout le monde ignorait l’existence jusqu’à il y a trois jours (oui je sais j’exagère un peu) qui amène l’Occident blanc à se dresser ainsi contre Poutine.

Je crois même que l’invasion de Taiwan ne provoquerait pas autant de fougue.

Non, Poutine, c’est autre chose, c’est l’ennemi traditionnel, le Blanc indigne contre qui il est permis de s’indigner, il est l’épouvantail répulsif classique qui permet de se donner une merveilleuse bonne conscience antiraciste de gauche, tout comme à l’époque du grand Jean-Marie Le Pen, celui des Durafour crématoire.

Et je trouve tout cela plus inquiétant que l’invasion de l’Ukraine. J’espère me tromper.

© Yves Mamou

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

24
0
Merci de nous apporter votre commentairex